La colère de Mathieu LAINE, "quel gâchis français !" - Libéralisme contre Etatisme

Publié le par AL de Bx

 

Notre pays est, c’est une tarte à la crème, embourbé dans la déprime galopante, la culture des peurs et la tentation isolationniste. Au moment même où Astérix et Obélix sont sacrés à la BNF, nous continuons à nous abreuver de potion magique (emplois aidés, subventions en tout genre, redistributions à tous les étages, refus des réformes radicales) tout en tournant le dos au progrès. C’est ainsi, entend-on, que la France se gère : sans la brusquer, par petites touches.

 

hollande-enfarine.jpgUn futur Président enfariné, pour une France entartée

Rien de plus "Normal" !

 

La séquence qui vient de se dérouler sous nos yeux achève cependant de nous préoccuper.

 

BWhxZqLCUAAYHaz.jpg

 

Car après avoir refusé l’évidence réclamée, sur le travail le dimanche et de nuit, plus encore par les salariés et les clients que par les dirigeants et actionnaires des enseignes de bricolage, du monde culturel et de la distribution, en nommant une énième commission sur le sujet, la mobilisation technophobe d’une assemblée quasi-unanime contre Amazon, refusant le cumul des 5% de réduction et la livraison gratuite, et le choix assumé du gouvernement d’imposer un retard artificiel de 15 minutes aux clients des « voitures de tourisme avec chauffeur » (les fameux « VTC », qui se sont développées grâce aux applications mobiles et à un service aimable et de qualité – une véritable innovation !) pour éviter de voir Paris bloqué par les taxis nous font tomber à la renverse.

 

 

Par Professeur Kuing Yaman: The Economist dénonce le déni économique et politique des différents candidats et des politiques français en général

L'article de The Economist:
http://www.economist.com/node/21551478

Traduction par Georges Kaplan:
http://ordrespontane.blogspot.fr/2012...

Crédit vidéo:
ce soir ou jamais - France3, le 03/04/2012

 

 

Une fois de plus, les forces du statu-quo et la menace musclée des acharnés de la barricade l’ont emporté sur la bataille du pouvoir d’achat, le primat de la souplesse, le désir de liberté, l’innovation au service des usagers, la diffusion culturelle dans les lieux les plus retranchés, les gains de temps, le choix individuel, la capacité offerte à de nouveaux auteurs de trouver des modes inédits de distribution de leurs œuvres, la qualité des prestations, l’adaptabilité, la conformité aux exigences du XXIe siècle, l’emploi, les points de croissance et, y compris en intégrant quelques sujets qui fâchent, les rentrées fiscales.

 

306384_des-employes-du-groupe-cesar-portent-des-masques-rep.jpg

 

Comme l’avançait Sophie Pedder dans son excellent essai publié chez Lattès : quel gâchis français !

 

Qui est derrière ce gigantesque pied-de-nez au nouveau monde et à l’accroissement du bien-être des Français ?

 

 


Les syndicats français sont une véritable mafia qui se met de l'argent plein les poches sur le dos des contribuables.
Corruption, harcèlement, pressions, entente entre amis, trahison, tous les ingrédients mafieux sont au rendez-vous.
Roger Lenglet et Jean-Luc Touly sont les auteurs du livre "Syndicats, corruption, dérives, trahisons"

 

 

Des syndicats non représentatifs, qui gagnent des millions lorsqu’ils agissent, par exemple, contre les magasins ouverts le dimanche (avec quel intérêt à agir d’ailleurs ?).

 

Et des hommes politiques, y compris ceux qui s’affichent, et on leur sait gré, « réformistes », qui cèdent à la panique comme de mauvais parents accèdent aux caprices de leurs enfants.

 

Tant qu’elle n’aura pas fait le deuil nécessairement viril de ces idéaux du CNR, qui datent d’un autre temps, la France tombera, fera fuir ses talents, se dégradera dans les classements internationaux et sera toujours plus la risée du monde.

 

 

En France, la vie est devenue si difficile que les gens se souhaitent "bon courage", pensent "petit" toute la journée par manque d'ambition alors que "grand" n'est pas une qualité et parle de "ce pays" comme si ce n'était pas le leur.
La France devient un petit pays.

Philippe Bloch : Ne me dites plus jamais bon courage ! : Lexique anti-déprime à usage immédiat des français - Ventana

http://www.amazon.fr/dites-plus-jamai...

