Vae victis et libéralisme/socialisme de Faré (François-René Đặng-Vũ Bân Rideau)

Publié le par AL de Bx

Imaginez un homme politique allemand, partisan de l'assassinat de masse sans scrupule, acquérant le pouvoir dans son pays.

Ben-Imaginez-Autre-Chose-Cartes-postales-435054390 ML

Imaginez-le à la tête d'une organisation de conquête du pouvoir par des moyens violents, envahissant ses voisins et conquérant de vastes territoires, ses troupes de choc pillant, violant et passant par les armes des villes entières.

 

Imaginez-le s'alliant avec des spécialistes de la propagande et du contrôle des esprits pour plus facilement galvaniser ses troupes et dominer ses victimes.

 

Imaginez-le enfin victorieux, installant au pouvoir sa Race des Maîtres, dont le sang est soi-disant pur et noble, qui dominera, par la combinaison de la force sanglante et du lavage de cerveau idéologique, les masses asservies des peuples conquis, ethniquement inférieurs, dans un Reich qui durera plus de mille ans.

Parti-socialiste--avant--copie-1.jpg

Ridicule?

Et pourtant, ce Reich n'a rien d'hypothétique; il porte le nom de la coalition de brigands qui a conquis cet Empire:

 

Frankreich, dans la langue des Maîtres. Ce chef de guerre s'appelait H'lodwigh, et vous le révérez aujourd'hui sous le nom de Clovis, ou Louis Ier, roi des Francs, cependant que vous adorez son Goebbels sous le nom de Saint Rémi.

 

Hitler_et_Muller.jpgOui, Français, cette France dont vous êtes fier n'est que les restes dégénérés de l'Hitlérisme triomphant, dont vos ancêtres furent les esclaves honteux. Ou plutôt, l'Hitlerisme ne fut que la triste caricature des conquérants germains passés, par les restes eux aussi dégénérés d'une Allemagne dont l'aristocratie avait été décimée, comme celle de toute l'Europe, dans la conflagration suicidaire de la Grande Guerre.


 


  Par prof Kuing Yamang: Libertarien TV relaye certaines vidéos d'auditeurs nous ayant fait l'honneur de nous le demander.
Aujourd'hui nous vous présentons la chronique du Minarchiste de MrDarksholos : socialisme national et international

Vidéo d'origine :
http://www.youtube.com/watch?v=biDyvk...

La chaine de MrDarksholos :
http://www.youtube.com/user/MrDarksholos

 

Mais ne vous en faites pas, esclaves que vous voulez rester, vous qui vous vautrez dans le socialisme, cette idéologie servile; car un nouveau maître est venu du Sud remplacer celui du Nord qui s'est suicidé en 1914. Non moins barbare, il possède néanmoins cette étincelle de civilisation que vous n'avez pas:

 

la volonté de vivre en maître chez soi. Vae victis.


(Dans le prolongement, vous pouvez lire mon Soyons Francs, et en contrepoint, mon Éloge de la reddition; et pour tout ça et plus, écoutez en anglais mon allocution à PorcFest X)

 

eyes black and white

Resister_a_l_Empire_-_Par_Vincent_Vauclin-9f4aa.png

A Thousand-Year Reich — The Sources of Eternal France

Imagine a German politician, who supports mass murder without scruple, acquiring power in his country. Imagine him at the head of an organization seizes power by violent means, invading his neighbors and conquering vast territories, its storm troopers murdering, raping and pillaging entire cities. Imagine him allied with specialists in propaganda and mind control to more easily motivate his troops and dominate his victims. Imagine him victorious at last, establishing the power of his Master Race, whose blood is supposedly pure and noble, that shall rule, by a combination of brute force and ideological brainwashing, the enslaved masses of the ethnically inferior subjected peoples, in a Reich that will last over a thousand years.

Ridiculous are you saying? Yet this Reich is not a mere fantasy; it bears the name of the coalition of thugs who conquered this Empire: Frankreich, in the language of the Masters. This warlord was called H'lodwigh, and is revered today as Clovis, or Louis I, King of the Franks, whereas his Goebbels is adored as Saint Remigius. Yes, this France that so many French people are proud of is but the degenerate remnants of Hitlerism triumphant, of which their ancestors were the shameful slaves. Or rather, Hitlerism was only the sad caricature of the Germanic conquerors of the past, also attempted by the degenerate remnants of Germany, the aristocracy of which had been decimated, like those of all Europe, in the suicidal conflagration of the Great War.

But the French need not worry: they want to remain slaves, and wallow in Socialism, the ideology of slaves; and they will get a new master come from the South, to replace that from the North, who committed suicide in 1914. The new master is no less barbaric, yet they still possess that spark of civilization that France, and Europe, has lost: the desire to live as masters in their own home. Vae Victis.

(As an extension, you can read my Being Frank, and as counterpoint, my Ode of Surrender. And for all that and more, listen to my speech at PorcFest X.)

 


   Pour Marine Le Pen, il faut encore plus d'État et le libéralisme est le mal absolu.
Le Front national trouve que la majorité actuelle n'est pas assez à gauche.
Égalitarisme, autoritarisme, méchant capital et salauds de riches, les idées d'extrême gauche de Marine Le Pen, c'est maintenant !

