Cinq erreurs fatales pour le candidat

Publié le par Alain Genestine



Manque de mobilité et de souplesse, exigences trop importantes en matière de rémunération... autant de difficultés pour que le recrutement aboutisse.

1. Se focaliser sur une région, voire une ville
> Le remède :
admettre l'idée que la mobilité géographique est devenue une donnée de base pour la plupart des dirigeants d'entreprise.
Ne pas hésiter à parler de dispositions d'accompagnement d'une éventuelle mobilité.


2. Trop faire monter les enchères La tentation existe sur des marchés en pénurie, comme le BTP, où l'on peut se dire : « Ce sont les candidats qui font le marché.
> Le remède : Plutôt que de démarrer une collaboration sous le signe de la tension salariale, qui risque de bloquer de fait la rémunération pendant plusieurs années, mieux vaut faire un compromis, assorti d'un engagement sur des revalorisations ultérieures en fonction d'objectifs précis.


3. Avoir une vision faussée des rémunérations C'est particulièrement vrai pour les débutants : souvent les salaires à l'embauche qui circulent parmi les élèves des grandes écoles ou de formations universitaires bac + 5 sont 10 % au-dessus de la réalité du marché, car basés sur les pratiques des ancien.
> Le remède : croiser les informations en se renseignant sur les vraies rémunérations dans les entreprises de la région et du secteur d'activité. Et se reporter à notre dossier sur les vrais salaires dans les PME.

4. Se focaliser sur les diplômes (bis)Deux lois d'airain du marché de l'emploi : ce qui fait le salaire, c'est l'expérience ; et ce qui compte au moment d'un entretien de recrutement, c'est la motivation.
> Le remède : valoriser les périodes passées en entreprise, plutôt que la formation initiale.


5. Faire la fine bouche sur un CDD
> Le remède : raisonner en termes d'expérience. Mieux vaut ajouter une ligne à son CV, et étoffer son réseau, que de patienter au risque de, petit à petit, décrocher du marché de l'emploi.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article