Le socialisme une philosophie inepte, une idéologie pernicieuse contre les "pauvres"

Publié le par AL de Bx

Un professeur d'économie dans un lycée annonce fièrement qu'il n'a jamais vu un seul de ses élèves échouer, mais, par contre, une année, c'est la classe entière qui a connu l'échec.


 3776d9fa.jpg
Cette classe était entièrement convaincue que le socialisme est une idéologie qui fonctionne et que personne n'y est ni pauvre ni riche, un système égalitaire parfait.

Le professeur leur dit alors : « OK, donc, nous allons mener une expérience du socialisme dans cette classe. A chaque contrôle, on fera la moyenne de toutes les notes et chacun recevra cette note. Ainsi personne ne ratera son contrôle et personne ne caracolera avec de très bonnes notes.



  Par prof Kuing Yamang: Maintenant, vos enfants appartiennent à l'État et à ses sbires et l'Éducation nationale va vous le prouver.
Beaucoup pensaient que le rôle de l'école était d'apprendre à lire, à écrire et à compter, mais les derniers tests Pisa l'ont montré : elle n'y arrive pas bien. Par contre, l'État lui offre le pouvoir d'apprendre à nos enfants l'égalitarisme et l'uniformisation. Le formatage des cerveaux de vos enfants, c'est maintenant.

Casting : Yves Théard


Après le premier contrôle, on fit la moyenne de la classe et tout le monde obtint un 13/20. Les. élèves qui avaient travaillé dur n'étaient pas très heureux, au contraire de ceux qui n'avaient rien fait et qui, eux, étaient ravis.

A l'approche du deuxième contrôle, les élèves qui avaient peu travaillé en firent encore moins, tandis que ceux qui s'étaient donné de la peine pour le premier test décidèrent de lever le pied et de moins réviser. La moyenne de ce contrôle fut de 9/20! Personne n'était satisfait.

 


  En France, la vie est devenue si difficile que les gens se souhaitent "bon courage", pensent "petit" toute la journée par manque d'ambition alors que "grand" n'est pas une qualité et parle de "ce pays" comme si ce n'était pas le leur.
La France devient un petit pays.

Philippe Bloch : Ne me dites plus jamais bon courage ! : Lexique anti-déprime à usage immédiat des français - Ventana

http://www.amazon.fr/dites-plus-jamai...


Quand arriva le troisième contrôle, la moyenne tomba à 5/20. Les notes ne remontèrent jamais, alors que fusaient remarques acerbes, accusations et noms d'oiseaux dans une atmosphère épouvantable, où plus personne ne voulait faire quoi que ce soit si cela devait être au bénéfice de quelqu'un d'autre. A leur grande surprise, tous ratèrent leur examen final.

 

 


BfUfTKxCUAA3By9.jpg
Le professeur leur expliqua alors que le socialisme finit toujours mal, car quand la récompense est importante, l'effort pour l'obtenir est tout aussi important, tandis que si l'on confisque les récompenses, plus personne ne cherche à réussir, ni n'essaie. Les choses sont aussi simples que cela. Voici un petit extrait de discours qui résume parfaitement les choses :


61349891-500x384.jpg
« Vous ne pouvez pas apporter la prospérité au pauvre en la retirant au riche. Tout ce qu'un individu reçoit sans rien faire pour l'obtenir, un autre individu a dû travailler pour le produire sans en tirer profit. Tout pouvoir ne peut distribuer aux uns que ce qu'il a préalablement confisqué à d'autres. Quand la moitié d'un peuple croit qu'il ne sert à rien de faire des efforts car l'autre moitié les fera pour elle, et quand cette dernière moitié se dit qu'il ne sert à rien d'en faire car ils bénéficieront à d'autres, cela mes amis, s'appelle le déclin et la fin d'une nation. On n'accroît pas les biens en les divisant. »

 

Dr. Adrian Rogers, 1931.


m1.jpg

 

A lire aussi:

 

La novlangue socialiste : quand la nation devient «le nous inclusif et solidaire»

Le “Socialisme” est le cadet de nos soucis (Roman Bernard)

Le PS et la colonisation : un passé qui ne passe pas

Le socialisme : ne plus travailler du tout pour gagner presque rien

Publié dans Philosophie

Commenter cet article

Joseph Gautot 19/06/2014 10:56

Il est exact que ne rien f...tre et prendre sa part du gâteau a un côté immoral. Avoir envie de bosser sans pouvoir le faire parce qu'il n'y a pas de travail, et recevoir une petite part du gâteau parce qu'un système de redistribution des richesses est mis en place, me paraît normal (à moins de refuser toute forme de solidarité). Bosser dur, comme beaucoup le font, et ne pas avoir le moindre espoir de voir une récompense au bout du tunnel, parce que celle-ci est empochée par des personnes qui ont déjà de quoi vivre un million d'années, est tout aussi immoral que la première situation. Et c'est ce que nous propose le libéralisme actuel.

Guillaume Arranz 03/02/2014 11:26


Guillaume Arranz Ceci est une page de débat sur la philosophie politique pas une fosse septique, merci de ne pas nous servir votre grosse merde nauséabonde.
Il n' y a aucun débat à tenir sur un torche cul pareil, dont le fond et la forme sont aussi provocant que dénué de toute intelligence. et dont les sources
sont complètement farfelues.

"Le Prof Kuing Yamang" est le pseudonyme que se donne un abrutit congénital qui doublé la vidéo d'une émission télévisée asiatique avec ce qu'il croit être un raisonnement.
Voilà pour la crédibilité de la chose.
____________________________________________________

La seconde vidéo présente éventuellement un intérêt à la discussion dans le sens ou l'auteur du livre pose une observation juste, mais une interprétation de la chose complètement
fausse.

Bien entendu que les anglophones ne prennent pas de "small coffee" mais ce n'est pas parce qu'il voient le café en grand, mais parce que ce n'est pas la même langue et que les tic de
langage sont donc différents.
On ne se souhaite pas bon courage au boulot parce que l'on manque d'ambition mais parce que les gens sont moins con que l'on ne le croit et voient très bien dans leur boulot qu'ils ne
bossent pas pour eux mais pour des patron rentiers qui leur volent le fruit de leur travail dans des conditions de plus en plus dures.

Pierre Robert Michon 03/02/2014 10:36


Pierre Robert Michon C'est de toi Alain ?
Mais tu as simplement oublié la "multiplication des pains et des poissons" faite en son temps.

Nicole Capt 03/02/2014 10:08


Nicole Capt l'économie de casino que
nous subissons actuellement n'est en rien identifiable à celle des vases communicants entre riches et pauvres, elle a des particularités bien spéciques!

Emmanuel Bideau 03/02/2014 08:53


Emmanuel Bideau L'exemple du professeur d'économie est vraiment pertinent et démontre bien
les incohérences du socialisme!