 

Defense-Empire-colo.jpg

Libéralisme contre Socialisme

 

Ma cousine Marie Michelle ne comprend pas l'opposition radicale entre libéralisme et socialisme, et pour les réconcilier appelle de ses voeux "un parti qui essaierait de maintenir un juste équilibre entre droits individuels et collectifs".

Mais la notion même de parti suppose déjà une bonne dose de socialisme: la notion que les plus forts politiquement pourront légitimement imposer leurs opinions aux plus faibles, de par leur nombre et leur organisation — au nom de la société, de la nation, ou autre collectif opposable à tout individu dissident. La notion "d'équilibre" est aussi socialiste. Elle suppose que tout est sur le même plan, objet d'une lutte dont l'enjeu est tout, soumis aux aléas arbitraires des changements de "rapports de force". Rien n'est sacré, nul n'est à l'abri; le pouvoir politique décide de tout sur tout, et l'impose par sa force suprême. Des concessions circonstantielles seront faites à ceux qui s'organiseront en retour dans cette guerre permanente de tous contre tous. Le socialisme, c'est cette guerre totale qui détruit tout, c'est l'antagonisme radical des intérêts humains, c'est l'antithèse même de la paix sociale, de la société, de la civilisation. Le mot d'ordre du socialisme, c'est la lutte. Le principe du socialisme, c'est le jeu à somme négative.

 


 

Léo Ferré parle de la gauche, des politiques, des artistes et de ces gens qui se disent de gauche.

Extraits:

"La gauche c'est une salle d'attente pour le fascisme."
"Vous connaissez un artiste de gauche ?"
"Ces gens qui se disent de gauche, c'est ce qui tue ce pays."
"Je ne vois plus de journalistes de ma vie, c'est fini, ils font trop de mal...ils racontent des conneries...Méchants !"

CV: A bout portant 1971

 


Pour un libéral, tout parti prétendant définir et imposer à tous une même politique est ipso facto illégitime. Seules sont légitimes les associations et confédérations d'associations que chacun peut librement rejoindre ou quitter, où nul n'impose rien à nul autre que lui-même. Il n'y a pas d'équilibre à établir entre intérêts, il n'y a que des limites à déterminer entre propriétés. Qui décide? Sur chaque chose, son propriétaire, selon ses intérêts. Tant qu'il ne viole pas ce faisant la propriété d'autrui non consentant. Propriété de chacun sur son corps, sur les biens qu'il acquiert par le travail et l'échange, le don et la bonne gestion, sans violer la propriété d'autrui. Le libéralisme, c'est la paix et la justice, l'ordre émergent d'intérêts harmoniques. C'est la civilisation. La valeur du libéralisme, c'est la création. Le principe du libéralisme, c'est le jeu à somme positive.

 


 

Fabrice Luchini parle d'argent, du mérité à le gagner, de fiscalité etc.

Lien 1) Le barème de l'imposition 2013 :

http://impots.dispofi.fr/bareme-impot...


Crédit vidéo :
Ce soir ou jamais le 15/01/2013

 


La notion même de parti politique est si détestable à ce libéral, que pour moi, l'activité d'un tel parti politique relève de la guerre totale si elle est étrangère, de la haute trahison si elle est autochtone: la peine capitale en est le seul châtiment concevable — et c'est d'ailleurs le seul cas qui justifie un tel châtiment. Le bien public le plus sacré, le seul et unique bien public d'ailleurs, c'est le Droit — Droit naturel, Droit commun, Droit libéral, issus de principes objectifs dont la découverte émerge de la concurrence entre juridictions volontairement acceptées ou rejetées par chaque individu. En se définissant expressément comme l'ennemie de ce Droit, le Socialisme est l'idéologie anti-sociale par excellence. Le socialisme, c'est le Mal incarné, déguisé en Bien. C'est le Diable lui-même, qui s'habille en Saint pour séduire ses victimes, et corrompre à sa cause les âmes les plus pures. Sous couvert de générosité, c'est la justification de la force, de la violence et de l'agression comme moyens pour imposer un pouvoir total et arbitraire des vainqueurs au nom même de leurs victimes.


"Messieurs, le jour s’approche où il y aura deux grandes classes, les socialistes et les anarchistes. Les anarchistes veulent que le gouvernement ne soit rien, et les socialistes veulent que le gouvernement soit tout. Il ne peut pas y avoir de plus grand contraste. Et bien, le temps viendra où seuls subsisteront ces deux grands partis, les anarchistes représentant la doctrine du laissez faire et les socialistes représentant l’extrême inverse, et quand ce temps viendra je serai un anarchiste."

— William Graham Sumner (1840-1910)

 

Par Faré, François-René Đặng-Vũ Bân Rideau 

Source:

Publié dans Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

joseph v. 07/05/2014 18:25

Cher Faré,

Je m'inquiète pour toi. Ta posture de gnôme écumant de rage à l'idée que ceux qui refusent de penser comme toi sont largement majoritaires nous inquiète tous, en fait. Tu es sûr que n'a pas oublié de prendre tes pilules bleues ? Et les blanches, tu y as pensé, aux blanches ?

Il va pourtant falloir te résigner à admettre que c'est toi qui est un malade mental délirant, et à accepter les généreuses injections de barbituriques d'état, dans des institutions asilaires d'état, où des infirmiers diplômes d'état poussent avec entrain les pistons des seringues de l'état.

Quelle charmante perspective...