EELV: La Hollandie et ses communistes de l'environnement, il se passe de drôle de chose !

Publié le par AL de Bx

Membre du conseil fédéral du mouvement écologiste et porteur d'une motion visant à instaurer plus de transparence financière au sein du parti, Felipe de La Roche dit avoir été passé à tabac fin novembre à son domicile.

 

437317beAttention moi vert mais pas rouge, je suis même un rose de droite


«La motion de finances, il faut que tu arrêtes, sinon on te tue». C'est une menace qui semble tout droit sorti d'un polar que Felipe de la Roche assure avoir entendue lors de son agression à son domicile, le dimanche 20 novembre 2011, dans le XVe arrondissement de Paris. «Il était six heures du matin quand la sonnette a retenti. A moitié endormi, j'ai ouvert la porte et j'ai reçu immédiatement un violent coup de poing dans le visage, suivi d'un second au niveau de la lèvre. Je suis tombé au sol. Mes deux agresseurs m'ont ensuite frappé à coup de pieds et m'ont menacé de mort, avant de s'en aller», explique cet adhérent d'Europe Ecologie-Les Verts.

 

 

Par Professeur Kuing YAman:  

Voici comment les écolos de EELV magouillent avec l'argent du contribuable derrière le paravent de la formation.
Une enquête dans les entrailles du parti écolo.

 


Ce matin-là, Felipe de la Roche doit se rendre au siège de la CFDT, dans le XIXe arrondissement, où se tient le conseil fédéral du parti écologiste. Une sorte de Parlement du mouvement composé de 150 délégués, dont il fait partie. Ce consultant de 30 ans est alors bien connu des écologistes. En prévision du fameux conseil fédéral, il avait rédigé avec 18 autres délégués une motion intitulée «Transparence et conflit d'intérêt» invitant la direction du parti à remettre de l'ordre dans ses finances. Parmi les signataires figure Pierre Larrouturou, économiste et conseiller régional d'Ile-de-France, qui a quitté le parti écologiste en décembre.

 

eva.jpg

Le parti écologiste épinglé

Cette initiative a été prise suite au rappel à l'ordre prononcé en mai par le Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Dans son rapport annuel, l'autorité chargée de veiller à la légalité des ressources des partis politiques épingle le parti écologiste sur les comptes des régionales de 2010. Elle s'interroge notamment sur les marges dégagées par l'Association de communication des idées écologistes européennes et régionalistes (Acieer), une structure créée par les Verts en 2003 qui a mutualisé les dépenses de communication des candidats écologistes lors des régionales.

 

 

La dictature verte n'est qu'une fiction..... pour l'instant.

Réalisation:
Bruno Raymond-Damasio
Production et Post-Production:
La mandarine productions
Bertrand Boissimon
Thomas Corbe
Guillaume Josset
Bruno Raymond-Damasio
website: www.lamandarine.com


Selon la CNCCFP, «cette association a principalement refacturé des prestations commandées auprès de fournisseurs professionnels, en y ajoutant une plus-value correspondant à la valeur ajoutée qu'elle estimait avoir apportée». Mais, ajoute la commission, «cette plus-value doit être justifiée, quantifiable et démontrée, estime la CNCCFP. Il serait paradoxal d'admettre qu'étant susceptibles de bénéficier de l'aide publique, les partis politiques puissent par ailleurs se procurer des fonds payés par le contribuable sur des dépenses remboursées aux candidats».


Dans leur motion remise fin octobre, les 19 signataires demandent un audit indépendant de l'Acieer, récemment renommée La Boîte écolo. Ils réclament aussi un examen des comptes du centre de formation des élus écologistes, le Cédis, alors dirigé par Jean-Vincent Placé, qui a selon eux réalisé un bénéfice de 150.000 euros lors des journées d'été de Clermont-Ferrand fin août. «Il n'y a rien d'illégal mais on veut juste savoir ce qui est fait de cet argent», explique Hugues Bonneville, l'un des soutiens de la motion. «On veut simplement appliquer en interne les règles d'éthique et de transparence que nous prônons en externe», ajoute-t-il, précisant que «l'opacité financière concerne tous les partis».

 

960004_10151951484894074_580717391_n.jpg

Une opération politique ?

