Comment la Flat Tax peut légitimer l'étatisme?

Publié le par Alain Genestine



"La Flat Tax a été mis en place dans de nombreux pays européens de l'Est. Tout le monde connaît les avantages d'un tel système fiscal, il est maintenant utile d'en préciser les limites.

Tout le monde se souvient d'un certain économiste Laffer qui s'était rendu célèbre en dessinant une courbe en cloche dans un curieux contexte et qui fut l'un des conseillers économiques de Ronald Reagan. La théorie de Laffer était la suivante : avec des impôts élevés, vous finissez à terme par entraîner des délocalisations, des fuites de capitaux, et l'économie toute entière finit par décliner. Or, si vous réduisez fortement les impôts mais aussi finalement, tous les freins bureaucratiques qui paralysent l'initiative privée, vous permettrez aux sociétés de respirer, de se développer, et vous garantirez pour votre pays un essor économique sans précédent.


C'est ainsi que de nombreux pays de l'Est qui sont sortis du communisme ( mais nous pouvons aussi citer la Russie elle-même ) ont décidé de mettre en place un impôt unique payé au même taux pour tous et qui se nomme la Flat Tax. Cet impôt présente l'avantage de simplifier fortement le système fiscal, de le rendre plus transparent mais aussi plus attractif que ce que nous connaissons nous mêmes à l'heure actuelle. On ne voit pas très bien quelles en seraient ses inconvénients. Cependant, ils existent, surtout si l'on se place d'un point de vue libertarien. La mise en place d'un tel système booste effectivement l'économie mais enrichit les caisses de l'Etat et peut permettre à certains pays d'être deux fois plus riches en terme de trésorerie. Ainsi, nombreux sont les politiciens qui défendront pareil système, puisqu'il enrichira les caisses de l'Etat, le renforcera, celui-ci pouvant alors décider d'élargir ses attributions ou non, comme l'envie lui plaira, et pourra faire ce qu'il voudra de l'argent qu'il aura obtenu par cet impôt. Ainsi, on chercherait à régler certains dysfonctionnements sans réfléchir à la nature même du mal : l'Etat alors en place.

Par ailleurs, la question se pose aussi de savoir quel pourcentage les hommes politiques décideraient de le fixer : 8 %, 10 %, 40 % ? Car étant donné qu'il serait payé au même taux pour tous, on voit ainsi se profiler le caractère injuste que pourrait avoir cet impôt pour les plus démunis notamment. A la rigueur, une Fair Tax, qui reposerait sur la consommation des individus, paraîtrait plus juste étant donné qu'elle reposerait sur la consommation des ménages, et on n'achète pas la même chose quand on gagne le SMIC que lorsqu'on gagne 6000 euros par mois.

Au fond, si la Flat Tax a des atouts dans sa manche et peut sembler être le système fiscal le plus adapté, on constate qu'il en existe aussi des limites, d'un point de vue libéral s'entend, étant donné que pareil système légitimerait, au vu de l'usage qu'il en serait fait, le recours à l'Etat, l'utilisant pour créer de nouveaux services publics, et bien d'autres choses encore...

Publié dans Travail et Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article