Un royaliste parfois libéral en fin de vie reconverti à l'Islam: Victor HUGO

Publié le par AL de Bx

La République organise des funérailles nationales pour le “poète du peuple”. Le corbillard des pauvres est suivi par un cortège de plus d’un million de personnes jusqu’au Panthéon. Qui se souvient alors du jeune écrivain chantre de la Restauration monarchiste ?

 

dyn006_original_630_296_pjpeg_2565708_e6d5e209ad62e8d90ea09.jpg


La maison de Hauteville House reçoit des milliers de lettres d’anonymes, amis de la littérature et républicains convaincus. À la suite de la publication de son roman les Misérables, Victor Hugo est submergé de témoignages de sympathie. Nous sommes en 1862, il a 60 ans. Exilé sur l’île anglo-normande de Guernesey, chassé du territoire français par Napoléon III, l’écrivain est devenu peu à peu l’emblème de la résistance au tyran. « Et s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là. » Il a dédaigné la main tendue de l’empereur, refusant de pactiser avec “Napoléon le Petit” qu’il tente de couvrir de ridicule en le comparant à son oncle.


Autour de lui, Hugo voit pourtant fléchir ses amis, las de l’exil. Un à un, ils rentrent à Paris. Lui se veut comme un chêne dans la tempête ; il ne cède pas. Bien au contraire, dans les Misérables, il raconte cette scène qui l’a tellement marqué lors du coup d’État de 1851: la mort d’un enfant, tué d’une balle perdue sur les barricades. Le mythe de Gavroche est né.


Et pourtant, c’est bien tardivement que l’écrivain s’est rallié à la République. Lors de la Révolution de 1848, il a d’abord tenté de sauver la monarchie de Juillet en proposant que la belle-fille de Louis- Philippe devienne régente au nom de son fils âgé de 10 ans, le comte de Paris. Mais il a essuyé un échec. Après la formation d’un gouvernement républicain provisoire dont fait partie son ami Lamartine, Victor Hugo est élu in extremis à l’Assemblée constituante dans les rangs du parti de l’Ordre, situé à droite de l’échiquier politique. S’il réprouve les émeutes populaires de juin 1848, il condamne tout autant le général Cavaignac qui les réprime dans le sang. Avec le coup d’État de Napoléon III va s’opérer le virage décisif qui fera oublier à Victor Hugo ses anciennes prises de position en faveur de la monarchie.

 

 

 

 


Car ce n’est pas un hasard si, jeune homme, il s’est écrié : « Je veux être Chateaubriand ou rien ! » L’auteur du Génie du christianisme, monarchiste et catholique, est alors pour lui un modèle en littérature comme en politique. À l’âge de 15 ans, Victor Hugo est nommé chevalier du Lys grâce à l’intervention de sa mère. Ce titre honorifique lui est décerné par Louis XVIII. Madame Hugo et ses trois fils portent en bandoulière leur engagement aux côtés de la Restauration monarchique. « Oh que la royauté, peuples, est douce et belle ! » Jeune, fougueux et déjà talentueux, Hugo fait partie des Ultras, les partisans du frère de Louis XVIII, plus royalistes que le roi. En 1819, il compose une ode sur le Rétablissement de la statue de Henri IV. Ce poème obtient le Lys d’or de l’académie des Jeux floraux de Toulouse.


Dans l’ivresse du succès, il fonde avec ses frères un journal, le Conservateur littéraire. Les rédacteurs en sont ses proches, écrivains monarchistes et catholiques comme lui, de Vigny à Lamennais. En 1820, Victor Hugo rédige deux odes très remarquées : la Mort du duc de Berry, assassiné par un homme qui voue une haine aux Bourbons, et la Naissance du duc de Bordeaux, héritier du précédent, celui que l’on appelle l’« enfant du miracle », le futur comte de Chambord. Le 9 mars de la même année, il se voit offrir par le roi une gratification de 500 francs. Victor Hugo ne fait pas mystère de ses opinions. « Quand on hait les tyrans, on doit aimer les rois », écrit-il dans sa tragédie Irtamène. À partir de 1822, c’est une pension annuelle de 1 000 francs qui lui est allouée. En 1825, il est invité au sacre de Charles X à Reims, pour qui il compose une nouvelle pièce. « L’oracle est enfin entendu / La royauté, longtemps veuve de ses couronnes / De la chaîne d’airain qui lie au ciel les trônes / A retrouvé l’anneau perdu. »


