Alternative-Libérale: Enfin du nouveau, un programme, tout du moins une orientation, à suivre? Un autre programme celui d'A. Véron

Publié le par Alain Genestine

Chers adhérents,

Comme je vous l’avais promis le jour de mon annonce de candidature à la présidence d’Alternative Libérale, voici le programme que je souhaite défendre pour les deux ans à venir :
 
L'image “http://www.alternative-liberale.fr/evenements/061008/061008_Sabine_Herold2.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
Sortir de la crise – rassembler

Notre parti est aujourd’hui au bord de l’implosion. De démission en exclusions, notre parti voit aujourd’hui s’opposer ses cadres fondateurs les plus impliqués. Querelles de personnes, divergences de vision, la cohabitation au sein du précédent Bureau n’était plus possible mais le conflit s’étend désormais à l’ensemble de notre parti.

Si je me présente aujourd’hui, c’est avant tout pour éviter à notre parti de connaître une fin prématurée par le départ de l’un ou l’autre des camps aujourd’hui en conflit. Beaucoup d’adhérents (moi la première) ont pu être choqués par les comportements finalement si peu libéraux, aussi bien des démissionnaires que du président. Les échanges houleux, les médisances, les mensonges de ces derniers jours ne peuvent convenir à un parti libéral. Notre philosophie politique est construite sur le respect de la personne et la confiance.

Membre fondateur d’Alternative Libérale, je représente Alternative Libérale auprès des médias et dans de nombreuses conférences publiques depuis près de deux ans. Je pense pouvoir ramener la concorde au sein de notre jeune parti. Je ne suis la candidate d’aucun camp, je ne suis pas la candidate de l’exclusion, je suis la candidate de la concorde et de l’unité.

Si je suis élue Présidente d’Alternative Libérale, je m’engage à faire en sorte que les démissionnaires comme le président sortant puissent, s’ils le souhaitent, continuer à travailler ensemble, pour le bien d’Alternative Libérale.

Ma candidature est avant tout une main tendue à tous pour leur rappeler qu’Alternative Libérale est la maison de tous les libéraux.


L’indépendance : l’essence même d’Alternative Libérale

Aurélien Véron, le président sortant, a clairement exprimé dans son dernier courrier aux adhérents, sur son blog et ailleurs, sa volonté de rapatrier notre parti dans le giron de l’UMP, d’expurger notre site pour le faire rentrer dans un moule plus sarko-compatible et de pousser vers la sortie ceux qui s’opposeraient à cette vision.

Cette volonté d’ancrer Alternative Libérale dans le camp conservateur me semble en totale contradiction avec nos textes fondateurs, avec l’essence même de notre jeune parti.

Cette volonté est également une véritable erreur politique. Est-il l’heure, quand Nicolas Sarkozy chute dans les sondages faute d’avoir su combler les attentes de rupture des Français, de chercher à s’en rapprocher ? D’autant plus que cette chute semble pousser encore davantage le Président de la République vers les sirènes de l’étatisme et de l’interventionnisme ? Les nombreuses adhésions de ces derniers mois montrent que notre message d’indépendance, de vigilance est entendu.

Je souhaite revenir à l’esprit de notre manifeste fondateur. En tête de notre site Internet vous pouvez trouver cette phrase qui résume si parfaitement ce que doit être notre parti : « ni socialistes, ni conservateurs, les libéraux expriment une troisième dimension de la vie politique. Il est temps qu'elle ait sa voix en France, sans caricature ni compromission. ».

Si je suis élue Présidente d’Alternative Libérale, je m’engage à ce qu’Alternative Libérale reste un parti indépendant, indépendant de tous les conservatismes, qu’ils soient de droite ou de gauche.



Mes proposition pour préparer l’Avenir

Alternative Libérale est un parti jeune où tout reste encore à écrire. Durant les deux années à venir, je souhaite particulièrement axer mon travail de Présidente autour des trois thèmes suivants (chacune de ces propositions fera l’objet d’un post détaillé dans les jours à venir):

1. Préparer les Européennes

Les élections Européennes seront l’événement fort des 2 années à venir. Il faut nous y préparer dès aujourd’hui si nous voulons être en mesure de voir des libéraux français pénétrer le Parlement Européen de Strasbourg en 2009. L’Europe est l’horizon préféré des libéraux, elle est celle grâce à qui les monopoles (téléphone, transport aérien, énergie) ont pris fin, celle grâce à qui les individus circulent librement sur un continent entier.

Alternative Libérale doit être prête pour cette grande échéance, qui doit devenir une de nos premières priorités.

Il faut d’abord rédiger notre programme, en travaillant avec nos partenaires de l’ELDR (parti des partis libéraux européens) et du FDP allemand. Comme indépendance ne doit pas signifier autisme, il nous faudra ensuite, sur la base de notre programme libéral, chercher les meilleurs partenaires pour présenter des listes communes.

Cet important travail de réflexion et de réseau doit être mis en place dès aujourd’hui, en capitalisant sur les contacts que nous avons dès à présent.

Si je suis élue, je m’engage à tout mettre en œuvre pour faire entendre utilement la voix d’Alternative Libérale lors des prochaines élections Européennes.

