La France souffre d’hyper étatisme et que la dette publique n’est qu’un symptôme de cette maladie mortelle par Jean Yves Naudet

Publié le par AL de Bx

La crise se prolonge et s’aggrave : nous en sommes tous conscients et inquiets. Pourtant, certains chiffres passent encore inaperçus des Français, car ils semblent plus éloignés de leur vie quotidienne donc moins inquiétants : ils concernent les déficits et la dette publique.

 

mille feuille-1-fa855


On avait d’abord appris qu’en 2013 l’objectif fixé par le gouvernement à 3% ne serait pas atteint et qu’il serait reporté à 2014. Voici que les résultats pour 2012 montrent aussi un dérapage : 4,8% au lieu des 4,5% annoncés. Pour être rassurants, il ne manque pas de beaux esprits pour expliquer qu’une réduction trop rapide des déficits aggraverait la crise ! C’est se moquer du monde et exploiter l’ignorance économique de nos compatriotes : en réalité notre économie est plombée par la dette publique.

 

 

 

 

 

Déficit et dette : les mauvaises surprises

C’est le lendemain de l’allocution du Président Hollande que l’INSEE a publié les résultats des finances publiques pour 2012. Le dérapage est sensible. Le déficit devait être limité à 4,5% du PIB : il aura été finalement de 4,8%. Le déficit a atteint 98,2 milliards pour l’ensemble constitué de l’Etat (80 milliards à lui seul), des collectivités locales et de la Sécurité sociale. Avant de connaître ce dérapage 2012, on avait appris que pour 2013, où le le déficit aurait dû passer de 4,5% à 3% (suivant la promesse antérieure du gouvernement), la réalité serait moins rose et le déficit ne pourrait être réduit en dessous de 3,8%. En partant d’un déficit plus élevé en 2012, on sera encore plus loin de l’objectif en 2013.

 

 

Qui dit déficit dit dette : il faut bien emprunter pour payer ce qui dépasse les recettes fiscales. De ce point de vue, on va de record en record puisque chaque année on emprunte d’une part pour rembourser les emprunts antérieurs arrivant à échéance (donc la dette ne diminue pas) et d’autre part pour financer le déficit nouveau. En 2012, toujours selon l’INSEE, la dette a atteint 1.833,8 milliards (contre 912 milliards en 2002 !), soit 90,2% du PIB (59,1% en 2002). Nous voici, en pourcentage, le sixième pays le plus endetté de la zone euro après le Portugal, l’Italie, la Grèce, la Belgique et l’Irlande, qui ne sont pas des modèles de vertu budgétaire ! Nous allons en 2013 nous situer bien au-delà de ces 90% et la dégradation se poursuivra mécaniquement en 2014.

 

arbre.jpg

 

47 milliards d’intérêts par an

Pour beaucoup, tout cela est bien lointain et ne concerne pas leur vie quotidienne ; en outre, puisque le dernier budget en équilibre remonte à 1974, pourquoi s’affoler ? Sans compter les affirmations péremptoires de ceux qui expliquent que la réduction des déficits aggraverait la crise : la religion keynésienne reste toujours très présente.


Cette question du déficit et de la dette reste pourtant très préoccupante et elle est au cœur de la dégradation générale de notre économie. Il y a d’abord le poids de la charge de la dette, donc des intérêts à payer : actuellement 47 milliards d’euros, soit le deuxième poste du budget. Avant d’avoir envisagé la moindre dépense, il faut prévoir près de 50 milliards pour payer cette charge. Or les taux actuels sont faibles, mais plus on s’endette, plus les préteurs peuvent avoir des doutes sur notre capacité à rembourser ; les taux peuvent repartir à la hausse en un éclair : on l’a bien vu pour les pays du sud de l’Europe. Il y a là une véritable épée de Damoclès.

 

 

 

 

Les dépenses de l’Etat sont stériles

Il faut aussi se demander ce que la dette finance. Lorsqu’on emprunte pour financer un investissement, donc un élément durable, on peut s’interroger sur l’opportunité de cet emprunt, mais cela peut avoir un sens de financer un investissement à crédit, même si la réponse est plus évidente pour un investissement productif (pour les entreprises) que pour l’Etat. Mais ici la question ne se pose même pas. Les déficits et donc la dette concernent essentiellement des dépenses de fonctionnement : les retraites, l’assurance-maladie, le traitement des fonctionnaires, etc.


