Hommage, Margaret Thatcher...

Publié le par AL de Bx

 

 

 

 

"L'ancienne Première ministre britannique Margaret Thatcher est morte


Margaret Thatcher, née le 13 octobre 1925 à Grantham, était une femme politique britannique. Elle est décédée le 8 avril 2013, à l'âge de 87 ans.

Le décès inattendu de l'ancienne Première ministre britannique a déclenché au Royaume-Uni, mais aussi dans le monde entier, une importante vague d'émotion."

Source:

 

414.jpg

 

 

 

thatcher.2.jpg

 

L'ancien Premier ministre britannique Margaret Thatcher est décédée lundi 8 avril à Londres à l'âge de 87 ans, d'une attaque, a indiqué son porte-parole. "C'est avec une grande tristesse que Mark et Carol Thatcher annoncent que leur mère, la baronne Thatcher, est morte paisiblement ce matin, à la suite d'une attaque", a déclaré Lord Tim Bell.

 

 

 

"Nous avons perdu un grand dirigeant, un grand Premier ministre et une grande Britannique", a déclaré dans un communiqué l'actuel Premier ministre David Cameron, membre comme Margaret Thatcher du Parti conservateur, soulignant sa "grande tristesse".

La Reine a été "triste d'apprendre cette nouvelle", a annoncé le Palais de Buckingham dans un communiqué, précisant qu'elle allait envoyer un "message de sympathie" à la famille de Margaret Thatcher.

Seule femme à avoir été Premier ministre au Royaume-Uni et personnalité majeure de la vie politique du XXe siècle dans ce pays, Margaret Thatcher ne faisait plus que de rares apparitions.

Atteinte de la maladie d'Alzheimer et affaiblie physiquement, elle ne s'exprimait plus en public depuis 2002, sur les conseils de ses médecins, après avoir été victime de plusieurs attaques cérébrales. Elle avait été hospitalisée en décembre pour subir l'ablation d'une tumeur à la vessie, une opération alors qualifiée de "mineure" par son entourage. Source: Nll-Obs

 

Anticommuniste



Qu'elle réclame (et obtienne) une réduction de la contribution britannique au budget européen, qu'elle engage un bras de fer (victorieux) avec les mineurs en 1984 ou qu'elle échappe de peu, la même année, à un attentat à la bombe perpétré par l'Ira, Margaret Thatcher apparaît immuable ; sûre de son combat et peu encline au compromis. 

Elle se révèle pourtant moins monolithique qu'il y paraît. Viscéralement anticommuniste dans un contexte de guerre froide accentué par la crise des euromissiles en Europe, elle noue avec l'Amérique de Ronald Reagan une relation privilégiée. Cela ne l'empêchera pourtant pas de reconnaître en Mikhaïl Gorbatchev le rénovateur susceptible de sortir l'URSS de son isolement et le monde de son bipolarisme mortifère.

Elle aura juste la satisfaction de voir tomber le mur de Berlin, en novembre 1989, avant de devoir démissionner un an plus tard, mise en minorité par ses propres troupes. Anoblie par la reine, elle siégera dès lors à la Chambre des lords avant de se retirer totalement de la vie publique en 2002, à la suite de plusieurs attaques cérébrales. Source: Le Point

 

 

Un an de grèves… qui ne la feront pas céder

Le 3 mai 1979, après un « hiver du mécontentement » qui signa la fin d'un gouvernement travailliste impuissant face aux grèves et aux syndicats, elle remporte les élections générales avec une majorité de 43 sièges à la Chambre des communes. D'emblée, elle s'attelle à un ambitieux programme de réformes économiques et sociales. Son but est d'enrayer le déclin industriel, de juguler l'inflation, de soulager la pression fiscale et de réduire le rôle de l'Etat.


En 1981, un sondage fait d'elle le Premier ministre britannique le plus impopulaire de tous les temps. Mais six ans plus tard, elle remportera ses troisièmes élections générales d'affilée avec une confortable majorité de 101 sièges. Dans sa guerre pour le libéralisme économique, Margaret Thatcher livre une féroce bataille contre des syndicats traditionnellement influents. En 1984, les mineurs cessent le travail. Ils tiendront un an. Elle ne cédera pas.
Autre volet marquant de sa politique : la privatisation de monopoles d'Etat déficitaires. Sous son autorité, les compagnies nationales du gaz, du pétrole, de l'acier et du téléphone sont passées dans le secteur privé. Sans parler des aéroports et de la compagnie aérienne nationale, British Airways. Source: RMC

 

 

 

  Hommage de Contrepoints:

 

Notre édition spéciale Margaret Thatcher :

Margaret Thatcher: A Brief Personal Recollection

For many people, Margaret Thatcher’s resignation (and now her death) will be one of those moments that they will never forget. Like the Kennedy assassination for the previous generation, many will always remember what they were doing when they heard the sad news.  

