Recherche - Entreprises - Pôle de compétitivité: Les IRT labellisés

Publié le par AL de Bx

Les premiers projets lauréats de ces futurs pôles associant recherche supérieure, entreprises et pôles de compétitivité ont été choisis. Matériaux, nano-électronique, aéronautique, ferroviaire et infectiologie sont au programme. Le gouvernement a annoncé les six premiers projets retenus comme « instituts de recherche technologique » (IRT), dans le cadre de l’appel à projet lancé en juillet 2010, une action dotée de deux milliards d’euros (investissements d’avenir, ex-grand emprunt). Les montants consacrés aux premiers lauréats seront annoncés plus tard, en fonction notamment des engagements des industriels.

 

Photo : AFP

cliquez l'image voir source gouvernementale

 

Ces IRT sont en effet basés sur des partenariats de long terme entre établissements d’enseignement supérieur et de recherche et entreprises, qui doivent soutenir « une stratégie industrielle de conquête sur les marchés porteurs, afin de créer sur la durée des emplois dans notre pays », commente le gouvernement.


Les six premiers labellisés et leurs domaines scientifiques sont:
IRT NanoElec à Grenoble, pour la nano-électronique (avec ST-Microelectronics, Soitec…): circuits électroniques plus compacts et plus complexes, et puces dotées de nouvelles fonctionnalités et aux propriétés thermiques améliorées.


• IRT AESE à Toulouse, sur l’aéronautique, l’espace et les systèmes embarqués (Airbus, Astrium, Safran, Latecoere…): les capteurs et les actionneurs utilisant les nanotechnologies, les nouvelles architectures matérielles et logicielles plus compactes, reconfigurables et présentant une meilleure fiabilité, les matériaux et les structures pour améliorer l’aérodynamique, la gestion de l’énergie embarquée.


IRT LyonBiotech à Lyon avec une antenne à Paris, sur l’infectiologie (Biomérieux, Sanofi, Danone, Institut Pasteur): nouvelles approches thérapeutiques, nouveaux vaccins, nouvelles générations de biomarqueurs pour le diagnostic en temps réel.


IRT M2P à Metz, avec des sites secondaires à Belfort-Montbéliard et Troyes, sur les matériaux, la métallurgie et les procédés (Saint-Gobain, Arcelor-Mittal, PSA…): synthèse et transformation des matériaux avec des enjeux de fiabilité, de réduction de la consommation énergétique et de la pollution, métrologie de caractérisation de matériaux multi-échelles et multi fonctionnels, simulation numérique et modélisation.


IRT Railenium à Valenciennes avec un site secondaire à Villeneuve-d’Ascq, sur les infrastructures ferroviaires (RFF, Alstom, SNCF…): connaissance des propriétés des matériaux et en particulier leur fiabilité, et sur la réduction de l’empreinte carbone. Propriétés systémiques avec des architectures plus sécurisées, moins consommatrice en énergie et ayant de nouvelles fonctionnalités (communication, maintenance intégrée). Avancées dans le domaine de la simulation numérique et des modèles avec une réduction des coûts de R&D.


IRT Jules Verne à Nantes, sur les matériaux composites (Airbus, STX, DCNS, Alstom, Segula…): synthèse de matériaux composites multidimentionnels, assemblage et compréhension de la micromécanique, simulation, technologies liées à l’acoustique.


Les deux projets classés 7e et 8e (sur les 15 projets candidats) par le jury ont été recommandés par le président du jury pour faire l’objet d’un examen spécifique. Ils devront être revus et seront à nouveau soumis à l’approbation du jury.


Il s’agit des projets:
• SystemX à Saclay sur l’ingénierie numérique des systèmes
• B-COM à Rennes sur les réseaux et infrastructures numériques


Les IRT renforceront le transfert des connaissances vers les entreprises en raison des partenariats. Pour le gouvernement:

 

« Les étudiants pourront se former sur des plates-formes de haut niveau au plus près des besoins identifiés par les entreprises. Par leurs actions, les IRT contribueront au développement de nouveaux produits innovants et à l’insertion professionnelle des étudiants, tisseront des partenariats et augmenteront l’attractivité de la France pour les entreprises et les meilleurs chercheurs internationaux. »

 

Les six premiers instituts de recherche technologique choisis
Source, journal ou site Internet : smartplanet.fr
Date : 12 mai 2011
Auteur : Thierry Noisette

Commenter cet article