Et si comme l'insee, nous reparlions de la dette...

Publié le par Alain Genestine

La dette de la France a légèrement baissé à environ 65,9% du PIB à la fin du troisième trimestre, en diminution de 0,6 point par rapport au trimestre précédent, à 1.218,3 milliards d'euros, a annoncé vendredi l'Insee.
http://www.liberte-cherie.com/doc/federation/bibliotheque/France_en_faillite__La_verite_sur_l_explosion_de_la_dette_publique,_La__de_Remi_Godeau.jpg
Cliquez l'image afin de lire: engagement de la France sur la  dette

Ce niveau de dette reste toutefois nettement supérieur au plafond de 60% fixé par le pacte de stabilité européen.

Au troisième trimestre de l'année 2007, l'ensemble de la dette publique (Etat, organismes d'administration centrale, collectivités locales et Sécurité sociale) a augmenté de 1,9 milliard d'euros par rapport au trimestre précédent, mais moins vite que le PIB, d'où sa baisse en pourcentage.

A la fin du deuxième trimestre, la dette de la France était montée à environ 66,5% du PIB.

Dans le détail, la dette de l'Etat a diminué de 4,4 milliards d'euros au troisième trimestre, une baisse qui "peut être mise en regard avec la diminution simultanée de la trésorerie, qui avait atteint un niveau relativement élevé à la fin du trimestre précédent", souligne l'Insee.

La dette de la sécurité sociale a progressé de 4,3 milliards d'euros tandis que celle des collectivités locales a augmenté de 1,7 milliard et que celle des organismes divers d'administration centrale a augmenté de 0,3 milliard.

"La seule observation de l'évolution de la dette en cours d'année ne permet pas de présager de celle du déficit public", souligne l'Insee, précisant que "la dette trimestrielle demeure révisable pendant plusieurs trimestres".

Très récemment, Eric Woerth, le ministre du Budget, a estimé que la France devrait pouvoir commencer à réduire "à partir de 2008" son niveau d'endettement, si elle réussit à maîtriser ses dépenses publiques et à renouer avec la croissance.

Le "programme de stabilité" adressé début décembre par la France à la Commission européenne vise une dette publique à 64,0% du PIB en 2008 et à 63,2% en 2009, qui ne serait ramenée sous la barre des 60% qu'à partir de 2012.

Dans ce programme, les prévisions de déficit public sont restées inchangées à 2,3% du PIB en 2008 et 1,7% en 2009.

Plus pessimiste, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a estimé que la dette publique de la France devrait encore s'alourdir pour atteindre 67% du PIB d'ici à fin 2009.

Publié dans Travail et Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article