Mais à l’occasion des Trois Glorieuses de 1830, naufrage de CharlesX, il abandonne le parti légitimiste et se rallie aux Orléans qu’incarne Louis-Philippe. En 1841, il est élu à l’Académie française. En tant qu’ homme de lettres reconnu mais aussi en tant qu’orateur de talent, il est chargé de l’oraison funèbre du duc d’Orléans, le fils du roi, mort dans un accident de voiture à cheval. En 1845, il devient pair de France par ordonnance royale de Louis-Philippe dont il est l’un des familiers. La presse républicaine le couvre de sarcasmes qui trouvent un nouvel écho lorsqu’il est arrêté quelques semaines plus tard en flagrant délit d’adultère. Le roi étouffe le scandale au nom du génie littéraire.


Malgré cette carrière politique, ses condisciples et ses contemporains ne manquent pas d’être frappés d’étonnement par certains aspects de son oeuvre. En dehors des grandes disputes suscitées par ses pièces de théâtre au style très neuf – la bataille d’Hernani est demeurée célèbre – il a publié en 1827 l’Ode à la colonne de la place Vendôme, monument littéraire à la mémoire de Napoléon. Dans plusieurs de ses pièces, il ridiculise les rois qu’il dépeint au mieux en bourgeois, au pire en dépravés. Ceux qui connaissent son enfance sont mieux à même de comprendre les paradoxes intimes qui vont bientôt le pousser à qualifier ses écrits de jeunesse de « bégaiement royaliste ».


Fils d’un soldat de la Révolution devenu général d’Empire et d’une mère convertie au monarchisme par amour autant que par opportunisme, Victor Hugo est un condensé de toutes les contradictions de son siècle. Surpris lui-même par ses hésitations et ses revirements, il travaillera à la réécriture de sa propre légende pendant ses dix-neuf années d’exil.


Loin de la France, il vit avec les siens à Hauteville House depuis son expulsion de Jersey en 1855. Il propose à sa femme, Adèle, d’écrire le récit de sa vie. Victor et Adèle se sont connus enfants et leur couple est passé par toutes sortes de vicissitudes, de la mort de leur fille Léopoldine , jeune mariée, à la cohabitation notoire d’Adèle avec Juliette Drouet, maîtresse passionnée, logée à Guernesey non loin de la famille. C’est au cours des déjeuners qu’Adèle pose à son mari les questions propres à éclairer le passé du grand homme. Puis elle retranscrit sa parole. Ce sera Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie, publié en 1863 après avoir été fortement remanié. Hugo, déjà très célèbre, veille à élaborer une légende familiale dont il sait qu’elle sera reprise par la postérité.

 

Victor-Hugo-jeune.jpg


Élevé dans le culte de la famille royale par une mère voltairienne ?

Son royalisme originel empreint de religiosité est qualifié de “religion de ma mère”. Abandonnée par son mari et amoureuse d’un conspirateur monarchiste, parrain de Victor Hugo, sa mère, Sophie, aurait élevé ses enfants dans le culte de la famille royale. C’est oublier un peu vite qu’elle était voltairienne, ne voulait pas entendre parler de religion au point que le petit Victor ne fut pas baptisé, et se rallia opportunément à Louis XVIII en 1814 en arguant de ses liens avec son “conspirateur” exécuté par la police de Bonaparte. Napoléon était alors à l’île d’Elbe et cette mère de trois enfants recherchait la protection du nouveau prince.


Victor Hugo renforce cette image d’une enfance monarchiste en inventant une dissension politique qui aurait été la cause de la séparation de ses parents : à la très royaliste Sophie – « Parce que ma mère, en Vendée, autrefois, sauva en un seul jour la vie à douze prêtres » – , Victor oppose Léopold Hugo, général d’Empire dévoué à l’Aigle. Pourtant, lorsqu’ils ont fait connaissance en 1796, les deux jeunes gens partageaient bien les mêmes opinions. Sophie défendait la Révolution par la parole, Léopold par le sabre. En réalité, Victor Hugo ne laisse pas d’être impressionné par son père, image vivante du géant Bonaparte – « Étant petit, j’ai vu quelqu’un de grand, mon père. » La rupture entre ses parents ne l’a pas empêché de bénéficier d’une éducation très libre et très érudite du fait de la curiosité intellectuelle de sa mère. Parvenu dans la force de l’âge, l’écrivain tente de gauchir son image. Entre ses pamphlets antibonapartistes et ses romans populaires, il se crée un nouveau personnage très éloigné de celui de poète officiel de la cour du roi. L’heure n’est plus pour lui aux jeux de société. Le banni assume sa stature de symbole.