Un zèle qui agace Jean-Vincent Placé, qui a quitté la direction du Cédis le 14 novembre, après son élection au Sénat. «Le Cédis n'a juridiquement aucun lien avec le parti. C'est une structure agréée par le ministère de l'Intérieur, qui dispose de tous les comptes et n'a jamais émis la moindre réserve. Cet agrément est renouvelé tous les deux ans depuis sa création, il y a 13 ans. Quant aux bénéfices, ils ont été investis dans l'acquisition d'un modeste siège à Montreuil, en Seine-Saint-Denis». A l'unanimité, le bureau du conseil fédéral a décidé de ne pas inscrire la motion à l'ordre du jour de la réunion de novembre. Dans deux différents mails aux signataires que LeFigaro.fr a pu consulter, son président, Philippe Meirieu s'en explique: selon lui, la tonalité de la motion est «inutilement polémique» et les «questions portées par ce texte avaient déjà été traitées, notamment en septembre, par la motion d'urgence ‘finances'». Les rédacteurs de la motion ont crié à la censure. «Ce n'était pas le lieu, indique Jean-Vincent Placé. Il existe une commission des finances du parti où toutes les tendances sont représentées. On n'allait pas éplucher les comptes pendant deux heures en plein conseil fédéral».

 

 

http://libertarientv.over-blog.com/ar...

Cécile Duflot a un DEA de géographie, son supposé domaine de compétence, pourtant elle place le Japon dans l'Hémisphère sud, avec des arguments météorologiques à l'appui, nous expliquant en même temps "le système des vents qui fait que...".. qui fait que pour elle, la radioactivité n'a que peu de chance de changer d'hémisphère, elle pense donc bien que le Japon et la France ne sont pas dans le même hémisphère et donc elle pense vraiment que le Japon est dans l'hémisphère sud.
Elle est pourtant nommée ministre.
Ministre de l'égalité du territoire et du logement

 


Le sénateur écologiste laisse entendre que toute cette «opération transparence» avait pour but mettre la pression sur la direction du parti en échange d'une circonscription pour Pierre Larrouturou, le chef de file des signataires de la motion. Dans un mail envoyé le soir du 20 novembre à l'ensemble des membres du conseil fédéral, il relate une rencontre avec Felipe de la Roche, le porteur de la motion: «J'ai vu une fois Mr de la Roche. Un vendredi après-midi dans mon bureau il y a quelques semaines et à sa demande. (…) A ma grande surprise est arrivé un jeune homme timide et bredouillant qui au cours de 30 minutes d'entretien m'a laissé comprendre assez finement d'ailleurs que toute cette campagne «mains-propres» pourrait s'arrêter si Pierre Larrouturou devenait député sur une circonscription gagnable!!!». Une version démentie par Pierre Larrouturou et Felipe de la Roche. «Si Pierre avait vraiment voulu obtenir un siège, il n'aurait pas bougé et se serait tu!», estime Hugues Bonneville.

Un climat de psychose

Felipe de la Roche a-t-il été agressé à son domicile pour l'empêcher d'aller plaider sa cause lors du conseil fédéral du 20 novembre? «Le contexte politique et l'agression semblent liés, mais les éléments de preuve vont être compliqués à rassembler», concède Me Joseph Breham, son avocat. «Ils pouvaient s'attendre à ce que je pose plein de questions», assure la victime, qui dit cependant ignorer l'identité de ses deux agresseurs et de leur éventuel commanditaire. Le 21 novembre, lors de son dépôt de plainte pour violences volontaires en réunion et menaces de mort au commissariat du XVe arrondissement, il a indiqué que ses assaillants avaient le visage masqué et qu'il n'avait pas reconnu leur voix. Après un passage aux urgences médico-judiciaires, qui ont décidé de prononcer deux jours d'interruption temporaire du travail (ITT), les enquêteurs de la brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) de Paris ont été saisis.

 

 Et pendant toutes leurs magouilles on apprend que d'autres magouilles existent au GIEC

 

Le CO₂ n'est pas un polluant, il est essentiel à la Vie. De plus on constate une décorrélation évidente entre l'augmentation du CO₂ et la courbe de la température globale qui n'augmente plus depuis une quinzaine d'année dans la troposphère.
Un débat entre François Gervais et Jean Jouzel qui confond Arctique et Antarctique.

