NVB son plan anti violences Femme; et deux visions NVB par Baptiste Créteur

Publié le par AL de Bx

 

Najat Vallaud-Belkacem a annoncé vendredi un plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes.

 

najat-vallaud-belkacem.jpg

 

Contrôle régulier des mains courantes, augmentation du nombre d'intervenants sociaux, un numéro de téléphone de référence, des places d'hébergement, etc...

 

La ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem a annoncé une série de mesures de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes.


Voici les principales mesures :


920694-najat-vallaud-belkacem-premier-637x0-4.jpg- Alors que seules 10% des victimes de violences conjugales déposeraient plainte, le gouvernement souhaite que les mains courantes soient limitées "aux cas de refus répétés de la victime" et à "l'absence de gravité des faits". Les parquets sont invités à "assurer un contrôle régulier de ces mains courantes".


- Pour accompagner les victimes dans leurs démarches (recherche d'hébergement, prise en charge des enfants ...) dès leur première visite aux forces de l'ordre, le nombre des intervenants sociaux en commissariats et gendarmeries sera doublé pour atteindre 350 en 2017, et des conventions seront passées avec des associations spécialisées.


- Le 3919 deviendra un "numéro de référence" d'accueil et d'orientation des victimes, gratuit et ouvert 7 jours sur 7 à compter du 1er janvier 2014.


- 1650 places d'hébergement d'urgence seront créées d'ici 2017.


- Pour aider à l'établissement de preuves en cas de viol, un "kit de constatation en urgence" sera expérimenté dans plusieurs services d'accueil des urgences, pour effectuer des prélèvements rapidement après les faits.


- Les violences faites aux femmes seront considérées comme "une priorité de santé publique". Un protocole national permettra de renforcer les liens entre services de santé, police et justice, afin que les médecins ayant détecté des violences puissent orienter leurs patientes efficacement.


- La Mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences (Miprof) est chargée d'organiser une formation initiale et continue spécifique pour les professionnels (santé, travailleurs sociaux, magistrats, avocats, enseignants, policiers, gendarmes ...).

 

 

Par professeur Kuing Yamang: Extraits :
Philippe Dessertine : "On fait payer aux générations suivantes les dépenses sociales d'aujourd'hui."
Guillaume Roquette : "L'essentiel de la dépense publique, c'est le secteur public, électoralement, il y a un double problème pour François Hollande, les collectivités locales toutes tenues par la gauche et le corps électoral de la fonction publique."

 


- La situation des femmes victimes de violence sera prise en compte dans le calcul des droits au RSA.


- Le gouvernement va travailler sur les moyens d'accélérer la disjonction des comptes bancaires et la désolidarisation des dettes.


- Certaines mesures sont déjà en discussion au Parlement dans le cadre du projet de loi sur l'égalité entre les femmes et les hommes :


- La règle en cas de violences devra être l'éviction du conjoint violent du domicile du couple, l'ordonnance de protection des victimes sera renforcée


- Le dispositif de téléphone portable d'alerte pour femmes en grand danger sera généralisé au 1er janvier 2014


- Les "stages de responsabilisation" pour prévenir la récidive des conjoints violents seront développés


- Les femmes étrangères victimes de violence ou de traite seront exonérées des taxes sur les titres de séjour.

 

Violences faites aux femmes : les mesures du plan de prévention

Source, journal ou site Internet : Ouest France

Date : 22 novembre 2013

proxy-2.jpget les hommes alors qui sont battus

 

 

Aider les femmes victimes de violence

La ministre du Droit des femmes et porte-parole du Gouvernement a présenté le nouveau clip de sensibilisation sur les violences faites aux femmes (visible à 4' dans la vidéo ci-dessus) a énoncé les deux objectifs qu'elle s'est fixée : 

  • Rappeler que des professionnels sont présents pour aider et accompagner les victimes : policiers, médecins, avocats, magistrats, assistans sociaux. 

  • Former ces professionnels à l'accueil des victimes. Une grande campagne de formation initiale et continue est donc lancée.

Toutes ces professions jouent un rôle essentiel pour comprendre les mécanismes d'emprise dans lesquels est tombée généralement une femme victime de violences, qui font que c'est elles qui se sentent coupables, qu'elles hésitent à sortir de leur calvaire, etc.

Najat Vallaud-Belkacem a insisté sur l'importance pour les victimes de pouvoir parler et «sortir du cercle infernal des violences». 

Elle a également rappelé la mise en place d'un numéro gratuit, anonyme, ouvert 24h/24 pour écouter les victimes : le 39 19.

> Accéder au site du Gouvernement sur les violences faites aux femmes.

 

Aider les prostituées

Outre la responsabilisation du client, dont il est beaucoup question, Najat Vallaud-Belkacem a tenu à souligner que le projet de loi comprend bien d'autres mesures pour aider les femmes à sortir de la prostitution. 

