Projet Chorus(SAP): L'Etat déjà défaillant, est aussi mauvais payeur...

Publié le par AL de Bx

Approximations en amont, gouvernance défaillante, retards, coûts en augmentation de 400 millions d’euros… le projet Chorus d'intégration du progiciel SAP est de nouveau sur la sellette. Le ministre du budget, comme son prédécesseur, conteste cependant les remarques de la Cour des comptes.

 

http://www.zdnet.fr/i/edit/ne/2009/04/sap-logo-97x72.jpg

 

La refonte du système d'information financier de l'Etat, articulée autour de l'ERP de SAP et baptisée projet Chorus, est toujours à la peine. Dans son rapport annuel, la Cour des comptes pointe de nouvelles défaillances et l'absence de prise en compte de ses précédentes recommandations. L'audit de la Cour des comptes est donc une nouvelle fois sévère, et met en cause des erreurs très en amont du projet.

 

« Les difficultés de reprise, d'enrichissement et de fiabilisation des anciennes données ont été minimisées. Le plan de comptes n'est toujours pas finalisé. Les problèmes d'adaptation des applications émettrices appelées à déverser leurs données dans Chorus ont été identifiés trop tard »

 

constate-t-il.


6 milliards d'euros de retards en paiement en juillet 2010
Et les conséquences ne sont pas mineures puisque la Cour des comptes estime que l'intégration de Chorus a généré des retards de paiement de l'Etat à l'égard de ses fournisseurs évalués à 6 milliards d'euros en juillet 2010. Les entreprises affectées pâtiraient ainsi de difficultés de trésorerie. Un redressement du projet est d'autant plus urgent que l'accès au progiciel doit être étendu en 2012 à 20.000 utilisateurs supplémentaires (soit au total environ 50.000 l'année prochaine). « Si les besoins des utilisateurs ne sont pas satisfaits ou s'ils ne le sont que partiellement, le projet n'atteindra pas ses objectifs » préviennent les rapporteurs. Cela se traduit par une sous-utilisation des capacités offertes par l'application, mais fait plus grave, « la qualité de l'information financière peut en être profondément altérée. » Les pratiques comptables, qui auraient dû être modifiées par la refonte du système d'information, persistent donc, empêchant dès lors de bénéficier « des gains attendus du déploiement d'un tel projet, ce qui fait peser une lourde incertitude sur sa performance finale. »

 

http://www.cxp.fr/gespointsed/imgbreves/SchemaAIFE438x329.jpg

 

La gouvernance du projet pas encore corrigée
Pour expliquer cette débâcle, la Cour des Comptes met directement en cause la gouvernance du projet confiée au comité d'orientation stratégique (COS). « La gouvernance du projet Chorus reste technique, la vision stratégique du projet étant diluée entre plusieurs acteurs » souligne le rapport. La remarque n'est pas nouvelle et n'a manifestement toujours pas été suivie d'effets. Outre une profonde incertitude quant à la capacité du projet à atteindre les objectifs fixés initialement, la Cour des comptes remet en cause la pertinence des estimations du coût du projet Chorus (1,1 milliard d'euros sur 10 ans). En raison des deux années de retard prises dans le déploiement, des économies qui tardent à se dégager, et de l'incertitude sur le coût réel de la maintenance, ce budget prévisionnel ne devrait pas être respecté.


Un budget à 1,5 milliard d'euros, au moins, et non plus 1,1 milliard
« Le total des coûts supplémentaires qui ne peut être affiné en l'absence de comptabilité analytique structurée majore l'enveloppe de 1,01 Md€ d'au moins 220 M€ » anticipe la Cour des Comptes. Toutefois, en intégrant les coûts indirects, le coût total grimpe à près d'1,5 milliard d'euros. Mais le ministre du budget, François Baroin, réfute un certain nombre des critiques formulées par la juridiction financière, et notamment celles faisant état de défauts dans la gouvernance du projet.

 

« La mise en oeuvre de ce projet, compte tenu de son ampleur, connaît nécessairement des difficultés temporaires en phase de déploiement, à l'instar de tous les projets de ce type. J'estime pour autant tout à fait encourageants les premiers résultats de Chorus, qui est aujourd'hui un outil de gestion de la dépense opérationnel aux performances avérées »

 

répond donc le ministre.

Publié dans Travail et Economie

Commenter cet article