Jacques Garello: La nation française

Publié le par AL de Bx

Ce qui se passe depuis le début de l’année dans notre pays a des aspects rassurants et inquiétants. Rassurant le réveil de la société civile, qui se révolte contre un pouvoir qui porte atteinte à la sphère privée et au socle moral sur lequel s’est fondée la civilisation. Inquiétant l’entêtement des gouvernants à lancer des réformes inspirées par une idéologie surannée et à refuser les réformes rendues indispensables par le contexte économique actuel. 


Je n’ai jamais versé dans la déclinologie et j’ai toujours fait confiance à des hommes et des femmes de bonne volonté décidés à retrouver le bon chemin pour changer le cours des choses. « C’est du fond de l’abîme que jaillit la lumière ». Mais, pour que les efforts généreux des uns et des autres aboutissent à éviter le chaos, encore faut-il réfléchir aux raisons profondes, aux raisons ultimes des désordres présents. 


Le danger le plus grave à mes yeux est celui du déchirement social et de la radicalisation des tensions, jusqu’à ce que la moitié des Français ne puisse plus supporter l’autre et inversement.


C’est à juste titre que l’on a montré comment le projet de « mariage pour tous » créait une fracture au sein de la nation. Mais on voit aussi que cette semaine aura été celle d’une revendication sociale sans précédent récent, mobilisant personnel de l’industrie et fonctionnaires de l’Education Nationale. On voit encore que les dissensions naissent à propos de l’intervention au Mali et, de façon plus générale, de la conduite à tenir face à l’Islam militant et extrême.


Serions-nous revenus aux temps les plus sombres de l’histoire de la France ? 

Je crois que, pour répondre, il faut analyser avec soin les motifs de tension. Certains sont fréquemment évoqués, d’autres passent inaperçus, et c’est dommage.


On évoque à juste titre l’idéologie « post-moderne », celle qui nie toute valeur, qui assimile à la liberté les pires débordements, les pires addictions, voire les pires crimes. Cette philosophie de pacotille a hélas fait des adeptes nombreux, elle aboutit à nier les évidences naturelles, comme le sexe ou la famille, et à sanctifier un désordre social inhumain.


On évoque tout aussi bien le marxisme classique et le principe de la lutte des classes, cette profonde haine du pauvre pour le riche, de l’exploité pour le possédant. Les nostalgiques du stalinisme ont réappris les couplets de l’internationale et lèvent le poing, comme au bon vieux temps.


On évoque encore et à bon escient le communautarisme, cette idée que chaque tribu, chaque colonie d’immigrés n’est pas soumise au droit commun, et n’obéit qu’à ses propres lois, souvent contraires à la loi française.


On évoque enfin le djihad, cette idée de la guerre sainte qui doit permettre d’éliminer les incroyants, les impies, et d’imposer la charia, le code pénal du Coran. Au-delà du communautarisme, il s’agit d’imposer le pouvoir par la violence, en bénéficiant de l’aide de puissances étrangères jurant la perte de l’Occident.


Certes, mon énumération manque de nuances : tous les ennemis de la morale ne sont pas anti-religieux, tous les ouvriers ne sont pas cégétistes, tous les immigrés ne sont pas rebelles à la loi française, et tous les musulmans ne sont pas des islamistes radicaux. C’est fort heureux, et c’est pourquoi on arrive encore à pouvoir vivre ensemble en France. 


Je voudrais cependant ajouter à tous ces constats déprimants une réalité déterminante, parce que c’est peut-être celle qui attise et entretient les tensions. La France, aujourd’hui plus qu’hier, vit à l’heure politique et ignore l’agenda économique.


Quelques exemples illustrent ma thèse. L’immigration n’est pas un problème quand elle concerne des gens décidés à travailler et à accepter les disciplines de l’entreprise et du marché ; elle devient explosive quand les immigrés recherchent les bénéfices sociaux, les indemnités et les logements généreusement offerts par les pouvoirs publics au détriment du reste de la population. Le pouvoir d’achat n’est pas un problème quand il est la juste rémunération d’un effort productif ; il devient objet de lutte quand il n’a plus de lien avec la production mais dépend essentiellement de la pression exercée sur les pouvoirs publics pour obtenir des privilèges qui sont autant de sacrifices imposés aux autres. 


Aujourd’hui en France ceux qui vivent bien et sont à l’abri du chômage sont souvent ceux qui appartiennent au secteur public (au sens large), ceux qui s’enrichissent ne sont pas ceux qui entreprennent, mais ceux qui sont au pouvoir ou amis du pouvoir. Le produit marchand représente moins de la moitié du produit français et le marché est considéré comme un lieu de spéculation et d’exploitation. Le chômage créé par les politiques économiques est facteur d’exclusion.


En sens inverse, plongez la population dans le jeu des échanges libres, du travail en commun, des complémentarités. Très vite, quelles que soient leurs origines et leurs convictions, les gens vont se considérer mutuellement comme des partenaires, non comme des ennemis. L’économie naturelle rapproche parce que l’échange bénéficie à toutes les personnes concernées et que chacun progresse dans la qualité de son œuvre. C’est la raison pour laquelle la nation américaine a pu s’enrichir de vagues successives d’immigrants sans problème majeur – et aux Etats Unis les Noirs ont accédé aux meilleures universités et aux positions les plus élevées. 


La réduction de la place tenue par la politique me paraît donc être la seule solution pour éviter  l’explosio n de la nation française, qui pourrait se reconstruire sur la base du respect mutuel et de la responsabilité personnelle.

 

Jacques Garello:

Jacques Garello est détenteur d'une licence en Droit et diplômé de l'Institut d'Études Politiques. Il soutient sa thèse de Doctorat ès sciences économiques en 1964. Agrégé en 1966, il est nommé Maître de Conférences à l'Université de Nice. A partir de 1968, il devient Professeur d’économie à l’Université Aix-Marseille III. En 1992, il est nommé Professeur de Classe Exceptionnelle. Il accumule d'ailleurs les récompenses. Il obtient le Prix Yves Rocher en 1980, le Prix renaissance de l'économie en 1992, le Grand Prix de l'Académie des Sciences Morales et Politiques en 1994 et la Legion of Liberty en 1997.

Il a fondé en 1977 le groupe des Nouveaux économistes qui comprenaient entre autres les économistes libéraux suivants (Florin Aftalion, Henri Lepage, Jean-Jacques Rosa, Pascal Salin). En 1978, il crée l'Université d'Été de la Nouvelle Économie à Aix-en-Provence.

Son ouverture intellectuelle est internationale. En effet, il préside depuis 1989 l'Institut Européen d'Etudes Humaines, (organisateur des rencontres internationales d'étudiants et d'universitaires,géré par son fils Pierre Garello. Jacques Garello est membre du comité éditorial du Journal des Économistes et des Études Humaines et de la Revue des Etudes Humaines). Il est membre de la Société du Mont-Pèlerin, de la Philadelphia Society et de l'European Constitutional Group.

Il est rédacteur en chef de la Nouvelle Lettre (hebdomadaire) depuis Janvier 1981 et il préside l'ALEPS depuis 1980.

Sur sa table de chevet, plusieurs livres sont entassés dont ceux de Frédéric Bastiat et ceux de Friedrich Hayek.

Il a enseigné l'analyse économique des institutions, celle des systèmes économiques, l'histoire de la pensée économique et la théorie monétaire.

Jacques Garello a aussi dirigé de 1971 à 1986 un institut de formation économique en entreprise, IPFOP (Institut Pédagogique de Formation Permanente).

 

Source: Libres.org

Publié dans Politique

Commenter cet article