Casting : François Gervais et Jean Jouzel.

 


En attendant les résultats de l'enquête, la psychose s'est installée chez les signataires de la motion. «Il m'a montré ses blessures, ça m'a foutu la trouille, confie l'un d'entre eux sous le couvert de l'anonymat. Dans la rue, les jours suivant l'agression, je regardais toujours derrière moi avant de rentrer chez moi. Et j'ai demandé à ma concierge de ne donner aucune information aux inconnus sur ma présence dans l'immeuble.» Beaucoup n'ont pas renouvelé leur cotisation au parti écologiste. «Je quitte EELV avec beaucoup de tristesse, explique Hugues Bonneville. On a pensé qu'Eva Joly pourrait faire changer les choses, mais elle n'est pas libre, elle est sous la coupe du parti». Mais sous la pression de la CNCCFP, les choses bougent au sein d'EELV. Un rapport sur les bonnes pratiques budgétaires est actuellement en préparation et devrait être présenté lors du conseil fédéral du parti, les 28 et 29 janvier prochains.


Par Journaliste au Figaro.fr - Politique. Mon compte Twitter : @jimjarrasse

EELV : une motion, une agression et des questions

source: Le Figaro

 

 

Le Dany rouge de mai 1968

 

Les Verts rouges contre les Verts verts!

La tentation de l'extrême existe aussi chez les écologistes. Car il n'y a pas un mais plusieurs mouvements écologistes. C'est même une tradition pour les Verts de se constituer en chapelles. Et quand une partie d'Europe Écologie-Les Verts (EELV) se dit prête à s'allier avec le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon aux municipales dans quelques villes contre la liste PS, c'est là le reflet d'une radicalisation de certains éléments. Certes, ces alliances EELV-Front de gauche sont peu nombreuses, mais il n'empêche. La portée symbolique est bien réelle. Comment justifier qu'un parti membre de la majorité s'allie ici ou là avec un opposant du gouvernement tous les jours plus agressif? Les écologistes, comme les socialistes, ont beau en minimiser la portée politique, le mal est fait. Une étude très poussée menée en juin par Daniel Boy, professeur à Sciences Po, auprès des adhérents et des sympathisants d'EELV, met en lumière le «surmoi marxiste» des militants écologistes. Pas moins de 95 % des membres de EELV disent se situer clairement à gauche, dont 33 % à l'extrême gauche.


Par Albert Zennou - Le Figaro

 

cohn-bendit-eva-joly-jose-bove-ecologistes-493261-jpg_33665.JPG

De sacré copains

Sur les 296 partis politiques français tenus à des obligations comptables auprès de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), 225 ont vu leurs chiffres certifiés "sans réserve", dont tous les grands partis qui comptent jouer un rôle important aux élections présidentielle et législatives. Sauf un : Europe Ecologie-Les Verts.

Pour l'exercice 2010, la CNCCFP relève plusieurs anomalies et enjoint au parti écologiste de prendre "les mesures nécessaires", afin de lever les réserves faites sur sa comptabilité. Les commissaires aux comptes d'EELV, sur le rapport desquels se base l'avis de la CNCCFP, soulignent avoir constaté, "sur certaines structures, qu'une comptabilité de trésorerie avait été tenue, risquant d'omettre des charges à payer ou des règlements".


MANQUE DE RIGUEUR

"Certains paiements ont été effectués auprès de tiers, sans que les justificatifs aient pu être retrouvés", indiquent-ils encore. Les commissaires expliquent également que des "problèmes organisationnels du mouvement" n'ont pas permis aux contrôleurs d'effectuer "pleinement" leur mission.


Cette mauvaise coordination pourrait s'apparenter à de l'amateurisme si EELV n'était pas une force politique d'importance en France. Le parti, qui a choisi de porter Eva Joly, ancienne juge d'instruction, vers l'investiture suprême, se voit rappeler par les magistrats de la Commission que l'expression de réserves par les commissaires aux comptes est bel et bien une désapprobation d'un manque de rigueur dans la gestion des comptes.


A ces mauvais points, la Commission ajoute un avertissement concernant la facturation de services du parti à ses candidats. Le système consiste à faire payer des prestations "intellectuelles", donc peu quantifiables et contrôlables sur le plan comptable, et d'en demander le remboursement dans le cadre des comptes de campagne.


