Quant bien même la France rame, Hollande continue la tradition de l'immobilisme heureux!

Publié le par AL de Bx

Depuis une trentaine d’années, dans un bel élan anti-anglo-saxon, la France rame à contrecourant.

 

6a00d83451df6269e201676318c978970b-500wi.jpg


Alors que nos partenaires du nord réforment, nous défendons fièrement nos acquis sociaux. Alors que l’accent est mis chez nos partenaires performants sur un État plus modeste et plus efficace et sur le reflux des dépenses publiques, nous défendons notre fonction publique, la meilleure du monde paraît-il. Alors que partout les départs à la retraite sont décalés en proportion de l’allongement de l’espérance de vie, nous privilégions la qualité de la vie en réduisant le temps passé à travailler (des 35 heures aux sacro-saints 60 ans quelque peu écornés par des trompe-l’oeil).

 

 

Par Prof Kuing, l'éminent économiste chinois: Dans sa lettre à Montebourg, Maurice Taylor dit ce que le monde entier est en train de penser de la France.
La politique économique de François Hollande est catastrophique.
Les recettes publiques représentent 52% du PIB et les dépenses publiques plus de 56% du PIB !
Jean-Pierre Petit.

 

 

Ce n’est pas une question de droite ou de gauche, mais de refus de la logique économique toujours présentée comme la tyrannie des marchés. Alors, la France décline avec fierté. Depuis le début de la crise financière, nous attendons notre revanche mais elle prend le goût âpre de l’austérité et de la montée du chômage. Au sein de l’Europe, nous n’avons conservé qu’un pouvoir de nuisance, comme nos ennemis héréditaires anglais, mais nous avons perdu toute capacité de proposition.

 

A0VIfDuCcAAltRi.jpg

 

Un an après son arrivée au pouvoir, François Hollande continue la tradition de l’immobilisme heureux. À peine arrivé au pouvoir, il a entériné la voie de l’austérité voulue par l’Allemagne. En échange, il a obtenu quelques promesses de dépenses de la Banque européenne d’investissement, promesses pas encore réalisées mais de taille microscopique. Il a pratiqué la pire austérité qui soit, celle qui consiste à alourdir une pression fiscale parfaitement étouffante. Plus sensible aux calculs politiques qu’à la logique économique, il n’arrive pas à amorcer un reflux significatif des dépenses publiques. Peu importe que l’Éducation nationale affiche une performance désolante sanctionnée par les comparaisons internationales, il continue à embaucher alors qu’il faut rationaliser, c’est-à-dire faire beaucoup mieux avec beaucoup moins. Peu importe que les entreprises suffoquent sous le poids d’une administration publique convaincue de l’excellence de son pouvoir, il entend doper la compétitivité en multipliant des subventions qui vont en priorité aux grandes entreprises déjà performantes parce que parfaitement globalisées. La seule consolation est l’accord social du 11 janvier dernier qui permet de gérer la récession en limitant la casse des licenciements, une petite goutte d’eau défensive dans un océan de rigidités paralysantes.

 

hollande-lagamelle-300x264.jpg

 

Alors le chômage augmente inexorablement et quelle est la solution retenue ? Le traitement social du chômage, qui consiste à dépenser de l’argent public pour employer des personnes à faible productivité – et donc sans effet positif pour l’économie – dans le vain espoir d’obtenir des meilleurs chiffres et ainsi « tenir les promesses ». Mais comme l’ère des dépenses non financées, c’est-à-dire des déficits publics à l’infini, est terminée, il faudra soit faire des économies, soit encore augmenter les impôts, et donc créer du chômage, et donc être déçu une fois de plus de la totale inefficacité, en fait de la nocivité, du traitement social du chômage.

 

 

Par Prof Kuing: Les emplois aidés de François Hollande sont un leurre pour fausser les chiffres du chômage.
La seule façon d'inverser la courbe du chômage est la reprise de la croissance avec création d'emplois réels.
Nicolas Doze.