It was November 22, 1990 and I was about to leave my parents’ apartment in Zilina, Czechoslovakia, to meet a friend. Walking out of the door, I heard the radio announce the shocking news - Margaret Thatcher has resigned. How could it be? Wasn’t she a great success at home and a titan on the world stage? To us – the people of Eastern Europe who were enjoying their first year of freedom – she was much more than the first female British Prime Minister.  

She was an outspoken voice against communist oppression and a fearless promoter of the free markets. The communist media in Eastern Europe (and socialist media in Britain, one might add) spewed poison against her with obsessive regularity. For us that was very reassuring: if they hated her, she must have been good.  

Growing up behind the Iron Curtain, I never thought I would leave my hometown, let alone travel abroad and meet her. But meet her I did. It was October 5, 2002 and I was on a layover in London. Next day, I would board a plane for Washington and begin my work at the Cato Institute.  

My friends - Roger Bate, now at the AEI, and Richard Tren, now at the Searle Foundation – invited me to a dinner celebrating the launch of the Frederic Bastiat prize for free market journalism. One of the winners, coincidentally, was Amity Shlaes, whom I will have the pleasure of introducing at a Cato event this Thursday.   As Margaret Thatcher arrived – descending the stairs together with Denis - there was a sudden hush followed by great applause. By that time, she no longer made speeches and her public appearances were increasingly rare. Still, her presence added gravitas to the proceedings and launched a great prize that continues to this day.  

My friend Veronique De Rugy sat next to Mrs. Thatcher throughout the dinner and so, at some point, I walked over to say hello. Thatcher shook my hand and asked where I was from. When I said that I came from Czechoslovakia, she seemed genuinely delighted. I reminded her that people of Eastern Europe had a genuine affection for her and were grateful for what she did to bring about the end of communism. “You know,” I said, “the communists really hated you.” “Good, good,” she laughed, “I’m glad they did.” Then she gave me one of her piercing looks and said, “We won in the end.”

Yes you did, Margaret.

Margaret Thatcher

De Wikiberal

Margaret Thatcher (née Margaret Hilda Roberts le 13 octobre 1925 à Grantham), baronne Thatcher, est une femme politique britannique. Elle fut la première et pour le moment unique présidente du Parti conservateur de 1975 à 1990 et également la seule Premier ministre du Royaume-Uni de 1979 à 1990. Elle est la 4e femme Premier ministre dans le monde, la première en Europe. Elle arriva au pouvoir dans une situation de déclin et d'instabilité relative et réussit à effectuer le plus long mandat de Premier ministre au Royaume-Uni depuis le XVIIIe siècle.

Attachée à la souveraineté britannique, à la protection de l'intérêt de ses administrés et aux principes de droit, elle mena une politique étrangère déterminée, marquée par l'opposition à l'URSS, la promotion de l'atlantisme et la défense des intérêts britanniques lors de la guerre des Malouines en 1982 ou face à l'Europe. Sa politique économique, fortement influencée par les idées libérales, fut marquée par d'importantes privatisations, déréglementations, par la baisse de la pression fiscale, une fermeté face aux syndicats et une réforme de l'administration publique, plus connu selon le concept de "New Public Management".

Assurément l'une des figures politiques britanniques les plus importantes de l'histoire politique récente, c'est aussi l'une des plus admirées comme l'une des plus détestées. Le surnom de « Dame de Fer » (Железная леди) que le journal soviétique L’Étoile rouge lui décerna en janvier 1976 dans le but de stigmatiser son anticommunisme devint rapidement au contraire un atout politique, symbolisant sa fermeté face aux grévistes de la faim de l'IRA en 1981 ou aux mineurs en 1984-1985. Elle reste associée à la « révolution conservatrice » des années 1980 et à l'ère de révolution idéologique qu'elle lança.

 

thatcher.jpg

Publié dans Politique

Commenter cet article

Karl Gedda-Mudrov 08/04/2013 15:39


Karl Gedda-Mudrov Libérale conservatrice - les deux mots vont aussi bien ensemble que national et
socialiste...

Paul Lutique 08/04/2013 14:38


Paul Lutique C'est confirmé

Xavier Guyaux 08/04/2013 14:28


Xavier Guyaux http://www.bbc.co.uk/news/uk-politics-10364876#TWEET714964



Gentleman knows that I have the same contempt for his socialist policies as the people of
east Europe, who have experienced them, have for theirs. I think that I must have hit the right nail on the head when I pointed out that the logic of those policies is that they would rather the poor were poorer. Once they start to talk about the gap,
they would rather that the gap were that—[indicating[—down here, not this—[indicating[—but—[indicating.] So long as the gap is smaller, they would rather have the poor poorer. One does not create
wealth and opportunity that way. One does not create a property-owning democracy that way.

al 08/04/2013 14:26


Alain Genestine oui tu as vu lol...

Laurence Souillot 08/04/2013 14:25


Laurence Souillot si elle décède le 9 avril, elle décèdera donc demain Alain