Elle a rappelé que, jusqu'à présent, la loi les pénalisait alors qu'elles sont des victimes. A ce titre, des moyens seront mobilisés pour les accompagner. 

Les considérant comme des victimes, nous [allons] les accompagner pour trouver un logement, des papiers, se stabiliser, changer de vie, se réinsérer.

Pour autant, la responsabilisation du client demeure une mesure importante pour faire reculer la prostitution.

 

Aider les enfants aux mains des réseaux

Enfin, la ministre s'est exprimée sur l'aide que le Gouvernement souhaite apporter aux enfants aux mains de réseaux et forcés à mendier, voler ou être «de petits délinquants». 

Il s'agit d'arrêter de ne voir dans ces enfants que des délinquants et de comprendre qu'ils sont d'abord des victimes. La meilleure façon de les aider, c'est de les éloigner de ces réseaux qui sont souvent le seul lien social qu'ils aient. 

Il s'agira donc de recevoir ces enfants ailleurs, leur apporter «une scolarisation, une aide, un accompagnement pour vivre.»

 

Najat-Hollande.jpg

Najat Vallaud-Belkacem, combattante de l’extrême

 

Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, s’interroge sur la responsabilité des politiciens et des médias dans la prolifération des discours de haine. À raison.


Par Baptiste Créteur. via Contrepoints

Najat-Vallaud-Belkacem-ne-008.jpg

Je ne manifeste pas torse nu, ni à Notre-Dame ni à Rolland-Garros, et je n’ai ni crâne rasé ni t-shirt du Che. Cela étant dit, je n’aime pas qu’on fasse la chasse aux extrémistes.


D’abord parce qu’il n’est pas forcément mauvais d’être extrémiste. On ne peut d’ailleurs qu’être extrémiste, intransigeant, quand on croit en des principes, des valeurs, qu’on refuse le consensus perpétuel et les concessions incessantes. C’est une position difficile à défendre ; avoir des principes, de nos jours, n’est pas recommandé.


Je suis moi-même extrémiste. Ou plutôt, radical. Je défends des principes et valeurs, et ne suis pas prêt à y renoncer ou à agir à leur encontre. Je pense que les individus doivent faire leurs propres choix et en assumer les conséquences ; je pense qu’il est dangereux que l’État décide pour les individus, plus efficace qu’ils décident pour eux-mêmes, et qu’ils sont ainsi plus heureux. Cela n’engage que moi, mais je refuse qu’on m’engage dans autre chose.


C’est pourtant ce que font en permanence, ou tentent de faire, les représentants du peuple français. Personnellement, ils ne me représentent pas ; je n’ai pas voté pour eux, ni pour qui que ce soit d’autre. Je ne veux pas qu’on décide pour moi comment les fruits de mon travail doivent être dépensés, à qui ils doivent bénéficier et quels secteurs stratégiques ou d’avenir doivent être privilégiés en mon nom. Quand j’ai une préférence pour un produit ou un service, quand j’ai une décision à prendre, je fais mes propres choix.


Aucun d’entre eux ne m’a jamais conduit à appeler de mes vœux un État fort, qui me protégerait en même temps qu’il protégerait la veuve et l’orphelin des dangers qui me guettent. Les aliments trop gras, trop sucrés et trop salés, les publicités pour des voitures polluantes dans la nature et les malabars au crâne rasé sont partout, mais ma principale crainte reste qu’on me prive de mes libertés pour me protéger de tout cela.


Il y a quelques jours, un extrémiste a provoqué d’autres extrémistes ; ils se sont battus ; il est mort. C’est évidemment regrettable, mais pas assez pour qu’on censure les extrémistes.


La porte-parole du gouvernement, Najat-Vallaud Belkacem, a pourtant demandé à ce que les discours de haine n’aient plus voix au chapitre. Il serait évidemment plus sain que les discours de haine ne soient jamais proférés, mais l’antifascisme n’a jamais aidé à lutter contre le fascisme. Ce n’est pas en censurant les idées qu’on lutte contre elles ; j’ai tendance à penser qu’on les encourage au contraire.

Les idées nauséabondes ne sont dangereuses qu’en l’absence d’hommes pour en défendre de meilleures. (Ayn Rand)

C’est en défendant de meilleures idées qu’on peut lutter contre les mauvaises, les nauséabondes, les dangereuses. Et ça, Najat Vallaud-Belkacem ne le fait pas.


Les extrémistes des deux camps partagent en réalité le même combat ; ils rêvent d’imposer à tous leur modèle, leur vision de la société, leurs préférences. Il ne faut pas avoir peur de rappeler les origines socialistes du nazisme et du fascisme, pas plus qu’il ne faut craindre de rappeler que, pour les deux camps, il y a de l’autre côté de la barricade le capitalisme et la liberté.


