Femmes pour la paix et la sécurité dans le monde!

Publié le par AL de Bx

Le Plan d'action national des États-Unis en faveur des femmes, de la paix et de la sécurité reflète le fait que les pays sont plus pacifiques et prospères lorsque les femmes bénéficient des mêmes droits et opportunités. Le plan garantit que les préoccupations sexospécifiques soient pleinement intégrées dans les activités diplomatiques, militaires et de développement.


Le plan précise comment les engagements internationaux des États-Unis impliquent les femmes - la moitié de la population mondiale - en tant que partenaires égales dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix dans les pays menacés par la guerre, la violence et l'insécurité.


Selon le décret du président Obama mettant en œuvre le plan, la réalisation de cette égalité est essentielle à la sécurité des États-Unis et du monde. Les États-Unis ont rejoint plus de 30 pays qui ont adopté des plans similaires. Parmi les lignes directrices du plan des États-Unis figurent les suivantes :


- Promouvoir l'égalité des sexes et la promotion des femmes et des filles dans les zones confrontées à des conflits.

- Appuyer la pleine participation des femmes à la prévention et la résolution des conflits et à la consolidation de la paix.

- Protéger les femmes et les filles, qui sont démesurément touchées par les conflits, de la violence basée sur le genre, de l'exploitation, de la discrimination, du trafic et d’autres abus.

- Promouvoir la stabilité en investissant dans la santé, l'éducation et les opportunités économiques pour les femmes et les filles.

- Prévoir des interventions d’aide en cas de catastrophes et de crises humanitaires qui respectent les besoins spécifiques des femmes et des filles.


METTRE EN ŒUVRE UNE VISION

En octobre 2000, l'Assemblée générale des Nations unies a adopté la Résolution 1325 pour reconnaître « le rôle important des femmes dans la prévention et la résolution des conflits et la consolidation de la paix (…) et la nécessité de donner plus d’importance à leur rôle dans la prise de décisions liées à la prévention et la résolution des conflits ».

Les leçons tirées de l'Irlande du Nord, du Libéria et d'autres régions avaient déjà montré que, lorsqu'elles sont impliquées, les femmes sont plus susceptibles d'appuyer les accords qui rétablissent la sécurité et les services à leurs communautés, sans tenir compte de « gagner » ou de « perdre ».

Les participants du genre féminin ont tendance à se concentrer sur des questions qui sont essentielles à la paix mais parfois négligées dans les négociations officielles, y compris les droits de l'homme, la justice, la réconciliation nationale et le renouvellement économique. Elles ont tendance à former des coalitions qui traversent les lignes ethniques et provinciales et à défendre d'autres groupes marginalisés. Elles peuvent jouer le rôle de médiateur et favoriser le compromis pendant le processus de reconstruction.


PREMIÈRES LEÇONS

L'importance d'inclure les femmes dans les questions de paix et de sécurité a été démontrée dans de nombreux endroits. Les femmes des communautés rivales en Irlande du Nord ont construit des passerelles à travers la Coalition des femmes d'Irlande du Nord et ont aidé à mettre fin à un conflit de plusieurs décennies. Les femmes rwandaises ont aidé à orienter leurs communautés sur la voie de la paix et de la prospérité après les violences épouvantables entre les Hutus et les Tutsis, et elles ont posé les fondations pour le plus grand pourcentage au monde de femmes au sein du parlement.


LES APPROCHES DES ÉTATS-UNIS

Le plan des États-Unis exige que les organismes gouvernementaux travaillent avec d'autres pays afin d’aider à augmenter les compétences des femmes pour les négociations de paix politiques ; cela comprend la formation des femmes à assumer un rôle actif dans leurs gouvernements locaux et nationaux. D'autres tâches comprennent aider à élaborer des lois et des politiques qui servent à promouvoir les droits des femmes ; l'augmentation de la capacité des systèmes de l’ONU (maintien de l’ordre, militaire et autres) pour prévenir et répondre à la violence contre les femmes liée au conflit ; et aider à assurer l'accès égal des femmes à la distribution d’aide et autres services d'urgence.

Le département d'État contribue à la mise en œuvre du plan des États-Unis en soutenant le rôle des femmes dans la consolidation de la paix et le rétablissement en Afghanistan, au Soudan du Sud et en Birmanie, entre autres pays. Dans les pays du « Printemps arabe », le département d'État apporte son soutien à la participation des femmes à la vie politique et fait la promotion de leur rôle au sein de la réforme de la sécurité.

En République démocratique du Congo, au Népal et au Salvador, le département d'État travaille avec des groupes de femmes pour obtenir la justice pour les victimes de la violence sexospécifique liée au conflit. En outre, l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) renforce les compétences de négociations des femmes dans la région de Mindanao aux Philippines, forme des policiers au Népal et augmente le nombre d'électrices immatriculées au Yémen, entre autres initiatives.


PRINCIPES DIRECTEURS

Les États-Unis reconnaissent que des millions de femmes et de filles dans le monde sont exclues de la vie publique, soumises à la violence ou interdites de poursuivre des études. Ces exclusions nuisent à la croissance et aux possibilités économiques dans les pays où elles sont pratiquées. Elles sont contraires au sens de la justice tel que perçu aux États-Unis - la croyance selon laquelle aucun pays ne peut progresser quand il réprime la moitié de sa population et ne parvient pas à appliquer ces talents, énergies et dons à la construction d’un avenir. Les États-Unis continueront à autonomiser les femmes en tant qu'agents de la paix.

 


Publié dans Liberté individuelle

Commenter cet article

Claude Sponem 26/12/2012 23:23


Claude Sponem .
Femmes = paix , c'est vraiment un des poncifs les plus douteux que notre époque de bien
-pensance ait secrété !