La grande illusion des « révolutions » arabes par Eric Denécé

Publié le par AL de Bx

 

« Il est possible tromper une partie du peuple tout le temps ou tout le peuple une partie du temps, mais il est impossible de tromper tout le peuple tout le temps ».
Abraham Lincoln


Depuis le milieu de l hiver 2011, en Afrique du Nord puis au Proche et Moyen-Orient, des mouvements de contestation populaire ont pris forme, incarnant les aspirations démocratiques et le ras-le-bol des citoyens à l'égard des régimes tyranniques, corrompus et népotiques qui les gouvernaient. Ils sont parvenus à provoquer leur chute, mettant  fin à des situations qui n étaient plus acceptables au XXIe siècle.


Présentation

Telle apparaît la merveilleuse épopée du « printemps » arabe et de ses « révolutions » aux yeux de la majorité de l'opinion publique internationale. Toutefois, derrière ce conte au dénouement heureux, avec ses héros et ses martyrs, se cache une réalité bien différente, que seuls quelques uns ont perçu - parfois assez tôt – et ont eu le courage de dénoncer.


En effet, l'histoire du « printemps » arabe relève d un storytelling remarquable. Sa trame, comme le choix et la mise en valeur des principaux acteurs, sont dignes des meilleurs scénaristes et réalisateurs d Hollywood. Les talentueux instigateurs de ces événements ont servi aux populations locales, comme aux observateurs étrangers, un show monumental qui les a tenus en haleine pendant de longs mois, dans lequel les rebondissements semblaient être le fait de la Providence et dont l'issue est apparemment heureuse... tout au moins jusqu à aujourd'hui.


Tout cela n'est en réalité, qu'un montage, conçu par quelques machiavéliques Spin Doctors. Et la majorité des figurants ont participé à leur insu à cette mise en scène sans même s'apercevoir qu'ils étaient les premiers manipulés : le « public cible » de cette farce était aussi bien dans la rue que devant les écrans de télévision. Cette opération a réussi au-delà des espérances de ses concepteurs : les manifestants, crédules, sont convaincus d avoir été les auteurs des faits et les maîtres de leur destin, alors même que celui-ci a été décidé par d autres. L illusion est donc totale.


Plus de dix-huit mois après que se soit levé le vent de révolte qui a balayé le monde arabo-musulman, il est possible de discerner plus distinctement le fil des événements, les acteurs, scénaristes, réalisateurs et producteurs de cette fiction à laquelle beaucoup ont cru, et beaucoup croient encore.


L'analyse approfondie des événements permet de dégager quatre éléments qui rendent possible la compréhension de la réalité du phénomène derrière la vision fabriquée qui nous en a été donnée :


– l'existence d un malaise sociétal réel mais instrumentalisé,


– des révolutions pilotées et mises en scènes par l'étranger afin de
promouvoir des  intérêts nationaux,

 

– la mise en œuvre de techniques éprouvées de manipulation des foules et de

   déstabilisation des régimes,


– des conséquences néfastes dont les effets commencent à apparaître.

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daniel Thureau 27/02/2013 10:05





Daniel Thureau La
démocratie porte en elle les outils, les moyens de sa propre destruction, c'est surtout ca que certains commencent à découvrir aujourd'hui...Pour le reste, manipulation, pas manipulation, c'est
secondaire.......On peut toujours dire que la fin justifie les moyens mais quelle fin...!.......S'il suffisait d'établir le droit de vote, seulement
voilà, c'est un peu plus compliqué, la démocratie....Les valeurs démocratiques ne se limitent pas à la libre expression, ce n'est qu'un volet, bien mince....