Les commandos marine sur tous les fronts

Publié le par AL de Bx

Unités d’intervention d’élite rompues aux opérations sensibles, les forces spéciales ont rarement été aussi sollicitées. Alors que le mode d’action commando est toujours prisé pour sa discrétion et son efficacité, avec l’émergence, depuis une quinzaine d’années, de nouvelles menaces dans le milieu maritime, les forces spéciales à vocation marine ont vu leur spectre d’action encore renforcé.

Commandos marine français, Navy SEALs américains ou encore Royal Marines britanniques : dans chaque armée, ces troupes d’élites se caractérisent par un petit nombre de soldats, ultra-sélectionnés et ultra-entrainés, capables d’intervenir dans quasiment toutes les conditions de terrain. Du raid nautique éclair au débarquement secret sur une plage, en passant par l’hélicordage sur un navire ou un parachutage sans récupération en zone ennemie, sans oublier le sassage par le tube lance-torpille d’un sous-marin suivi d’une nage de plusieurs heures… les commandos sont, par essence, flexibles et capables de s’adapter à tous types d’action et de menace. Y compris loin de la mer, les commandos marine ayant par exemple été employés en Afghanistan.

 

 

Commandos britanniques (ROYAL NAVY)

 

Tireur d'élite en hélicoptère et embarcation de type ETRACO (MARINE NATIONALE)

 

ETRACO des commandos marine français (MARINE NATIONALE)

 

Assaut sur un navire (MARINE NATIONALE)

 

Assaut sur un navire (MARINE NATIONALE)

 

Assaut sur un navire (MARINE NATIONALE)

 

 

Des missions multiples et une gamme de matériels très vaste

 

 

Contre-terrorisme, exfiltration de ressortissants à l’étranger, prise d’assaut de navires ennemis, actions de guérilla, lutte contre le narcotrafic et la piraterie, renseignement… les forces spéciales sont sur tous les fronts. Et cette situation s’annonce durable car, face au développement des menaces asymétriques, le combattant individuel jouit aujourd’hui, aux côtés des moyens militaires lourds, d’une place cruciale dans la palette des moyens indispensables à la protection d’un pays et de ses intérêts.

C’est sans doute pourquoi, là où les budgets militaires ont tendance à diminuer, celui des forces spéciales reste au moins constant, sinon en progression. Et l’intérêt pour ces unités est tel que de nombreux pays cherchent à se doter de commandos spécialisés dans le milieu maritime.

Pour répondre à des besoins opérationnels multiples, la gamme de matériels est très vaste, allant des armes de précision aux véhicules terrestres, en passant par les artifices de camouflage, les transmissions et les moyens nautiques, comme les embarcations rapides aéro-largables, ou des équipements spécifiques pour les nageurs de combat. A ce titre, certains sous-marins peuvent par exemple être dotés d’un ou plusieurs shelters abritant différents matériels, comme des embarcations rapides, ainsi que des tracteurs et mini-sous-marins, afin de déployer des commandos en toute discrétion depuis la mer. Opérationnels dans un certain nombre de flottes, notamment aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, ce dispositif doit également équiper les futurs sous-marins nucléaires d’attaque français du type Barracuda.

 

 

Shelters installés sur les sous-marins américains du type SSGN  (US NAVY)

 

Un SSGN américain équipé pour la mise en oeuvre de commandos (US NAVY)

 

Engin sous-marin déployé depuis un shelter de SSGN (US NAVY)

 

Engin sous-marin déployé depuis un shelter de SSGN (US NAVY)

 

Engin sous-marin déployé depuis un shelter de SSGN (US NAVY)

 

 

S'adapter à l'évolution des menaces

 

 

Les forces spéciales s’adaptent également à l’évolution de la technologie et des menaces. On constate, ainsi, la création d’unités spécialisées, comme le commando Kieffer en France. Informatique, guerre électronique, mise en oeuvre de drones, cynophilie, intervention en milieux contaminés... Cette nouvelle unité a pour objectif de maîtriser l'emploi des nouvelles technologies, aussi bien pour soutenir les autres forces que pour faire face à l'utilisation de nouveaux moyens par l'adversaire.

 

A noter que la Marine nationale vient de réaliser un dossier sur la force des fusiliers-marins et commandos (FORCUSCO), qui peut être consulté sur son site Internet

 

 

Assaut sur un navire par les commandos français (MARINE NATIONALE)

 

Commandos en jet-skis déployés depuis un BPC  (MARINE NATIONALE)

 

*

Commandos en jet-ski (MARINE NATIONALE)

 

Embarcation commando parachutée depuis un avion de transport (US NAVY)

 

ETRACO français (MARINE NATIONALE)

 

Commandos hélitreuillés sur des ETRACO par des NH90 (MER ET MARINE - C. BRITZ)

 

Récupération de commandos par un sous-marin français (MARINE NATIONALE)

 

Parachutage de nageurs de combat (MARINE NATIONALE)

 

Un modèle de tracteur sous-marin pour commandos (DROITS RESERVES)

 

Nageur de combat (MARINE NATIONALE)

 

Nageur de combat (MARINE NATIONALE)

 

Nageur de combat (MARINE NATIONALE)

 

Nageur de combat (MARINE NATIONALE)

 

Nageur de combat (MARINE NATIONALE)

 

Commandos en mission de reconnaissance (MARINE NATIONALE)

 

Commandos marine (MARINE NATIONALE)

 

Commandos marine (MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 

Commandos marine : exercice de capture (YVAN ZEDDA/LORIENT GRAND LARGE)

 

Commandos marine : exercice de capture (YVAN ZEDDA/LORIENT GRAND LARGE)

 

Commandos marine : exercice de capture (YVAN ZEDDA/LORIENT GRAND LARGE)

 

 

Commandos marine : exercice de capture (YVAN ZEDDA/LORIENT GRAND LARGE)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article