Moins de pays libres selon "freedom house"

Publié le par AL de Bx

Le nombre des pays libres continue d'évoluer à la baisse : tel est le constat le plus récent de Freedom House, organisme qui s'est donné pour mission de prendre le pouls de la démocratie et des droits de l'homme dans le monde.

 

http://www.voltairenet.org/IMG/jpg/fr-logo_freedom.jpg


Dans son rapport 2011 sur la liberté dans le monde, rendu public récemment, Freedom House constate que 87 pays seulement - soit deux de moins qu'en 2009 - sur les 194 que compte le monde peuvent être désignés comme étant véritablement « libres ». Soixante autres sont dits « partiellement libres » et 47 sont estimés « non libres ».


La liberté dans le monde, mesurée en fonction du niveau de protection qui est accordé aux droits politiques et aux libertés publiques, a régressé pour la cinquième année consécutive en 2010, affirme Freedom House. Ce phénomène représente la plus longue période continue de déclin enregistrée par cette ONG depuis l'établissement de son premier rapport il y a près de quarante ans. À l'heure actuelle, 43 % seulement de la population mondiale vivent dans des pays considérés comme « libres ».

 

http://www.freedomhouse.org/images/fiw10/FIW_2010_Cover.jpg


Quelles sont les causes du recul des libertés dans le monde ? M. Arch Puddington, directeur de la recherche à Freedom House, met au banc des accusés l'audace accrue des régimes autoritaires conjuguée à l'insuffisance de la résistance des pays démocratiques.


« La combativité accrue des régimes autoritaires les plus puissants au monde a coïncidé avec l'incapacité ou le refus croissants de la part des démocraties mondiales de tenir tête aux régimes autoritaires », déclare M. Puddington dans le rapport, en tirant la sonnette d'alarme : « Si les démocraties du monde s'abstiennent de s'unir et de parler haut et fort pour défendre leurs valeurs, dit-il, les despotes vont continuer sur leur lancée. »


Les États-Unis comptent toutefois au nombre des pays qui ont fait de la démocratie et des droits de l'homme une composante majeure de leur politique étrangère. Le secrétaire d'État adjoint pour la démocratie, les droits de l'homme et le travail, M. Michael Posner, qui participait à une discussion d'experts organisée par Freedom House sur ce rapport le 13 janvier, a souligné que le gouvernement Obama multipliait les discussions avec les gouvernements « pour faire clairement ressortir le lien entre leur performance, leur comportement en matière de droits de l'homme et de démocratie, et les possibilités de collaboration avec les États-Unis à titre d'alliés proches ou de partenaires ».


Au chapitre des droits politiques et des libertés civiques, Freedom House a réservé ses notes les plus sévères à la Birmanie, la Corée du Nord, l'Érythrée, la Guinée équatoriale, la Libye, l'Ouzbékistan et la Somalie ainsi qu'au Soudan, au Tibet et au Turkménistan. Pour leur part, la Chine, l'Égypte, l'Iran, la Russie et le Vénézuéla sont pointés du doigt pour avoir intensifié leurs mesures répressives avec une grande impudence, lit-on dans le rapport.


L'un des incidents les plus notoires de 2010 concerne les tentatives faites par la Chine en vue de persuader le comité du prix Nobel de la paix de ne pas récompenser Liu Xiaobo, opposant chinois en prison. Ses tentatives ayant été infructueuses, note le rapport, la Chine a ensuite fait pression sur des gouvernements étrangers pour les inciter à boycotter la cérémonie de remise du prix Nobel de la paix et elle a brandi la menace de représailles économiques contre la Norvège, où sont remis ces prix.


L'Égypte a tenu des élections sans grand souci de transparence, déplorent les auteurs du rapport. L'Iran a arrêté des centaines de militants politiques qui protestaient contre les élections de 2009, dont beaucoup disent qu'elles ont été « volées ». La Russie a affiché un mépris flagrant pour l'indépendance du judiciaire en condamnant Mikhaïl Khodorkovski, opposant au régime. Quant au Vénézuéla, il a adopté des lois qui permettent au président Hugo Chavez de gouverner par décrets, de serrer la vis aux organisations non gouvernementales et d'élargir à l'Internet les restrictions imposées aux médias.


Par ailleurs, les auteurs du rapport de Freedom House ont évoqué au nombre des tendances nouvelles celle du rôle de la criminalité organisée. Ainsi le Mexique a-t-il été rétrogradé au rang des pays « partiellement libres » en raison de l'incapacité du gouvernement mexicain d'enrayer la vague de violence liée au trafic des stupéfiants.


La plupart des pays à majorité musulmane - hormis l'exception notable de l'Indonésie - n'ont pas fait de progrès sur le plan des droits civiques. Sur celui des libertés publiques, le manque d'humanisme face à l'immigration en masse a terni le blason de la France et celui d'autres pays.


Mais tout n'est pas négatif dans le rapport de Freedom House, qui fait état d'améliorations au Kenya, en Moldavie, au Niger, aux Philippines et en Tanzanie. En outre, la tenue d'élections comparativement libres et honnêtes au Kirghizistan et en Guinée a contribué à faire passer ces pays de la catégorie des pays « non libres » à celle des pays « partiellement libres ».


Pour tout renseignement complémentaire, prière de consulter le site de Freedom House.

Publié dans Liberté individuelle

Commenter cet article

Christopher Belanger 02/04/2011 13:15



Christopher Belanger Entre la France et l'Allemagne le quel est plus libre?



Alain Benajam 27/01/2011 10:25



Alain Benajam


Alain quand à l'alternative économique nous serions peut être d'accord, la liberté des initiatives je suis pour, mais il faut des lois pour ça afin que les gros ne bouffent pas les petits,
car il faut des petits, ce sont eux souvent les plus réactifs et qui sont justement à l'initiative.
le monopole capitaliste d'état tue tout.


Quand au pouvoir financier c'est un désastre pour l'initiative. Parole d'un entrepreneur qui a justement usé sa vie dans l'initiative économique et qui continue.



aldebx 27/01/2011 10:02



Alain Genestine


voilà qui est beaucoup mieux...Attendons maintenant vos "alternatives économiques", vos solutions. Pourriez-vous rentrer dans le débat? Nos 72 think-tanks et 3 mouvements libéraux, suivent
depuis longtemps le cercle Voltaire; mais la critique, sans la construction..?
N'oubliez-pas, nous sommes libertariens, en rien de ce jour républicain, sauf la première, que nous autres en leur temps ont crées, nous en connaissons la suite, n'est-ce pas!



Alain Benajam 27/01/2011 10:01



Alain Benajam


Il est simple de répondre tellement c'est évident bien qu'il soit certain que vous n'aimerez pas cette réponse.
Affaissement des idées républicaines d'obédience française, face a l'hégémonie d'une oligarchie financière anglo-saxonne cherchant a finaliser un ordre mondial à
son service. Cette oligarchie détenant les rouages principaux des pouvoirs économiques, politiques et médiatique mondiaux étouffe toute contestation et fait régner la peur sur le monde à l'aide
de ses terroristes donnant à penser qu'il existe une guerre de civilisation.
Maintenant si vous lisez régulièrement www.voltairenet.org vous aurez une chronique régulière de ces atteintes aux
libertés.



aldebx 27/01/2011 10:00



Alain Genestine La question est; Quelles sont les causes du recul des libertés dans le monde ? merci