2. Développer nos comités locaux

Pour avoir longtemps vécu à Reims, ma ville natale, je sais que si l’action politique libérale est déjà difficile à Paris, elle l’est encore plus en province.

Nos comités locaux sont pourtant des piliers de notre action, des relais de nos positions, le visage de proximité de notre parti pour nos adhérents. Nos comités doivent être forts, indépendants et autonomes pour pouvoir mener à bien leur grande mission : recruter des adhérents, gagner les habitants de leur territoire aux propositions d’Alternative Libérale, porter notre message lors des élections.

Nous sommes libéraux, nous croyons aux vertus de la responsabilité, de l’autonomie, de la confiance. Nos comités locaux doivent gagner en force et grandir. Pour cela, ils ont besoin d’autonomie budgétaire et fonctionnelle mais également de soutien logistique et managérial pour bénéficier des meilleures pratiques et initiatives de l’ensemble des comités.

Si je suis élue, je m’engage à garantir l’autonomie fonctionnelle et budgétaire (dès que la situation financière de notre parti sera assainie – le promettre avant serait irréaliste) des comités locaux et à mettre en place au sein du Comité d’orientation un groupe conséquent spécialement dédié à leur suivi et à leur information.


3. Rendre efficace notre organisation

Notre parti a trop pâti d’un manque d’information interne. L’urgence (pourtant réelle) a trop souvent permis de justifier une opacité dans la prise de décision et le manque d’information des responsables et adhérents.

La transparence est une vertu libérale par excellence. Si je suis élue, je m’engage à pratiquer une information régulière et efficace du Conseil national et des Responsables locaux, ainsi que des adhérents.

Le bureau ne saurait être un organe omnipotent et autarcique. Je souhaite, contrairement à la pratique du dernier Président, mieux répartir les compétences entre le Bureau et le Comité d’Orientation, pour une plus grande efficacité dans l’action. Le Comité d’Orientation sera organisé par pôles, afin que les responsabilités soient clairement définies et les fonctions adaptées aux nécessités stratégiques. Plus étoffé et mieux organisé, il saura mieux, au quotidien, gérer Alternative Libérale sous l’impulsion du Bureau.




Mon projet pour Alternative Libérale est ambitieux, à la mesure de l’enjeu pour notre pays de disposer d’un parti libéral suffisamment puissant.

Alternative Libérale doit se développer et porter haut notre message de liberté.

Je compte sur vous tous pour m’aider à le mettre en oeuvre.



Voici ici un autre programme présenté par A.Véron, (arrivé le 12/02/08 vers 22h)

http://veron.alternative-liberale.fr/img/web/1087_060318_Bloomberg_Aurelien_Veron.jpg
Pour un libéralisme indépendant et ouvert

Chers amis libéraux,

  

Voici les grands axes de mon programme pour les deux ans à venir si vous me confirmez à la tête d’Alternative Libérale. Bien que nos tensions internes soient pénibles pour tous, vous avez compris qu’elles résultent d’une crise qui les a rendues inévitables. Notre formation est au seuil d’un choix crucial pour l’avenir. Ce que je propose aux membres, c’est de passer d’un « club de copains », fort sympathique jusque là mais aussi très amateur et fragile comme l’expérience nous l’a montré, à une organisation plus solide et plus rigoureuse.

 

Passer de l’amateurisme à l’efficacité, ne pas dépendre d’une poignée de personnes

 

Plutôt que d’aller vers une personnalisation renforcée de la direction d’Alternative Libérale, fort éloignée du partage des pouvoirs défendu par les libéraux, mon projet préconise une professionnalisation de certaines missions. Des missions aussi importantes que la communication, les relations presse ou encore l’outil Internet ne peuvent être confiées à des amateurs ou à des prestataires directement liés à certains membres du Bureau. Parallèlement, le Bureau doit accueillir davantage de compétences et d’expérience, afin de pouvoir mettre en œuvre plus efficacement les orientations stratégiques du parti. Les finances du parti devront aussi être gérées de façon plus professionnelle. Il n'est pas normal que le passif très important laissé par mon prédécesseur m'ait contraint, avec un autre membre du parti, à me porter personnellement caution auprès de la banque pour un montant de 30.000 euros pendant deux ans. Mon objectif sera de finir l’année avec des comptes positifs pour nous engager en 2009 avec une vraie marge financière.

 

Afficher un message cohérent plutôt que des coups médiatiques éphémères

 

Plutôt qu’une agence de communication dont la seule ambition consiste à monter des coups médiatiques sans stratégie d’ensemble, mon mandat aura pour priorité de construire un grand parti libéral dans la durée. Je crois d’abord que notre ligne de communication doit s’affranchir de cette confusion passée. Passer dans les médias à tout prix (quitte à défendre Bertrand Delanoë, comme l’a fait un membre de l’ex-Bureau), s’est trop souvent fait au détriment du travail de terrain de nos responsables et de nos comités locaux. Je souhaite davantage de cohérence dans notre message, pour promouvoir le libéralisme authentique « grand angle » qui est le nôtre d’une manière lisible.

