Ocea développe un concept d’'intercepteurs évoluant en meute

Publié le par AL de Bx

Dans le domaine de sûreté maritime, et notamment de la protection d’installations maritimes sensibles, comme les plateformes offshore, ou la couverture de navires précieux, le groupe français Ocea a développé un concept articulé autour d’une flottille d’intercepteurs et d’un bateau de surveillance et de commandement. Pour se faire, une nouvelle gamme d’intercepteurs (également proposés séparément), a été conçue. Le plus petit, le C-Falcon, mesure 14.6 mètres de long pour 3.6 mètres de large, est armé par quatre membres d’équipage et peut atteindre 45 à 55 nœuds avec une distance franchissable de 260 milles à 25 nœuds. Le modèle au dessus, le C-Heron, présente une longueur de 20.9 mètres et une largeur de 5.2 mètres. Armé par 6 marins, il peut embarquer 16 passagers. Sa vitesse est de 50 à 55 nœuds, avec une autonomie de 500 milles à 25 nœuds. Enfin, le modèle le plus conséquent est le C-Sword, un intercepteur de 24.7 mètres de long et 6 mètres de large, pouvant évoluer à 45/50 nœuds et parcourir 600 milles à 25 nœuds. Sa capacité est de 20 passagers en plus de ses 6 membres d’équipage.

 

 

Protection coordonnée en flottille

 

 

Côté armement, le C-Heron, par exemple, est doté d’un canon télé-opéré au dessus du poste de pilotage et de deux affûts manuels derrière la cabine, avec la possibilité, si besoin, de recevoir un système antiaérien. La vitesse des nouveaux intercepteurs d’Ocea leur permet de contrer très rapidement une menace, par exemple terroriste ou pirate,  mais aussi, pour le C-Heron et le C-Sword, de déployer dans les meilleurs délais une unité de commandos, qui dispose à bord de locaux et de deux embarcations rapides mises à l'eau par l'arrière.

Pouvant évoluer de manière autonome, ces bateaux sont aussi conçus pour opérer en flottille autour d’un bateau de commandement. Dans cette configuration, les intercepteurs travaillent de manière coordonnée pour assurer la protection d’une zone ou l’escorte de navires précieux.  

 

 

Le modèle FPB/FCB 115 (© OCEA)

 

 

Une unité de commandement rapide

 

 

A ce titre, Ocea a spécialement développé un bâtiment de commandement rapide. Inspiré du design des patrouilleurs du type FPB 98 Mk II vendus notamment à l’Algérie et au Bénin, le FCB 115 présente des dimensions supérieures. Long de 35 mètres pour une largeur de 7.2 mètres, il peut atteindre 35 à 40 nœuds et franchir 600 milles à la vitesse de 25 nœuds. Armé par un équipage de 16 hommes et pouvant accueillir 4 passagers, le FCB 115 se  distingue par son imposant mât au sommet duquel est installé un radar de surveillance du type Variant (Thales). Optimisé pour la détection en milieu littoral et la lutte contre les menaces asymétriques (petits mobiles de surface notamment), ce senseur 2D fonctionnant simultanément en bandes X et C. Il est placé très en hauteur afin d’augmenter sa portée, qui peut atteindre 70 kilomètres. Le Variant sert également à la poursuite et l’engagement de cibles aériennes ou de surface.

 

 

Aménagement d'une timonerie par Ocea (© OCEA)

 

Canon télé-opéré sur un patrouilleur d'Ocea (© OCEA)

 

Lanceur Simbad RC avec deux missiles Mistral 2 (© MBDA)

 

 

A ce titre, l’armement du FCB 115 est conséquent, avec la possibilité d’embarquer un canon télé-opéré de 25mm ou 30mm, deux mitrailleuses automatiques de 12.7mm et deux systèmes surface-air Simbad RC. La mise en œuvre des armes, en lien avec les senseurs, est assurée par un système de commande et de contrôle CWSP développé par MBDA et Ocea pour permettre aux petits bâtiments de surface, dépourvus d’un système de combat comme les unités de premier rang, de voir leurs capacités, leur réactivité et leur efficacité renforcées grâce à l'intégration des équipements.

On notera qu’au sein de sa gamme dédiée à la sûreté maritime, Ocea propose, aux côtés du FCB 115, deux bateaux plus grands : le FCB 125 (38 x 7.2 m, 20 membres d’équipage, 16 passagers, 35 à 45 nœuds de vitesse et 1500 milles à 12 nœuds de distance franchissable) et le FCB 190 (58 x 9.4 m, 30 membres d’équipage et 16 passagers, 20 à 30 nœuds de vitesse, 5000 à 7000 milles à 12 nœuds).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article