L'Etat panique et le peuple attend le déclin...Libéraux, nous avons les solutions !

Publié le par AL de Bx

 

La panique actuelle du pouvoir traduit un mal paradoxal : tout se passe comme si la France se regardait sombrer alors qu'elle dispose des solutions pour sortir du marasme, sans abandonner pour autant son modèle social.

 

La-DETTE-2012---Hollande-arrive--010.jpg


Les ouvriers de Fagor désemparés, les Bretons en révolte, le gouvernement en panique, les Français démoralisés : la France fait peine à voir. Peine, car on sait exactement ce qu'il faudrait faire pour la sortir du marasme. On le sait depuis plus de dix ans. Le rapport de Michel Camdessus en 2004 ou celui de Jacques Attali en 2008 et des dizaines d'autres ont indiqué la solution : la France peut rester elle-même, elle peut conserver son modèle social, à la condition d'engager des réformes pour le rendre plus efficace et moins dispendieux ; elle peut regagner de la croissance et elle peut répondre aux nouvelles difficultés sociales comme le précariat ou le chômage des jeunes. Tout cela est connu, tout cela est même détaillé mesure par mesure.


hollande-pedalo.jpgLa crise financière a, c'est vrai, beaucoup renforcé les difficultés. La récession a détruit des entreprises et augmenté le chômage, elle a tant creusé les déficits que l'Etat est désormais contraint à la rigueur. Mais, si le défi est plus grand, il n'est pas changé sur le fond. Il existe toujours une issue conforme aux voeux des Français, le XXIe siècle ne sera pas obligatoirement celui de la destruction de leur « modèle », mais à la condition de l'amender, cette fois-ci sérieusement.

 

Chirac n'a strictement rien fait, Sarkozy a été velléitaire, Hollande est autosatisfait. Pourquoi la classe politique française hésite-t-elle, pourquoi tergiverse-t-elle, pourquoi manque-t-elle de courage et, question corollaire, pourquoi les Français l'élisent-ils ? La réponse tient à ce qu'on peut appeler la préférence pour le déclin. Les Français savent que l'immobilisme conduit au pire, mais il n'y mène que lentement. Le pays est encore très riche, la situation de la grande majorité (les deux tiers sans doute) est satisfaisante, mieux vaut ne rien changer. Le réformisme obligerait à des remises en cause, non merci.

 

 

Par professeur KUing Yamang: Le système français ne peut plus éviter une crise majeure. Ceci est dû à 40 ans de laxisme politique durant lesquels l'État français a creusé sa tombe : celle des déficits.
Quand on s'endette, on perd son indépendance et le jour où ceux qui prêtent à l'État français en auront assez, les fonctionnaires et les retraités français ne seront plus payés.
Il faut donc urgemment couper dans les dépenses publiques et pour ceci, il faut un chef de gouvernement au dessus des partis politiques.
François de Closets.

 


Denis Olivennes avait relevé « la préférence française pour le chômage » (1), parce que les « in », ceux qui sont en CDI, ne veulent rien assouplir qui fasse un peu de place aux exclus du marché du travail, les « out » : le même réflexe national est aujourd'hui élargi à l'ensemble du modèle économico-social. Les « in », les actifs, vivent suffisamment bien pour accepter de payer 46 % de ce qu'ils produisent (taux des prélèvements obligatoires), à charge pour l'Etat de subventionner les « out ». C'est cher, record d'Europe, certes, cela plombe aujourd'hui la croissance, mais c'est le prix de la paix sociale française.


Jean Pisani-Ferry, dans un article consacré à la croissance en Europe, donne des clefs supplémentaires de compréhension (2). Son diagnostic européen s'applique à la seule France. Il constate que, si la croissance est molle, c'est qu'il n'y a pas d'accord en faveur de cette croissance.

 

Le premier différend porte sur la stratégie : les keynésiens réclament de mettre fin aux politiques de rigueur pour ne pas stopper le moteur de la demande, tandis que les partisans des politiques de l'offre veulent des réformes structurelles. Comme le débat n'est pas posé et assumé clairement, le pouvoir zigzague, il laisse la place à des initiatives parlementaires incohérentes. Par son silence, il continue de justifier les radicaux, pour qui il s'agit d'un choix entre des politiques « de droite » ou « de gauche ».

