L'’armée de Terre adopte le Caïman

Publié le par AL de Bx

L’armée de Terre a, le 14 février, formellement adopté son nouvel hélicoptère, le Caïman. Version française du NH90 TTH (Tactical Transport Helicopter), cet appareil de la classe 11 tonnes, qui sera notamment amené à embarquer sur les bâtiments de projection et de commandement de la Marine nationale, est destiné au renouvellement des flottes d’hélicoptères de transport tactique de l’Aviation légère de l’armée de Terre (ALAT).  

 

 

Tigre et NH90 TTH (© EUROCOPTER)

 

 

L’adoption du Caïman officialise l’autorisation d’emploi par le personnel de l’armée de Terre de cet appareil. Elle va permettre aux instructeurs du centre de formation interarmées (CFIA) du Cannet des Maures (Var) de débuter la formation des pilotes opérationnels.

L’armée de Terre devrait disposer en 2014 d’un module de 4 appareils pouvant être projetés sur un théâtre, ainsi que de 6 équipages opérationnels et 6 appareils qui rejoindront le 1er régiment d’hélicoptères de combat de Phalsbourg. La mise en service opérationnelle, qui validera la pleine autonomie de l’armée de Terre à opérer sa flotte de Caïman, est planifiée en 2016.

 

 

NH90 TTH sur le pont d'envol d'un BPC (© MARINE NATIONALE)

 

 

La Direction générale de l’armement (DGA) avait réceptionné en avril 2010 le premier hélicoptère NH90 en version NFH (Nato Frigate Helicopter) destiné à la Marine nationale pour les missions de lutte antinavire et anti-sous-marine. Puis, en décembre 2011, la DGA c'était au tour du premier TTH de l’armée de Terre. Cette version pourra emporter jusqu’à 20 combattants, 2.5 tonnes de matériel ou un véhicule léger. Les pilotes seront équipés d’un visuel de casque intégrant un dispositif de vision nocturne de nouvelle génération, comparable à celui du Tigre, le nouvel hélicoptère de combat de l’ALAT, également projetable depuis les BPC de la marine, comme ce fut le cas en Libye en 2011.

 

 

Tigre évoluant près d'un BPC (© MARINE NATIONALE)

Commenter cet article