 

 

Les promesses ne seront pas tenues parce que la méthode n’est pas la bonne. Finalement, le grand succès de François Hollande est d’avoir tenu un an sans que la France ne rejoigne l’Italie et l’Espagne dans la catégorie des pays officiellement en crise de la dette publique. Mais la dette de l’État continue de prospérer et ce n’est plus qu’une question de temps avant que la grande catastrophe arrive. Dans un proche avenir, l’Italie et l’Espagne vont plonger et l’attention se portera alors sur le domino suivant, la France. Soumise au diktat de la Troïka, c’est-à-dire de l’Allemagne, la France fera ce que « Bruxelles » lui dira de faire, et ça ne sera pas agréable. Les plus perspicaces de nos politiciens l’ont déjà bien senti. Ils essaient d’amortir le choc à venir en tapant à l’avance sur nos futurs maîtres, Angela Merkel et la Commission européenne, à l’image des syndicats de cheminots qui déclenchent une grève préalable parce que les rumeurs d’une réforme du rail ne leurs conviennent pas. Lutter contre les rumeurs, quelle belle stratégie ! Tout ceci est profondément déprimant.

 

 

Par Prof Kuing: Feu d'artifice fiscal en 2012, les Français sont encore plus nombreux à participer aux gabegies de dépenses publiques de l'État obèse.
Les prélèvements obligatoires représentent 45% du PIB ! Le reste de la dépense publique étant financé par le dette, donc par les générations futures.

 

 

Par Prof Kuing: En 2012, 1,6 million de Français ont payé l'impôt sur le revenu pour la première fois. Une progression record et ça va continuer.
Ils découvrent très concrètement les joies de l'État obèse.
Nicolas Doze.

 

 

Le pire n’est pas qu’une crise profonde est désormais inéluctable, mais que le bon usage de la crise n’est pas garanti. Lorsque nous tomberons sous le joug de la Troïka, ferons nous comme la Grèce, qui n’arrive pas à se réformer et continue à sombrer, ou comme l’Irlande, où les salaires ont baissé de 20% et la dépense publique a reculé, et qui commence à reprendre des (pâles) couleurs ?

 

Le noeud se resserre
Source, journal ou site Internet : télos
Date : 1er juillet 2013
Auteur : Charles Wyplosz

 

207331558.2.jpg

 

Par l' éminent Prof Kuing: En visite au Japon et devant Shinzo Abe, le premier ministre du Japon et la presse japonaise et internationale, le bouffon de président français confond le peuple japonais et le peuple chinois :
Après Cécile Duflot qui situe le Japon dans l'hémisphère sud ( http://www.youtube.com/watch?v=k21PTi... ), la France a définitivement les plus gros bras cassés au pouvoir de la Ve République.

-

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sébastien Pereira 04/07/2013 20:28


Sébastien Pereira J'ai surtout compris qu'il faut se barrer. Rien à
attendre de tout ça.

Daniel Thureau 04/07/2013 13:00


Daniel Thureau Je parlais de chauffeur, mais pourquoi changerait il sa locomotive, il a sa prime
de charbon........Par contre, c'est plutôt le peuple qui va au charbon

Daniel Thureau 04/07/2013 11:54


Daniel Thureau On a viré Sarkozy, demain on va sans doute virer Hollande pour remettre
qui...?....Sarkozy...?....Mais enfin, ça va durer combien temps la plaisanterie...?....Est ce qu'un jour on peut espérer sortir du marasme jacobin droite-gauche...?...Est ce qu'un jour on va
comprendre qu'il faut relayer les idéologies politiques dans le wagon de queue.....

Daniel Thureau 04/07/2013 11:52


Daniel Thureau La France me fait penser à une locomotive à charbon, on tire sur le chauffeur,
pauvre vieux, pauvre martyr, qu'il soit de gauche ou de droite, il n'a jamais été élu pour changer le modèle de la locomotive.......

Serge Houssard 04/07/2013 11:27


Serge Houssard Extra. Tout est dit... Complètement dépassés les socialistes..... Bon en face,
dans l'opposition, ce n'est pas mieux malheureusement : que des anciennes recettes aussi.... On arrête pas les dérives d'un machin comme l'Etat et tous ses satellites, en quelques coup de freins
intentionnés.... Le machin résiste comme tout système complexe et pendant ce temps là, les déficits se creusent, les entreprises disparaissent, les citoyens souffrent.... On est pas sortie de
l'auberge.... Au menu, l'ardoise du jour, du sang, des larmes, de la souffrance.... Et le pire est à venir.