Comment peut-on justifier de financer ces dépenses à crédit ? Que dirait-on d’un ménage qui, pendant 40 ans, ferait ses courses les plus quotidiennes au supermarché à crédit? Il n’y a là aucune justification, sauf à croire au dogme keynésien selon lequel les dépenses publiques créent de l’activité et relancent l’économie. Mais on aurait du mal à trouver chez Keynes la justification d’une relance se poursuivant 40 ans. D’ailleurs, suivant le calcul keynésien, 40 ans de relance devraient nous valoir une croissance énorme, plus importante que celle de la Chine ! Il faut réellement être aveuglé par l’idéologie pour ne pas voir qu’au moment où dette et déficits atteignent des sommets, jamais la croissance n’a été aussi faible. Jamais et nulle part le déficit n’a créé la croissance.

 

Où trouver l’argent ? 

Maintenant se pose la question : où trouver l’argent pour rembourser ? On peut d’abord le fabriquer ex nihilo. Les Etats-Unis, avec détermination, la zone euro, avec moins d’enthousiasme, ont eu recours à la piste monétaire. Mais créer de la monnaie pour financer les déficits, sans contrepartie réelle, relève du tour de passe-passe qui peut se payer un jour très cher en inflation.


Alors il faut bien recourir à un nouvel emprunt. Mais vers quels épargnants va-t-on se tourner ? S’il s’agit de l’épargne nationale (un tiers du financement de la dette souveraine en France), cela provoque un effet d’éviction : les dépenses publiques ainsi financées évincent les dépenses privées : de nombreux investissements privés ne peuvent avoir lieu faute de trouver une épargne suffisante, détournée vers le secteur public. S’il s’agit de l’épargne étrangère (deux tiers de la dette), elle nous rend dépendants, notamment des marchés, c'est-à-dire des pays prêteurs (comme la Chine) : nos ministres qui ne parlent que d’indépendance ne réalisent-ils pas qu’un pays surendetté doit se soumettre à ses prêteurs ?

 

 

 

 

 

Qui paiera en fin de compte ?

En fin de compte, qui supportera le poids de toutes ces dettes ? Ce sont les générations suivantes, à qui nous offrons notre dette en héritage. Est-ce très moral ? Est-ce très habile sur le plan économique ? On plombe l’avenir de la nouvelle génération. La France a pu emprunter fin mars à une échéance de plus de 30 ans ; il n’est pas sûr que la génération de ceux qui ont 20 ans aujourd’hui apprécie le cadeau. Mais en a-t-elle conscience ?


Le déficit et la dette ont conduit nos économies à la crise la plus grave depuis la guerre, creusant la récession. Il faut donc de toute urgence les réduire. Vouloir le faire en augmentant les impôts, a fortiori avec des taux confiscatoires, c’est aggraver la récession donc les déficits. La seule solution viable, c’est de réduire drastiquement les dépenses publiques (56,6% du PIB, soit de dix points supérieures à celles de nos voisins allemands) en réduisant la place de l’Etat dans l’économie, donc en privatisant. Tant que le gouvernement n’admettra pas que la France souffre d’hyper étatisme et que la dette publique n’est qu’un symptôme de cette maladie mortelle, la France continuera à plonger.

 


Par Jean Yves Naudet


  LE BOULET DE LA DETTE PUBLIQUE


Source: Libres.org , Aleps et Jacques Garello

 

 

 26284302.jpg

De Wikiberal

La dette publique est constituée du montant total de tous les emprunts de l'État et des autres administrations publiques (collectivités territoriales et protection sociale). La dette intérieure est contractée auprès des agents économiques intérieurs (ménages, entreprises, institutions financières) tandis que la dette extérieure est financée par des intervenants étrangers.

Elle sert à financer (et est accrue par) le déficit budgétaire.

