Une hégémonie marxiste irréversible pour une socièté socialiste assurée par Guy Millière

Publié le par AL de Bx

Voici une dizaine de jours, c’était le premier anniversaire de la présidence de François Hollande. Triste anniversaire.

 

L-L-0009.JPG


Ceux qui voudraient mettre quoi que ce soit à l’actif du « Président normal » auraient bien des difficultés à trouver quoi citer. L’endettement du pays continue à se creuser. Les chiffres du chômage poursuivent leur ascension. Les pauvres se multiplient, comme toujours lorsque les socialistes sont au pouvoir. Les projets fiscaux les plus ineptes énoncés lors de la campagne électorale n’ont pas vu le jour, mais la fiscalité ne s’en est pas moins trouvée alourdie. L’ombre de la duplicité et de l’hypocrisie, qui s’est déployée avec l’affaire Cahuzac, ne cesse de projeter ses effets de délégitimation.


C’est sur ce fonds malsain que se sont déroulé les manifestations contre la seule « réforme » que François Hollande ait vraiment menée jusqu’au bout : celle du mariage.

La dimension de destruction de la famille qui s’y love a suscité un vaste mouvement de rejet qui n’aurait sans doute pas acquis cette ampleur s’il n’avait pris appui sur une inquiétude plus large.

 

hollandemainslevees323.jpg


En sa grande majorité, la population française perçoit que le pays est en déclin et que le déclin s’accentue jusqu’à ressembler à une maladie en phase terminale.

La perception du déclin, visible dans tous les sondages, s’accompagne d’un désarroi, d’une angoisse, d’une dépression collective tout à fait explicables.

Sans doute parce que nous sommes au printemps, certains ont vu dans les réactions de dé sarroi, d’angoisse et de dépression collective les traces d’un « printemps français ». J’aime rais penser qu’ils ont raison, mais je dois dire que je suis circonspect.

Il ne se dessine, en effet, aucun sursaut, aucune esquisse de perspective.

Les gens de gauche pensent, pour la plupart, que François Hollande n’est pas assez à gauche, autrement dit qu’il n’a pas été assez loin dans la progressivité fiscale, et ils sont plus que jamais enferrés dans la débilité envieuse qui les conduit à considérer qu’il suffit de s’en prendre aux plus entreprenants pour que tout aille mieux. Nombre de gens de droite sont porteurs de propositions teintées des mêmes idées stupides.


Les explications de l’évolution économique planétaire, des paramètres de la globalisation, de la croissance qui se poursuit ailleurs sur la planète, et qui ne déserte que le continent européen, sont absentes.

Le vieillissement accéléré que connaît l’Europe, les incitations qui sous-tendent les flux migratoires complexes qui strient celle-ci et en font fuir les porteurs de capital intellectuel, ne sont jamais évoqués.

 

 

 

 


La France, comme une part majeure du continent européen, est soumise au règne absolu d’une hégémonie marxiste, anticipée par le communiste italien Antonio Gramsci dans les années 1930. Gramsci pensait que le capitalisme, dans la première moitié du XXe siècle, était en position hégémonique. Il préconisait une longue marche des adeptes du dogme marxiste dans toutes les institutions, jusqu’à ce que l’hégémonie capitaliste soit remplacée par une autre hégémonie, marxiste celle-là.

Il précisait que, lorsque cette hégémonie marxiste serait en place, une irréversibilité serait atteinte. Tous les débats alors, disait-il, auraient lieu au sein de l’hégémonie marxiste ainsi instaurée et sur son horizon. Toute possibilité de raisonner à l’extérieur de l’hégémonie marxiste serait condamnée à être marginalisée. Des mouvements de colère contre l’hégémonie marxiste instaurée pourraient encore exister, mais ils ne pourraient plus se doter des paramètres indispensables pour constituer une alternance.

Gramsci voyait dans l’hégémonie marxiste instaurée la possibilité que vienne enfin une société socialiste. Il n’avait pas tort.

 

944962_628720787157152_2052333065_n.jpg


Les Français perçoivent le déclin, disais-je. Ils sont imprégnés de désarroi, d’angoisse, de dépression collective. Ils peuvent être en colère. Ils peuvent chercher des réponses en songeant qu’elles sont à gauche, à droite, ailleurs. Mais ils ne voient pas, dans leur majorité, que l’hégémonie marxiste ressemble à une nasse qui se referme. Ils ressentent une mort qui vient. Ils ne discernent pas de quoi meurt la France.

Et ils ne discernent pas que la présidence Hollande est l’un des effets de la mort qui vient, pas la cause de cette mort.

 

Par Guy Millière pour les 4 verites

La France meurt de l’hégémonie marxiste

Source:

Guy Millière

guymillierewww.drrz.info.jpg


De Wikiberal:

Guy Millière (né en 1950 à Marseille) est un universitaire et un écrivain français proche des néo-conservateurs.


Guy Millière est avec Yves Roucaute, l'un des rares professeurs d'université français qui ait publiquement soutenu George Walker Bush aux élections présidentielles américaines de 2000 et 2004, et à prédire sa réélection en 2004. Il partage les analyses des "néo-conservateurs" américains, avec lesquels il entretient des liens étroits. Il plaide même depuis des années pour que les États-Unis procèdent à une totale "recomposition" du monde (du monde arabe notamment), y compris par des moyens militaires.


En raison de sa formation en économie aux États-Unis, Guy Millière jette un regard très critique sur la France et est l'auteur de plusieurs ouvrages polémiques qui la décrivent comme gangrenée et condamnée à terme par l'étatisme de droite comme de gauche. Il a concernant l'Islam des prises de positions en conformité avec les milieux néo-conservateurs auxquels il appartient, et en particulier proches de celles défendues par FrontPage Magazine.


Récemment, il est devenu président de l'Institut Turgot. Au sein de l'Institut Turgot, il organise de nombreux colloques, manifestations et conférences avec des personnalités libérales, comme Georges Lane, Michel de Poncins, François Guillaumat, Yves Roucaute, par exemple.

 

milliere_jaune.jpg

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Guillaume Besset 17/05/2013 09:21


Guillaume Besset Pour moi avoir soutenu George Bush lui enlève une part de crédibilité