De retour à Paris après la chute de Napoléon III, il décidera de défendre ses idées librement, sans se soucier du camp auquel on peut le rattacher. Il défend le suffrage universel, « la plus admirable formule de paix publique », lutte contre la peine de mort, considère la propriété matérielle comme un droit et la propriété intellectuelle comme un trésor inestimable pour rendre les auteurs féconds. Il a vu l’instruction devenir gratuite et obligatoire peu avant sa mort et espère que les générations futures y gagneront en sagesse. Opposé à la violence en politique, il use pourtant de son influence pour tenter de faire amnistier les communards, en déroutant encore une fois son public, et il écrit :


 

« À terre, je ne suis qu’une barre de fer ; prenez-moi dans vos mains, et je serai un levier. »  

 

 

Victor Hugo, le royaliste

Par

Claire L'Hoër

 

Source:  Valeurs actuelles

 

 

vhjd_0.jpg

Victor Hugo

De Wikiberal:

Victor Hugo (Besançon, 26 février 1802 – Paris, 22 mai 1885), le plus célèbre écrivain français du XIXe siècle, a été aussi une figure politique de son temps. Ses idées ont fluctué et n’ont cessé également d’être contradictoires. Aussi, par certains aspects, il est parfois proche du libéralisme.

 

 

Un parcours politique sinueux

Élevé par sa mère bretonne dans l'esprit du royalisme, il se laisse peu à peu convaincre de l'intérêt de la démocratie. Pendant la Restauration, il soutient Charles X. En cela, il s'inscrit dans la ligne politique de Chateaubriand.

Il devient confident de Louis-Philippe en 1844, puis pair de France en 1845. Son premier discours en 1846 est pour défendre le sort de la Pologne écartelée entre plusieurs pays, puis en 1847 il défend le droit au retour des bannis dont celui de Jérôme Napoleon Bonaparte. Lors de la Révolution de 1848, Victor Hugo, pair de France, prend d'abord la défense de la Monarchie de Juillet.

Au début de la Révolution de 1848, il est nommé maire du 8e arrondissement de Paris, puis député de la Seconde République et il siège parmi les conservateurs. Lors des émeutes ouvrières de juin 1848, Victor Hugo, lui-même, va participer à la répression, en commandant des troupes face aux barricades, dans l'arrondissement parisien dont il se trouve être le maire. Il devait en regretter plus tard le caractère sanglant.

Il fonde, avec ses fils, le journal L'Événement en août 1848 qui mène une campagne contre le président du conseil, le républicain Cavaignac, et soutient la candidature de Louis Napoléon Bonaparte à l'élection présidentielle de 1848. Étant contre le principe de l'assemblée législative unique, il ne vote pas la Constitution du 4 novembre 1848.

Après la dissolution de l'assemblée nationale, il est élu en 1849 à l'assemblée législative et prononce son « Discours sur la misère ». Il rompt avec Louis-Napoléon Bonaparte lorsque celui-ci soutient le retour du pape à Rome et il se bat progressivement contre ses anciens amis politiques dont il réprouve la politique réactionnaire. En janvier 1850, Victor Hugo combat la loi Falloux sur l'enseignement ; en mai, il combat la loi qui restreint le suffrage universel et, en juillet, il intervient contre la loi Rouher qui limite la liberté de la presse.

Lors du coup d'État du 2 décembre 1851, Victor Hugo s'exile volontairement à Bruxelles, puis à Jersey en condamnant vigoureusement pour des raisons morales, le coup d'État et son auteur Napoléon III dans un pamphlet publié en 1852, Napoléon le petit, ainsi que dans Histoire d'un crime, écrit au lendemain du coup d'État et publié 25 ans plus tard et dans Les Châtiments.

