Le message d’exigence de l'UE ou la France sous tutelle!

Publié le par AL de Bx

3%, un délai supplémentaire; mais avec conditions

 

M. Barroso, le président de la Commission européenne : « Notre message est un message d’exigence »

 

Cette injonction rendue publique a fait réagir F. Hollande, Normal :

 

“ je n’ai pas d’ordres à recevoir ”

 

La France sous tutelle depuis début mars (ce dont les médias ne parlent aucunement!!) Hollande peut faire le malin du mou câlin, il n’a pas d’autre choix que d’exécuter ces directives et de faire ses “ devoirs ” pour le 1er octobre.

 

ob_82c4149179014936030f608e04e6ef3f_barroso-hollande.jpgnananère euh, 2 ans de + et pan!!


Rappel:

 

M. Barroso a réaffirmé que la Commission allait "proposer deux années supplémentaires pour permettre à la France de ramener son déficit sous les 3% en 2015 pourvu, a-t-il dit, que la France présente un programme crédible pour des réformes".

Il a toutefois refusé de se prononcer sur le programme de réformes du gouvernement, sur lequel la Commission rendra son avis le 29 mai.

"La France a fait un effort important en terme de réduction de déficit" et "a réduit, depuis 2009, de moitié son déficit nominal, qui était de 7,5% et est maintenant prévu de 3,7%", a reconnu M. Barroso.

Toutefois, a-t-il souligné, "depuis 20 ans, la France a perdu de la compétitivité" et "la dette reste extrêmement élevée", à 90,2% du PIB en 2012 selon l'Insee. "La France dépense plus d'argent à payer sa dette que à payer l'éducation de ses enfants", a-t-il dit.

M. Barroso a notamment regretté qu'il y ait "en France un état d'esprit parfois très négatif par rapport aux opportunités du monde contemporain, par exemple la mondialisation". "Etre contre la mondialisation, c'est comme cracher contre le vent", a-t-il estimé. AFP

 

2139680.jpg

Bon mon grand, un, tu m'écoutes, deuxio t'arrêtes de nous faire chier avec ton exception socialoculte gauloise, tertio...

 

 

RECOMMANDATION DU CONSEIL POUR QU’IL SOIT MIS FIN À LA SITUATION DE DÉFICIT PUBLIC EXCESSIF EN FRANCE

 

 


La France arrive au bout de l'impasse économique, les impôts sont au maximum, les recettes fiscales ne sont pourtant pas au rendez-vous, le déficit va bien sûr augmenter par rapport aux prévisions, beaucoup d'entrepreneurs assommés par les charges et sans aucune visibilité quittent la France et les investisseurs ne veulent plus y venir.
Tous les agents capables de créer de la croissance et donc des recettes fiscales ont été ciblés et découragés.

Casting : Laurent Vronski, Guillaume Dard, Philippe Portier et Nicolas Doze.

 

 

1. La France devrait mettre fin à la situation actuelle de déficit excessif en 2015 au plus tard.


2. La France devrait parvenir à un déficit nominal de 3,9 % du PIB en 2013, de 3,6 % en 2014 et de 2,8 % en 2015, ce qui correspondrait à une amélioration du solde structurel de 1,3 % du PIB en 2013, de 0,8 % en 2014 et de 0,8 % en 2015, sur la base des prévisions étendues du printemps 2013 des services de la Commission.


3. La France devrait mettre intégralement en œuvre les mesures déjà adoptées pour l’année 2013 (1,5 % du PIB) et préciser, adopter et mettre rapidement en œuvre les mesures d’assainissement nécessaires pour se conformer à la recommandation d’amélioration du solde structurel pour 2014et 2015, tout en procédant comme prévu actuellement à un examen minutieux des postes de dépenses dans tous les sous-secteurs des administrations publiques, notamment au niveau de la sécurité sociale et des collectivités locales.

4. La France devrait consacrer toutes les recettes imprévues à la réduction du déficit. Les mesures d’assainissement budgétaire devraient garantir une amélioration durable du solde structurel des administrations publiques propice à la croissance.


5. Le Conseil fixe la date limite du 1er octobre 2013 pour que la France engage une action suivie d’effets et, conformément à l’article 3, paragraphe 4bis, du règlement (CE) nº 1467/97 du Conseil, remette un rapport détaillé sur la stratégie d’assainissement envisagée pour atteindre les objectifs.

En outre, les autorités françaises devraient renforcer la viabilité à long terme du système de retraite par un nouvel ajustement de tous les paramètres pertinents. En particulier, la réforme prévue devrait être adoptée avant la fin de cette année, conformément aux plans actuels, et rééquilibrer rapidement et durablement le système en 2020 au plus tard, en évitant toute nouvelle augmentation du coût du travail. De plus, afin de garantir le succès de la stratégie d’assainissement budgétaire, il importera que l’assainissement budgétaire soit étayé par des réformes structurelles globales, conformément aux recommandations du Conseil adressées à la France dans le contexte du semestre européen et en particulier celles liées à la procédure concernant les déséquilibres macroéconomiques.

 

000_DV1438193_0.jpgBon tu vois, t'emm... tout le monde, là


Outre le rapport prévu dans la recommandation nº 5, les autorités françaises sont invitées à faire état des progrès accomplis dans la mise en œuvre de ces recommandations au moins tous les six mois, et consacreront à ce sujet un chapitre distinct des programmes de stabilité, jusqu’à ce que le déficit excessif ait été intégralement corrigé.

 

 

La Troïka européenne (Commission européenne, BCE et FMI) est un ensemble d'instances qui n'ont jamais été élues démocratiquement mais qui pourtant dirigent l'UE.
Une crise de légitimité démocratique vient donc s'ajouter à la crise financière qui touche l'UE.
Les populations ne voient plus la légitimité des décisions prises, ce qui provoque un risque de désintégration de l'UE.

Casting : Markus Kerber, Jean-Pierre Petit, Jean-Marc Daniel et Nicolas Doze

 

 

 

 

2488645.jpg

 

Pour ce qui est des retraites, la commission européenne recommande:

 

- d’adapter les règles d’indexation;

- les âges minimum et de taux plein:

- la période de contribution et les régimes spéciaux.

 

Cependant tout en évitant d’augmenter les contributions des employeurs aux régimes des retraites.

Publié dans Europe

Commenter cet article

Thierry M Carabin 02/07/2013 07:22


Thierry M Carabin Pourquoi les autres pays de la zone euro continueraient-ils à
investir dans des mécanismes de stabilité si la France persiste à mettre tout le monde en danger avec son surendettement ?

Daniel Thureau 01/07/2013 19:34


Daniel Thureau " Planche à billet comme toute dernière illusion"...Non pas du tout, une
révélation concrète de la crise, une façon d'en finir avec les illusionistes de l'économie virtuelle, de l'argent virtuel...

Sébastien Pereira 01/07/2013 19:33


Sébastien Pereira C'est un pantin, qui espère très fort que les choses s'arrangeront et
dont la cour l'en convainc. Agir, surtout pas. Manque plus que la planche à billet comme la toute dernière illusion semble t'il.

Luc Wilquin 01/07/2013 12:44


Luc Wilquin on est autant dans la mouise que l'Allemagne oui
on est loin des records sous Sarko, mais mention bien niveau
coulage de la France par le nouveau gvt