Comment liquider la dette publique

L'Histoire permet de dresser la liste des façons dont les États ont liquidé leur dette publique :

  • la répudiation ou le défaut de paiement : la dette est "rééchelonnée" ou n'est plus remboursée (cas des emprunts russes, répudiés en 1918 par les Bolchéviques ; en France, en 1797, le Directoire annule autoritairement les 2/3 de la dette) ; une "doctrine" ad hoc existe à ce propos, celle de la "dette odieuse" ;
  • la dévaluation de la monnaie et l'inflation monétaire permettent de rembourser la dette en dessous de sa valeur d'origine (cas de l'Empire romain sur le déclin, Allemagne de Weimar, dévaluation du peso en Argentine en 2002, quantitative easing pratiqué par les banques centrales, monétisation de la dette, etc.) ; l'inflation est une redistribution qui s'opère entre emprunteurs et prêteurs ;
  • l'augmentation des impôts permet de faire face aux remboursements, mais c'est la mesure la plus impopulaire, et qui ne règle pas le problème pour autant ;
  • le désendettement par diminution du périmètre de l'État (par privatisation, suppression de subventions et de prestations, plan d'austérité, réduction drastique du traitement des fonctionnaires, etc.), impopulaire également (cas de la Grèce en 2010) ; cette solution de bon sens se heurte aux mauvaises habitudes qui perdurent entre l'État redistributeur ou gaspilleur et sa « clientèle » privilégiée ;
  • le transfert des dettes à une entité qui a une meilleure réputation aux yeux des créanciers (solution des "eurobonds" pour remédier à l'endettement des pays européens) : cela permet de gagner un peu de temps, sans régler aucun des problèmes d'endettement excessif ;
  • la recherche de nouvelles ressources à l'intérieur du pays par l'emprunt forcé, l'expropriation, ou à l'extérieur par la guerre (cas de la Révolution française et du Premier Empire) ;
  • la liquidation physique des créanciers (par exemple Philippe le Bel avec les Templiers).

Toutes ces options étant plus ou moins douloureuses et obligeant l'État à sortir de la consensuelle "tyrannie du statu quo", les États se contentent de naviguer à vue et de cacher la réalité autant que possible. La plupart des analystes prédisent que l'inflation (voire l'hyperinflation) en sera le résultat :

« Tous les États-providence occidentaux seront dans l’incapacité de rembourser leurs dettes, et ne pourront pas faire face à leurs obligations vis-à-vis des personnes accédant à la retraite. Le seul moyen qu’il leur reste pour assumer leurs engagements est de s’engager dans une inflation démesurée, c’est-à-dire émettre de la monnaie afin de donner l’impression qu’ils peuvent honorer leurs paiements, avec comme conséquence inévitable, la perte de pouvoir d'achat de leurs devises qui sera suivie de l’expropriation de l’individu productif (nationalisations). »
    — Hans-Hermann Hoppe

À noter que la dette cesse de croître à partir du moment où le solde budgétaire est positif. Il ne suffit pas de se conformer à un déficit budgétaire limité à 3% (critères de Maastricht). Contrairement à une erreur commune, un solde primaire (solde budgétaire moins charge de la dette) excédentaire ne signifie pas baisse de la dette, mais c'est le solde budgétaire qui importe. Avec la financiarisation de l'économie, tous les prêteurs d'obligations se couvrent par la souscription de credit default swaps (CDS), ce qui rend en théorie possible de faire payer la dette suite à un éventuel défaut de paiement par les vendeurs de ces contrats (en réalité, étant donnés les montants en jeu, la solvabilité de ces vendeurs est elle-même très douteuse).

 