 

La vérité concrète est de tenir compte et de la demande et de l'offre, et d'agir dans le détail de façon pratique. Mais le goût de l'idéologie passe devant. La France est incapable d'abandonner les joies primaires de l'opposition paresseuse « gauche contre droite ». Elle préfère le pseudo-débat d'idées aux débats réels et le paie par la lenteur de ses réformes.


La deuxième opposition à la croissance vient des écologistes et de tous ceux qui ne veulent pas que le travail soit le centre de leur vie. Ils craignent que l'économie n'abîme la nature, ils se satisfont, ou disent se satisfaire, d'une vie « frugale ». Pour eux, au fond, le déclin va dans le bon sens.


Troisième catégorie, la gauche dans sa majorité, pour laquelle les réformes sont le prétexte à une remise en cause des avantages sociaux. Ceux-là considèrent encore que le capital et le travail s'opposent et ils voient dans l'amélioration des marges des entreprises non pas la condition de l'investissement mais des cadeaux au patronat. Cette résistance est vécue comme salutaire, elle défend la « bonne » économie, celle des « avantages acquis ».

 

Si l'usine devenue non rentable ferme, c'est la faute à l'euro fort, à l'Europe, à la mondialisation, bref au capitalisme.

Le déclin, c'est les autres.

 

 Avec mathieu LAINE


The Economist dénonce le déni économique et politique des différents candidats et des politiques français en général

L'article de The Economist:
http://www.economist.com/node/21551478

Traduction par Georges Kaplan:
http://ordrespontane.blogspot.fr/2012...

Crédit vidéo:
ce soir ou jamais - France3, le 03/04/2012

 


Depuis la tentative chiraquienne en 1986 d'introduire le libéralisme en France et son échec à la présidentielle de 1988, la droite n'a plus de ligne claire en matière économique. Elle appelle sur le papier aux réformes, mais n'assume pas les remises en cause sociales qu'elles contiennent. Elle est divisée sur les questions de l'interventionnisme, du protectionnisme comme de l'Europe. Bref, elle n'aide aucunement à promouvoir les solutions qui existent. Nicolas Sarkozy, qui promettait la rupture, s'était empressé de ranger le rapport Attali dans un tiroir.


Il y a en France une sorte de consensus pour le déclin. Rêve d'hier, des Trente Glorieuses, repli et discours protectionniste, la France n'arrive pas à accepter le monde qui change et d'en considérer les immenses opportunités. Tous les Français voient le déclin venir, mais la vie reste encore, pour un moment, confortable. Quand on est dans la nostalgie, on s'en nourrit maladivement, on s'y accroche. Dans les vieux empires, le déclin, c'est tout ce qu'il nous reste.


Par Eric Le Boucher

 

La préférence pour le déclin

Source:

Publié dans Politique

Commenter cet article

Pierre Robert Michon 10/11/2013 11:04


Pierre Robert Michon Repli et discours
protectionniste, pourquoi pas si c'est provisoire pour mieux se restructurer et rebondir plutôt que de ne faire qu'essayer de parer les coups. Combien d'armées ont perdu la guerre de n'avoir pas
su se replier, réfléchir et contrattaquer.
Parce que de toutes les façons repli et protectionnisme, n'est pas une manœuvre de tout repos. Il va y falloir beaucoup d'effort pour se restructurer sinon ce ne sert à
rien.

Pierre Robert Michon 10/11/2013 10:59


Pierre Robert Michon Repli et discours protectionniste, pourquoi pas
si c'est provisoire pour mieux se restructurer

Henon Marc 10/11/2013 10:35


Henon Marc Oui en effet, mais le peuple ignore tout cela ! Giscard, Mitterrand, Sarko, Chirac, eux ne l’ignoraient pas ! Ils savaient que la France était pillé en cela
continuera tant que nous ne serons pas en démocratie ! Saviez-vous par exemple que Pompidou avait été deux fois directeur a la Banque Rothschild et ceci avant
d'être président ? Saviez-vous que la loi obligeant la France a emprunter aux banques privés a été imposé par celui-ci en Janvier 73 ? hahaha Nous ne sommes pas idiots d'être ignorant ! Nous ne
le savions pas ! Mais nous pensons que le peuple commence à comprendre le plan !



Le changement c'est maintenant' ! ou 'Fais-moi confiance' au choix !








Michel Lescouët 10/11/2013 10:34


Michel Lescouët entièrement d'accord laissons les dans leur
merde

Bretagne Demain 10/11/2013 10:32


Bretagne Demain