Chassé de Jersey en 1855 pour avoir critiqué la reine Victoria, il s'installe à Guernesey dans sa maison Hauteville House. Il fait partie des quelques proscrits qui refusent l'amnistie décidée quelque temps après.

Victor Hugo retourne en France en septembre 1870 après la défaite de l'armée française à Sedan et la chute du Second Empire. Il reçoit de la part des Parisiens un accueil triomphal. Il participe activement à la défense de Paris assiégé. Mais il est à Bruxelles en mars 1871 pour régler la succession de son fils Charles lorsqu'éclate la Commune.

« Ce que représente la Commune est immense, elle pourrait faire de grandes choses, elle n'en fait que des petites. Et des petites choses qui sont des choses odieuses, c'est lamentable » (Actes et paroles, depuis l’exil).

Il ne soutient ni la Commune ni sa répression par le gouvernement d'Adolphe Thiers. Expulsé de Belgique, trouve refuge pendant trois mois et demi dans le Grand-Duché (1er juin–23 septembre). Il y achève le recueil L'Année terrible. Il retourne en France fin 1871 puis à Guernesey où il écrit en 1872, le roman Quatre-vingt-treize. En 1873, il est à Paris : il reçoit beaucoup, hommes politiques et littéraires, les Goncourt, Lockroy, Clemenceau, Léon Gambetta... Le 30 janvier 1876, il est élu sénateur et milite pour l'amnistie des communards. Il s'oppose à Mac Mahon quand celui-ci dissout l'assemblée.

Les idées sociales de Victor Hugo

S'il justifie l'enrichissement, il dénonce violemment le système d'inégalité sociale. Il est contre les riches capitalisant leurs gains sans les réinjecter dans la production. De même, il s'oppose à la violence si celle-ci s'exerce contre un pouvoir démocratique, mais il la justifie (conformément d'ailleurs à la Déclaration des droits de l'homme) contre un pouvoir illégitime.

Dans son discours d'ouverture du congrès littéraire international de 1878, il se positionne pour le respect de la propriété littéraire mais aussi pour le fondement du domaine public : « Si l’un des deux droits, le droit de l’écrivain et le droit de l’esprit humain, devait être sacrifié, ce serait, certes, le droit de l’écrivain, car l’intérêt public est notre préoccupation unique, et tous, je le déclare, doivent passer avant nous » (Discours d’ouverture du Congrès littéraire international, 7 juin 1878)

Hugo est un farouche adversaire de la peine de mort. Dans son enfance, il a assisté à des exécutions capitales et toute sa vie, il va lutter contre. Le Dernier Jour d'un condamné (1829) et Claude Gueux (1834), deux romans de jeunesse, soulignent à la fois la cruauté, l'injustice et l'inefficacité du châtiment suprême. Chambre des Pairs, Assemblée, Sénat : Victor Hugo va saisir toutes les tribunes pour défendre l'abolition comme dans son discours du 15 septembre 1848.

 

 


 

L’apothéose

Jusqu'à sa mort, en 1885, il reste une des figures tutélaires de la république retrouvée — en même temps qu'une référence littéraire incontestée

Conformément à ses dernières volontés, c'est dans le « corbillard des pauvres » qu'a lieu la cérémonie. Il est d'abord question du Père Lachaise mais le premier juin, suite au décret du 26 mai 1885, il est finalement conduit au Panthéon, la jeune Troisième République profitant de cet événement pour retransformer l'église Sainte-Geneviève en Panthéon. Avant son transfert, son cercueil est exposé une nuit sous l'Arc de triomphe. On considère que plus d'un million de personnes et de nombreuses délégations se sont déplacées pour lui rendre un dernier hommage, le cortège vers le Panthéon s'étire sur plusieurs kilomètres. Il est alors l'écrivain le plus populaire de son temps.

 

Publié dans Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

alf 07/05/2013 17:36


Victor hugo converti à l'Islam !! Aucune crédibilité, rien dans l'article, juste ridicule.

Théo Morelli 07/05/2013 12:29


Théo Morelli Le simple fait que Victor Hugo ait écrit la Légende des Siècles ne fait pas de lui un musulman.
C'est une rumeur sans fondement. Autrement n'importe quel poète du XVIIIe qui a chanté les dieux greco-romains serait païen, c'est absurde.