 

Développer les fédérations et le travail de terrain

 

Ensuite, je compte multiplier et renforcer nos fédérations. Cet axe est essentiel pour asseoir notre implantation nationale et pour faire émerger des talents au niveau national. Dés que notre passif financier sera apuré, nos comités devront disposer d’un pourcentage des adhésions et des dons de leurs membres. Les « meilleurs pratiques » des comités les plus actifs seront diffusées aux comités encore fragiles afin de favoriser cette émulation de manière décentralisée. Des rencontres régulières entre présidents de comité et de fédération permettront ainsi le débat entre responsables locaux.

 

Etre un parti qui se présente aux élections, et non un parti des salons parisiens

 

Je conçois le combat politique autant dans le monde des idées que sur le terrain. C’est pourquoi je me suis engagé pour les municipales comme j’ai incité les autres membres du Bureau à le faire. C’est aussi pourquoi j’irai à Aix, le 20 février prochain, soutenir trois de nos candidats aux cantonales ainsi qu’aux municipales. Je compte fixer un calendrier pour que des membres du Bureau se déplacent à la rencontre des comités qui le souhaitent tout au long de l’année. Encore une fois, le parti ne doit pas rester un club de Parisiens, car il se construit avant tout dans les régions Elles doivent donc être notre priorité. A la fin de mon mandat, je me fixe l’objectif de 80 comités et de dix grandes fédérations actives pour Alternative Libérale. Dans ces conditions, je souhaite viser l’objectif de 1.800 membres pour notre formation, presque le triple du nombre actuel.

 

Une place pour nos élus

 

Rien n’a été prévu, dans nos statuts ou notre règlement intérieur, pour accueillir nos élus et leur donner un espace légitime d’expression. Etre élu signifie qu’on a su gagner une bataille difficile sur le terrain en entrainant une équipe avec soi. Il me semble important de réfléchir rapidement à la place que ces personnalités devraient prendre au sein de notre formation pour apporter leur expérience et prodiguer leurs conseils aux fédérations et aux instances nationales.

 

Etre un parti indépendant, mais ouvert au dialogue

 

Je l’ai dit et je le répète, notre formation doit rester indépendante et maintenir sa capacité de dialogue avec des élus d’autres formations qui partagent nos valeurs. Si de tels rapprochements sont aujourd’hui impensables avec les socialistes ou avec le Modem, nous ne savons pas de quoi l’avenir sera fait et il ne faut pas négliger les nombreux libéraux qui ont rejoint les partis de la droite. A ce jour, je compte continuer notre projet de partenariat avec François Goulard, ancien ministre qui a toujours manifesté sa vive opposition à Nicolas Sarkozy, avec qui nous préparons une première conférence conjointe à l’Assemblée Nationale en avril. Avec Edouard Fillias et Sabine Herold, nous avons rencontré Hervé Morin et Charles de Courson du Nouveau Centre, ainsi qu’Hervé Mariton de l’UMP que nous avons suivi ensemble assez régulièrement. Je continuerai à maintenir ces contacts sans exclure de nouvelles ouvertures afin qu’Alternative Libérale soit de mieux en mieux reconnue par la classe politique la plus proche de nos idées.

 

Etre prêt pour les élections européennes

 

La question des Européennes se posera dés le lendemain des municipales. Je crois prématuré d’avancer une stratégie précise. Notre programme définit assez clairement notre approche et il revient au Conseil National d’en modifier les termes. Nous savons que plusieurs camps, souverainistes ou européens, d’inspiration plus dirigiste ou plus libérale, se formeront. Nous devons nous fixer l’objectif de nous rapprocher des listes les plus proches de nos valeurs, dans l’objectif d’obtenir plusieurs places éligibles pour nos têtes d’affiche. Il reviendra au Conseil National et au Premier Conseiller de débattre et de valider une telle opération ponctuelle. Il me parait essentiel d’instaurer un dialogue constant entre le Conseil National et le Bureau, ce qui passera par la soumission régulière de propositions au Conseil National par le Bureau concernant la ligne programmatique et l’orientation de notre parti.

 

Sortir de la crise …

 

La crise que nous traversons a au moins le mérite de révéler les qualités et les défauts de chacun en période de grand stress, ainsi que notre capacité à surmonter ce type de conflit qui est le propre de la vie politique. Face aux enjeux déterminants qui nous attendent, nous aurons tous le devoir d’aider le Bureau qui sortira vainqueur de ce scrutin. Si l’équipe de Sabine l’emporte, je m’engage, ainsi que tous mes colistiers, à continuer à contribuer au développement d’Alternative Libérale. Par respect pour la démocratie interne, mais aussi parce la vie d’une association, encore une fois, exige de savoir travailler avec autrui dans un esprit constructif, même mis en minorité. Je respecterai donc le choix de nos membres, et j’espère le même engagement positif de Sabine Herold, dont la mission de porte-parole consiste avant tout à servir la ligne de notre parti plutôt qu’à servir une ambition et une vision personnelle des choses, et de son équipe.

 

Aurélien Véron

Publié dans Communiqué de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article