Livre #3: Philippe Nemo et la pensée unique....le livre de l'été!

Publié le par AL de Bx

CONTRE LA PENSEE UNIQUE ET LA POLICE DE LA PENSEE 

Moins d’une centaine de pages pour dénoncer la pensée unique qui règne en France. Philippe Nemo gagne son pari dans cet essai brillant et pédagogique : La régression intellectuelle de la France (Texquis, 2011).

Philippe Nemo analyse la situation de la France d’un point de vue philosophique, juridique et anthropologique. Il soutient à juste titre que si le pays se trouve dans cette situation ce n’est pas seulement la cause d’une économie défaillante et d’un Etat omnipotent mais aussi le résultat de l’emprise d’une « pensée  unique » de nature gauchisante  qui phagocyte les débats sur l’école, les médias, la famille, les moeurs, etc… Ce n’est plus le vrai ou le bien qui comptent mais l’idéologiquement  correct. La loi Gayssot, la loi sur la HALDE, le « devoir de mémoire » et autres commémorations  habilement manipulées ne sont que les excroissances d’une plaie terrible qui ronge la vie intellectuelle française.

Son incursion dans le monde de la pensée correcte commence avec la loi Pleven du 1er juillet 1972 dont le principe était l’application à la France de la « Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de racisme ». La loi instituait des mesures plus répressives pour les actes et comportements racistes. Elle allait tellement loin que la liberté d’expression était touchée. Des notions comme « provocation à la haine » et « provocation à la discrimination » représentaient un danger supplémentaire dans les débats. La loi Pleven, écrit justement Nemo, punissait des propos n’ayant encore causé de mal à personne. On assistait aux débuts de la police de la pensée. Parallèlement, cette loi permettait aux associations de porter plainte au nom d’un tiers en matière de racisme et d’antisémitisme.

La loi Gayssot de 1990 en rajoute une couche. Elle introduit une forme de censure idéologique car on ne peut plus aborder certains sujets historiques sous peine de risquer une condamnation au tribunal. C’est l’opinion qui est visée, quels que soient les arguments apportés. De plus, une amnésie idéologique est en train de s’abattre sur le débat intellectuel. Il vaut mieux éviter de parler des crimes communistes car ainsi on risque de sous-estimer – voire de nier – les crimes nazis. « L’horreur absolue » ne se trouve que du côté du nazisme. La droite n’a pas eu le courage d’abroger la loi Gayssot qui servira de modèle pour d’autres lois dites « mémorielles ». La loi Taubira de 2001 culpabilise le blanc face au noir alors que l’esclavagisme a été pratiqué (et continue d’ailleurs) aussi par les Arabes et les Africains. La loi sur la HALDE de 2004 réprime les discriminations à l’embauche ou dans l’octroi des logements. De nombreuses dérives ont été recensées suite à cette loi, de nombreuses personnes ayant porté plainte contre des patrons d’entreprises après un refus à l’embauche. Tous les prétextes sont bons pour contester la décision de l’employeur. De même, un sujet comme l’homosexualité est tabou. Un député français a été condamné deux fois pour avoir fait des déclarations considérées comme « homophobes ». Il n’a pas bénéficié de l’immunité parlementaire dont profitent de nombreuses autres personnalités politiques pour des faits infiniment plus graves… Philippe Nemo a raison de le souligner : l’idéologie remplace la justice et le droit pénal. On ne condamne plus les actes mais les propos. Ne pas entrer dans le moule idéologique vous marginalise et toute affirmation « différente » est sévèrement condamnée. Il s’agit bien du « délit d’opinion » qui régit de plus en plus notre droit pénal.

Avec de nombreux exemples à l’appui, Philippe Nemo décrit brillamment cette terrible dérive dans une société de plus en plus aveugle.

Bogdan Calinescu

Le 1er Juillet 2011

source ALEPS avec leur remerciement

Publié dans Politique

Commenter cet article

Daniel Thureau 10/08/2011 11:23



Daniel Thureau Les extrêmes sont la face hideuse des idéologies et observez les extrêmismes de droite
et de gauche comme ils ont des points communs....



Daniel Thureau 09/08/2011 18:07



 


Daniel Thureau


La droite, l'idéologie de droite, étatiste ou pas.....Comme l'idéologie de gauche, étatiste ou pas....Vous savez, moi, les nuances...:))...C'est quoi être de droite comme être de gauche
d'ailleurs, vous aimer la valeur travail, vous prenez votre carte dans un parti de droite, vous croyez à la solidarité, vous prenez votre carte dans un parti de
gauche, c'est bien ce qu'on dit dans ce classement stupide, tout le monde devrait être,logiquement adhérents multicartes...:))....On parle sur ce lien de politiquement correct, mais l'étiquettage
droite gauche, c'est ce qu'il y a de plus politiquement correct à ma connaissance...Personnelle​ment, je ne crois qu'à un seul clivage,entre conservateurs et démocrates.....


Vous allez sans doute me dire qu'il y a des démocrates chez les conservateurs...:)...Le symbole des conservateurs pour moi c'est Fafner, le dragon de la légende des Nibelungen..."Je gîs et
possède"....;))...


..Les idéologies ne sont que des peintures pour camoufler les égoïsmes, les intérêts particuliers et exascerber le goût du pouvoir pour une minorité.....Les
idéologies par rapport aux valeurs humanistes sont autant d'impostures.....



François de Durand 09/08/2011 18:06



François de Durand La droite? Mais de quelle droite voulez-vous parler? Celle antilibérale et étatiste?



aldebx 09/08/2011 18:05



Alain Genestine non pas lu, vu à L'aleps



Daniel Thureau 09/08/2011 18:04



Daniel Thureau Tu l'as lu...?....


Je te demande celà pour, éventuellement me faire une idée plus complète, il aurait pu m'intéresser mais à la lumière de cet article je n'ai pas envie de l'acheter car, une fois de plus, je
ne lis que des critiques de la pensée de gauche....


Il me semble que la droite, au pouvoir quand même depuis un certain temps participe elle aussi, largement, à cette pensée unique et à la police de la pensée....