 

 

D’aucuns commencent à le comprendre et promettent, en alternative aux inepties marinières, Marine ayant eu l’agilité tactique de substituer son prénom à son nom et de siphonner les voix de gauche et d’extrême-gauche en étatisant considérablement son discours (que les électeurs sincères de droite réfléchissent à deux fois avant de voter pour elle car s’ils n’aiment pas la politique keynésienne de François Hollande, ils détesteront l’interventionnisme triomphant du Front National), un retour de la liberté.

 

 

Lutte contre le libéralisme, renforcement du poids de l'État, le Front national rassemble les déçus du Parti socialiste. Nous assistons à la naissance de l'ultra-socialisme.
Le FN, c'est la gauche d'autrefois, beaucoup de militants l'ont compris et rejoignent ses rangs. Anciens fans de Mitterrand, de Hollande ou du PCF sont légion pour soutenir Marine Le Pen pour qui la majorité socialiste au pouvoir mène une politique ultralibérale façon Margaret Thatcher.
Le FN est devenu le premier parti de gauche en France.

 

 

Copé et Fillon ont fait plusieurs pas dans ce sens. Sarkozy fait étrangement mine de les contester. Ne ratons pas ce combat. Car la France ne s’en relèvera pas.

 

Mathieu Laine dirige la société de conseil en stratégie Altermind. Son dernier ouvrage, avec Patrice Huerre, « La France adolescente» (Lattès, 2013)

 

Par Mathieu LAINE

 

Trop, c'est trop

Source:
AdTech Ad

 

BWrJYWXCEAAriYB.jpg

Le nombre de fermetures d'entreprises vient de battre tous les records depuis 20 ans.
Ces faillites sont la conséquence directe de la baisse du pouvoir d'achat des Français.
Emmanuel Lechypre.

Mathieu Laine

De Wikiberal:

 

Il a publié en 2006 La Grande nurserie : en finir avec l'infantilisation des Français dans lequel il dénonce [6] ce qu'il appelle l'« État nounou » [7]et appelle de ses vœux une société fondée sur la liberté, la responsabilité et la confiance en réaction à une société du contrôle et de la règlementation[8]. Une édition réactualisée du livre est sortie début 2010 [9].

En janvier 2009, il publie Post-politique [10], prix Edgar Faure 2009 du meilleur essai politique[11],[12], dans lequel il décrypte le fait que la politique des sociétés occidentales ait de moins en moins le pouvoir de nous sauver et appelle chacun d’entre nous à reprendre le pouvoir sur nos vies.

Il publie régulièrement des prises de position d'orientation libérale dans la presse française comme Le Figaro[13],[14], ou L'Express[15]. De 2007 à 2010, il a tenu une chronique hebdomadaire Vrai Faux? devenue C’est pourtant vrai ! dans Le Figaro Magazine[16]. Depuis 2010, il publie des chroniques aux Echos[17],[18], et écrit régulièrement dans Le Point.

Il a dirigé la publication du Dictionnaire du libéralisme aux éditions Larousse paru en avril 2012. Le livre a reçu le Prix Edouard Bonnefous de l'Académie Française.

 

BWxJgDOIYAEzw_J.jpg

Publié dans Politique

Commenter cet article

Dod Ovolant 17/10/2013 19:48



Dod Ovolant



lobbies financiers, sectaires et sataniques.... c'est la réalité du pouvoir aujourd'hui..... et les médias y sont "soumis".... Pas de solution sans
"CONTRE-révolution"....

Michel Berr 17/10/2013 14:25


Michel Berr
http://www.hexagoneries.info/adresse-4-elus/schizophrenie-fr

Marc Savoye 17/10/2013 13:52


Marc Savoye C
'est bien connu, en France on se marche sur la tête en permanence depuis près de 30 ans. Avec nos 5 millions sans emplois, on continue à laisser les syndicats minoritaires mais tout puissants
faire leur loi, leurs magouilles sur le dos des travailleurs dont près de 800 perdent leur emploi chaque jour ! Et c'est ça la démocratie et le modèle social Français ? Il est clair que ça ne
ressemble plus a rien ---

Pascal Dray 17/10/2013 12:54





Pascal Dray   Excellente analyse à faire suivre à tous ceux qui veulent réellement comprendre !