Quand Najat Vallaud-Belkacem tente d’expliquer que la théorie du genre n’existe pas et qu’il n’existe que des études de genre, elle se rend coupable d’une dangereuse pirouette syntaxique. Elle ne lève pas les craintes de ceux qui pensent que l’État tente, via l’Éducation Nationale, d’enseigner aux enfants une morale qui sert de noirs desseins alors que la morale n’est pas du ressort de l’école. Au contraire, elle les renforce ; il serait si simple d’affirmer une conviction, un principe qu’elle n’avoue ici qu’à demi-mot selon lequel filles et garçons sont conditionnés pour être différents. Elle préfère les conditionner différemment.

« Dans plusieurs champs disciplinaires [...] vous avez des chercheurs qui s’intéressent à la façon dont la société organise une relation d’inégalités entre les hommes et les femmes. Que des chercheurs étudient les mécanismes à l’œuvre pour nous aider – nous, pouvoirs publics – à les combattre, c’est très bien et moi, je soutiens les études qui portent sur ces sujets. [...] Ce que nous voulons introduire à l’école, c’est un apprentissage à l’égalité entre les filles et les garçons. »

Najat-Vallaud-Belkacem-JDD_pics_345x225.jpgRésumons la pensée de la sympathique ministre : pour éviter que la société n’opère un conditionnement sur les enfants les amenant à penser que filles et garçons sont différents, conditionnons les à l’école pour les amener à penser qu’ils sont identiques. Je n’évoquerai pas le caractère fallacieux de la théorie du genre – pardon, de l’ensemble des études de genre dans plusieurs champs disciplinaires, ne tomberai pas dans l’évocation de ses dangers et ne lancerai pas d’attaques ad hominem sur son créateur, qui se faisait également l’avocat de la pédophilie et a cherché à déconditionner des enfants comme la porte-parole du gouvernement le propose aujourd’hui – tout lien de causalité avec le suicide des individus concernés n’étant peut-être pas fortuit.


Au lieu de cela, je me contenterai d’affirmer que la lutte contre les idées nauséabondes ne peut se faire qu’en en défendant de meilleures, ce que nous pouvons tous faire sans pour autant importuner les enfants des autres. D’affirmer également que le seul moyen d’être certain que l’État ne vous imposera pas les préférences des autres est de s’assurer qu’il n’imposera à personne les préférences d’autrui. Et ce, dans tous les domaines, de la diététique à la publicité.


J’affirmerai aussi que les extrémistes de droite ne sont pas pires que les extrémistes de gauche ; ils ont des idées nauséabondes et très proches, et seraient bien en peine de différencier leurs idées autrement qu’à la marge, par des nuances de vocabulaire qui, malheureusement, trompent énormément.


Ce n’est pas en coupant la parole aux extrémistes que vous leur ferez perdre toute crédibilité, mais au contraire en la leur donnant. Les plus influençables tomberont peut-être dans le piège mais, un jour ou l’autre, leurs idées apparaîtront aussi creuses qu’elles sont. Il y a toutefois, c’est vrai, un risque ; qu’elles soient acceptées, embrassées, appliquées, et mènent à la catastrophe que vous déplorez d’avance tout en y précipitant la France.


Je ne peux en effet m’empêcher de constater que cela fait plus de trente ans que les idées socialistes ont cours en France ; qu’elles se font de plus en plus extrêmes ; et ont mené aux résultats qu’on sait d’avance, et que beaucoup sauront bientôt. Je veux bien qu’on lutte contre les extrêmes, mais charité bien ordonnée commence par soi-même.


 Et toujours du même auteur:

Baptiste Créteur

Le site de l'auteur

Baptiste Créteur est consultant en stratégie. Objectiviste, il est en quête d’une nouvelle Atlantide.

Baptiste Créteur

Najat Vallaud-Belkacem : « Femmes, je vous aide ! »

Publié dans Social

Commenter cet article

Eliane Courbaize 25/11/2013 22:59


Eliane Courbaize J'aimerais que les hommes déposes comme les femmes une
mains courante !à la police.!!!

Elisa Naibed 23/11/2013 21:59


Elisa Naibed Heuuu...
Indépendamment des idées ALC de cette jeune connasse sur le féminisme, votre remarque fait un peu réflexion masculiniste tout aussi ALC, non?

Mettre sur le même plan la violence (très marginale) faite aux hommes et celle (surnuméraire) faite aux femmes, c'est fare de la réduction au qualitatif! Bref, c'est se foutre de la gueule
du monde...

Eliane Courbaize 23/11/2013 17:07


Eliane Courbaize Oui des hommes 'battus"cela existe ! n'oublions
pas!!!

Georges Lane 23/11/2013 13:20


Georges Lane http://www.atlantico.fr/.../karine-marchand-contre-lilian...