Retour sur Haïti; La France lui donna son indépendance, depuis il serait temps d'entrouvrir de possible investissement!

Publié le par Alain Genestine

L'amélioration de l'économie haïtienne va de pair avec une sécurité accrue

http://www.firmenordsud.com/images/carteHA2.gif
voici des sites touristiques possibles
 

Quoique toujours précaire, la sécurité à Port-au-Prince semble s'améliorer.


http://www.usaid.gov/ht/images/trade_fr.jpg

Naguère, et depuis de longues années, identifiée avec la misère, l'instabilité politique et la violence généralisée, Haïti peut aujourd'hui espérer des jours meilleurs, affirment deux membres du gouvernement des États-Unis.

Mme Velia de Pirro, directrice des affaires antillaises au département d'État, et M. Paul Tuebner, de l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), ont indiqué, lors de deux entretiens accordés en marge de la Conférence sur le bassin caraïbe qui s'est tenue à Miami (Floride) du 3 au 5 décembre, que la reprise économique en Haïti était liée à l'amélioration de la sécurité dans le pays, surtout dans la capitale de Port-au-Prince.

http://www.haiti-business.com/images/cathedrale.jpg

Mme de Pirro a déclaré qu'une mission de maintien de la paix de l'ONU soutenue par la communauté internationale avait éliminé les bandes criminelles qui sévissaient à Cité Soleil, un quartier pauvre de Port-au-Prince, ce qui a rassuré les habitants.

L'amélioration de la sécurité « est sans doute le changement le plus net que nous avons constaté l'année dernière en Haïti », a-t-elle affirmé. Elle a ajouté que la reprise de la croissance économique avait entraîné la baisse du chômage et attiré les investissements. Haïti enregistrera un taux de croissance de 4,5 % pour l'année budgétaire 2007 et, selon les estimations, ce taux se maintiendra en 2008.

Mme de Pirro a ajouté que les États-Unis avaient versé 600 millions de dollars à Haïti entre les années budgétaires 2004 et 2006, et que 200 millions de dollars avaient été consacrés à l'aide de cette nation antillaise durant l'année budgétaire 2007.

Selon elle, la loi HOPE (Haitian Hemispheric Opportunity through Partnership Encouragement), promulguée par le président Bush en décembre 2006, a permis de créer près de 5.000 emplois pour les Haïtiens. « Nous pensons que cette mesure est efficace et qu'elle le restera. » La loi HOPE autorise également l'entrée à des conditions préférentielles des exportations haïtiennes sur le marché des États-Unis.

http://www.fsa.ulaval.ca/personnel/vernag/syndicat/Hoch_Ha%C3%AFti_fichiers/image003.jpg

Elle a précisé qu'Haïti avait l'intention d'organiser des élections législatives au début 2008, et que les États-Unis consacraient près de 4 millions de dollars au financement de ce scrutin.

Le président démocratiquement élu du pays, M. René Préval, a évoqué la nécessité d'une réforme constitutionnelle. Si la Constitution haïtienne est en effet assez compliquée, a dit Mme de Pirro, « nous pensons que le débat sur la réforme constitutionnelle doit aller de pair avec la poursuite du cycle électoral. La construction et le renforcement des institutions démocratiques sont indispensable au progrès de Haïti. »

M. Tuebner, directeur de la mission de l'USAID en Haïti, a constaté sur le terrain l'amélioration de la sécurité dans le pays.

Il y a un an, « vous ne pouviez pas circuler dans Port-au-Prince sans craindre un enlèvement ». Aujourd'hui, affirme-t-il, il peut se déplacer à pied, entouré, certes, de sa sécurité, dans Cité Soleil, alors qu'il y a un an cela aurait été trop dangereux.

Il n'a toutefois pas nié le fait qu'Haïti était toujours un endroit très dangereux, mais a souligné que la situation s'était nettement améliorée par rapport au passé lorsque les meurtres étaient fréquents, que les enlèvements étaient monnaie courante et que des manifestations politiques massives tournaient souvent à la violence.

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/jpg/tableau1-2.jpg

M. Tuebner a ensuite évoqué les « remarquables succès » rencontrés par son agence au niveau de l'octroi, par le truchement de banques haïtiennes, de microcrédits aux petites et moyennes entreprises.

À titre d'exemple, il a cité une Haïtienne qui a utilisé un microcrédit de 200 dollars pour ouvrir un restaurant. L'établissement a connu un tel succès qu'elle a pu utiliser ses bénéfices pour envoyer ses deux fils étudier dans un collège universitaire des États-Unis. Elle a fini par vendre son restaurant et a pris sa retraite.

Haïti est en train de changer et offre de nombreuses possibilités aux investisseurs, a affirmé M. Tuebner.

Il a félicité M. Préval d'avoir pris les décisions nécessaires pour sortir Haïti du conflit et le mettre sur la voie du développement.

Quant à l'USAID, elle prévoit la mise en œuvre de plusieurs nouveaux programmes au cours des prochains mois, notamment dans les domaines de l'agriculture, de l'aménagement des bassins versants, de l'environnement et du commerce afin « d'encourager les investisseurs à revenir à Haïti ».

http://www.afd.fr/jahia/webdav/site/proparco/users/bverdeaux/public/Digicel_boutique.JPG

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article