2013-04-09T072749Z 1 APAE9380KQF00 RTROPTP 3 OFRTP-FRANCE-J

L'analyse libertarienne

Pour les libertariens (voir par exemple Murray Rothbard, Repudiating the National Debt), l'État ne peut être mis sur le même pied qu'un débiteur privé. Son engagement n'a pas de valeur, puisqu'il ne crée pas de richesse, mais vit de l'argent volé aux contribuables ou de cet impôt caché qu'est l'inflation. Les créditeurs de l'État sont eux-mêmes éthiquement répréhensibles, puisqu'en tant que « receleurs d'impôt » ils seront remboursés grâce à la coercition fiscale. La dette publique ne peut être considérée à l'égale d'un contrat entre propriétaires légitimes. Elle ne fait qu'augmenter le fardeau fiscal. Plutôt que l'augmentation des impôts ou l'inflation, Rothbard propose une solution révolutionnaire : la répudiation de la dette publique. Il n'y a pas de raison que la population paie pour les dettes contractées par les classes dirigeantes ; de plus, cela empêchera les gouvernements, faute de créanciers, de continuer à détourner des ressources privées pour les gaspiller dans les projets étatiques. La répudiation de la dette est donc un moyen radical de diminuer l'emprise de l'État sur la société civile, en lui "coupant les vivres". Rothbard propose aussi de traiter l'État comme une entreprise en faillite et de vendre tous ses biens.

 

Publié dans Travail et Economie

Commenter cet article

Ivan Smolensky 16/04/2013 14:38


Ivan Smolensky Ah j'allais oublier dans cette fameuse commune : croisé il y a 5 minutes, un
tractopelle tout neuf et une fourgonnette neuve avec girofare. Autant de travail en moins pour le BTP.

Patrick Desouches 16/04/2013 14:13


Patrick Desouches En commençant par ne plus embaucher de fonctionnaires, en leur retirant leurs
privilèges, en leur mettant 3 jours de carence comme le privé, etc, etc .... !!!



Par la possibilité de licenciement dans la fonction publique, etc, etc
.... !!!

Daniel Thureau 16/04/2013 13:43


Daniel Thureau Moi aussi, je veux moins d'état, beaucoup moins d'état, mais vu la dimension du problème, et à moins de
considérer l'être humain comme une marchandise comme une autre, j'attends autre chose que des analyses simplistes et des "montrés du doigt" qui ne profitent d'ailleurs, par réaction, qu'au
conservatisme ambiant, On ne résoudra pas des problèmes, humainement graves, par des conversations de bistro, notre société, et j'en suis bien d'accord, au niveau de l'état, mais pas que, a
besoin d'une profonde mutation....Question...Comment la réaliser en minimisant les drames humains...Je n'ai toujours pas la réponse....

Ivan Smolensky 16/04/2013 13:42


Ivan Smolensky Nous avons maintenant de nouveaux fonctionnaires et nous ne pourrons rien y faire, c'est un fait. Je
reprends l'exemple de cette commune où deux employés communaux sont à plein temps pour entretenir les espaces communs, c'est à dire quelques arbustes et un massif complanté en plantes
perpétuelles et quelques petites bandes de gazon qui nécessite ; une tondeuse à moteur, une tondeuse autoportée, deux fourgons, un camion benne,un aspirateur autoporté (qui ne sert pas et j'en
passe. Bref on voit là l'exemple débridé d'une commune mal gérée.

Daniel Thureau 16/04/2013 13:41


Daniel Thureau OK, tout ça moi je veux bien, mais allons au fond des choses, on a trop de fonctionnaires ou assimilés,
ok, le surplus vous l'évaluez à combien...?....Car un moment faut bien avancer des chiffres, sinon on parle dans le vide et puis faut préciser aussi comment on voit les choses par la suite, pour
ces fonctionnaires, rendu à la vie privée, que va t il se passer...?...Le gaspillage des collectivités locales, la aussi ok, j'en constate tous les jours dans ma commune, mais je vois aussi des
gens travailler, je constate aussi de l'activité économique, surtout pour les entreprises de travaux publics......Une restriction des subventions publiques entraînerait forcément,
mathématiquement un ralentissement de l'activité économique et conséquemment du chômage....Le chômage, sauf à laisser les gens crever de faim à un coût pour la société, alors vous allez me dire
sans aucun doute que l'argent ainsi économisée permettrait de baisser les charges des entreprises...etc....Vous mettez des gens à la rue, vous casserez forcément la consommation intérieure donc,
à nouveau, montée du chômage, faudra reconvertir, reclasser les gens, la aussi, il ya un coût...Qui va payer...?...Quand on critique, faut tout dire et avoir le courage politique d'annoncer la
couleur en disant les conséquences de ce qu'on propose....



Celà dit afin de vous évitez les poncifs habituels, je ne prends partie
pour personne, moi aussi j'ai des solutions, je me pose simplement, en tant que citoyens des questions....