Ce type de prestation est inscrit sous l'intitulé "autres recettes" dans les comptes d'ensemble des partis politiques. Dans cette colonne, très ouverte, s'additionnent les produits des manifestations, des contributions des partis amis et la refacturation de prestations aux candidats. Entre 2009 et 2010, le Parti communiste a fait faire à cette ligne comptable un bond de 31,1 % pour atteindre la somme de 560 397 euros. Le Parti socialiste a, pour sa part, fait bien plus fort avec une hausse de 88,2 %, aboutissant à un chiffre de 1 million d'euros. Il se place néanmoins loin derrière Europe Ecologie-Les Verts, qui enregistre, entre deux années, un triple saut de 221 % pour parvenir à la somme de 2 820 167 euros.


 "PRESTATIONS INTELLECTUELLES"

Le 13e rapport d'activité de la Commission, rendu le 24 mai, soulignait déjà les écarts d'EELV lors des élections régionales de 2010. "Il serait paradoxal d'admettre que, étant susceptibles de bénéficier de l'aide publique, les partis politiques puissent par ailleurs se procurer des fonds payés par le contribuable sur des dépenses remboursées aux candidats", écrivait alors la CNCCFP. Dans son nouveau rapport, la Commission demande que seules les prestations matérielles des partis puissent être facturées aux candidats, la réalisation de "prestations intellectuelles" relevant de l'"activité naturelle d'un parti politique" et étant "par nature difficilement contrôlable".


A EELV, on plaide la crise de croissance. "Notre structure nationale a pris beaucoup de poids, ces temps derniers, avec l'organisation de notre congrès de fondation, les régionales de 2010 et les européennes l'année précédente. Nous n'avons pas suffisamment développé nos structures de contrôle, nous devons faire preuve de davantage de rigueur", plaide le sénateur de l'Essonne Jean-Vincent Placé, un des principaux dirigeants du mouvement. "Avec à peine 16 salariés - ce qui ne nous permet pas de travailler dans de bonnes conditions - et des finances plombées par nos mauvais résultats aux dernières législatives, on a du mal à fonctionner", assure Hélène Pelletier, ancienne inspectrice des impôts et membre de la commission des finances d'EELV.


 EXIGENCE DE TRANSPARENCE

La relative absence de transparence des comptes des Verts fait pourtant des remous en interne. En novembre, 17 membres du conseil fédéral ont signé une motion, portée par Felipe de la Roche, également membre de la commission permanente électorale. Intitulée "Transparence et conflits d'intérêt", cette motion réclame un audit du parti et de ses structures annexes. Elle demande que chaque élu signe une "déclaration d'intérêts" qui détaillerait les ressources de chacun et préciserait si d'autres membres de la famille vivent, d'une manière ou d'une autre, grâce à EELV.


Bien qu'elle répondît à toutes les exigences statutaires, cette motion n'a pas été soumise au conseil fédéral en novembre. L'exigence de transparence est pourtant une revendication de toujours des écologistes, réaffirmée quand leurs députés ont défendu, le 1er décembre, une proposition de loi sur la transparence de la vie politique et la prévention des conflits d'intérêts.

 

Par Anne-Sophie Mercier et Eric Nunès

 

EELV épinglé par la Commission des financements politiques

Source: Le Monde

 

Aussi:


Europe Ecologie - Les Verts

Publié dans Politique

Commenter cet article

Marie Therese Bompas 05/10/2013 14:24


Marie Therese Bompas Flamby !!!! sans les verts .... Il est grillé
....

Chantal Canta Lou 05/10/2013 14:24


Chantal Canta Lou oui Joêl
mais celui là il prête pas de sous, il en prend !!!

Gislhaine Peyron 05/10/2013 14:22


Gislhaine Peyron Donc les Verts sont plus ROUGE que ROSE ! Ils sentent que P S va
prendre une raclee aux elections !!

Marie-therese Laruelle 05/10/2013 14:21


Marie-therese Laruelle on dirait Cetelem. il est beau hein
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

JP Charmontel 05/10/2013 13:56


JP Charmontel écologie
politique ,pompes à fric ./