Pour une société civile forte - Alternative Libérale

Publié le par AL de Bx

  Pour une société civile forte

 

medium-non-a-la-societe-du-controle.jpg

 

• Associations : pour une simplification d’accès au statut « d’intérêt général » et « d’utilité publique » afin de favoriser les dons

Les 800.000 associations actuelles, qui emploient 1.6 millions de salariés, doivent prendre une part bien plus active dans la vie sociale, culturelle, caritative, environnementale, sportive pour ne prendre que quelques exemples de domaines d’action. Plutôt que de laisser les autorités publiques subventionner les associations proches du pouvoir ou influentes, nous privilégions l’implication personnelle et financière des citoyens afin de garantir l'indépendance de la société civile. La déductibilité des dons de personnes physiques ou morales doit être bien plus ouverte aux associations de toute nature.


 

• Fondations : pour une simplification de constitution

Nous demandons l’abrogation de notre arsenal extrêmement restrictif. La France, avec seulement 2.000 fondations, est l’un des pays qui bride le plus la création et la vie de ces institutions. Notamment :

Abrogation de « l’autorisation administrative » de création. Cet acte doit relever des seuls fondateurs, libres et responsables de leur engagement. L’administration de la fondation ne doit aucunement dépendre de l’administration.

Aucune exigence de capital minimum;

Aucun plafond aux dons de personnes physiques ou morales, déductibles à hauteur de 66% des impôts;

Suppression des droits de donation;

Suppression de l’impôt sur les revenus du patrimoine des fondations.

 

Source: Logo.JPG

thumb_osez_la_liberte_mouton_noir.2.jpg

 

 

 

Information de wikibéral sur la socièté civile:


 

On appelle société civile, l'ensemble des individus regroupés en associations (syndicats et organisations patronales, Organisations Non-Gouvernementales, associations à but non lucratif, etc.) qui ont une action politique au sens large (participent aux affaires de la polis : idées et opinions, culture, revendications...) mais sans faire ni de politique politicienne, ni ne chercher à faire des profits pécuniaires comme une entreprise. Le terme est attribué à Hegel qui, dans les Eléments de la Philosophie du Droit, présente la société civile (bürgerliche Gesellschaft) comme un moyen terme entre l'Etat et la famille.

 

 

Bien évidemment, les frontières précises de ce rapport à l'action politique peuvent être floues. Ainsi en tant qu'il va voter l'individu qui se rend aux urnes est un citoyen; en tant qu'il milite dans un parti (qui a vocation à diriger la Cité), il participe encore à la vie politique, là où, défendant les mêmes idées mais dans une association qui a pour but d'influencer ceux qui dirigent ou dirigeront, il est membre de la société civile. Si c'est un entrepreneur qui utilise une partie de son argent à des buts idéologiques (embauche volontaire de groupes discriminés, financement de causes, etc.) il fait entrer, sous ce rapport, son entreprise dans l'action de la société civile. Le civil n'est ni le militaire, ni le politicien, il est un peu comme le laïc pour l'homme d’Église, il peut aider à la messe comme un bon subsidium, mais ne la dit pas.

La société civile, est une sphère d'activité où l'individu adhère volontairement et se désolidarise d'un groupe selon son gré (société ouverte), contrairement aux statuts politiques (nationalité, noblesse d'Ancien Régime) qui le fixent. De ce fait, elle est éclatée, divergente, polycentrique, en mouvement, autonome et spontanée, là où le monde politique visant l'ensemble de la communauté, se doit d'être le lieu de l'unité (ou du moins de la simplification des possibilités de choix), du rassemblement, de la fusion des intérêts. Ainsi on en parle au singulier, bien que ce soit une hydre aux mille visages, parce que le corps qui les retient n'est autre que le "corps" politique, sillon dans lequel l'action doit se mouler ; pourtant, comme les entreprises transnationales, la société civile peut nier de fait les frontières politiques existantes. Le singulier n'existe donc qu'au niveau de l'idée ; dans la pratique le pluriel est de mise si tant est que la diversité permette encore de dénoter concrètement ce que maintient uni le concept.

L'autonomie de la société civile

Puisque elle échappe au pouvoir politique, il est ainsi compréhensible que tous les dictateurs et les penseurs du collectivisme (Platon, Rousseau, Hegel, Marx) l'aient considérée avec méfiance, pointant de préférence sur la Liberté des Anciens (le droit de participer à la politique) plutôt que sur celle des Modernes (le droit de ne pas être qu'un citoyen) et ont cherché à détruire une sphère jugée anarchique et source de division là où il leur faut développer une mentalité close. Hegel reconnaît sa spécificité tout en insistant sur sa subordination à l’État.

Dans les démocraties modernes le statut d'autonomie de la société civile est toujours un enjeu de pouvoir et de luttes, puisque, non seulement l'autonomie, au sens kantien de maturité, est toujours remis en cause par le despotisme de Big Mother et l'Etat-providence qui "prend en charge" ses administrés, mais aussi parce que si l'autonomie financière est le corollaire de la liberté de ton ou de pensée, ce n'est rarement le cas pour des associations à but non lucratif dans des sociétés fortement imposées[1]. D'où le développement inéluctable d'un phénomène à deux faces. D'un côté, un clientélisme de la part de ceux à qui un vote a donné le pouvoir de contrôler les enveloppes budgétaires et de "redistribuer", selon un arbitraire très princier, l'argent des autres. De l'autre, un jeu parfois hypocrite – comme le libre-penseur que la société rémunère pour faire de la subversion institutionnalisée ou le poète maudit qui vit sur la rente de son bourgeois de père – mais souvent vital, des associations bien obligées de manger dans la main de leurs financiers[2].

Laissez-nous faire !

Au final, le mot d'ordre de la société civile est le fameux "laissez-nous faire" ! Rois du Monde, nous sommes adultes, les choses vont bien sans vous, pourvu que vous nous laissiez l'argent nécessaire à la poursuite de notre volonté. Déchargez-vous de votre sacerdoce, épargnez-vous le fardeau de nous diriger ! Vous nous épargnerez celui de payer les frais de vos choix.

 

  1. A noter qu'en France, les déductions d'impôts pour don ou financement d'association sont une concession à la société civile, puisqu'elles reconnaissent un droit aux individus à autodéterminer les causes qu'ils défendent, sans payer deux fois.
  2. Une association n'échappera pas à cette possible coercition si elle est financée par un mécène ou un donateur privé. Seulement là où l'on peut choisir son indépendance plutôt qu'une compromission financière, il y a quelque de psychologiquement frustrant à refuser de ponctionner un pactole publique amassé par l'imposition ; cette idée que si l'on ne va pas se servir, un autre va emporter une mise qu'il ne mérite pas plus que vous, est une des facettes révoltante du collectivisme.

Publié dans Politique

Commenter cet article