L’incroyable Scandale des Déchets Ménagers

Publié le par Alain Genestine

L’Agence pour la maîtrise de l’énergie lance une autre campagne de sensibilisation destinée à réduire la production de déchets, depuis novembre. En effet, les ordures ménagères ont doublé en 40 ans, et chaque Français en produit à peu près 1 Kg par jour !


Par Philippe Gras auteur français de 43 ans qui s’attache à rechercher une forme nouvelle d’investigation journalistique avec l’écriture poétique. Vous avez déjà pu voir certains de ses travaux dans Marianne, France-Soir ou Libération dans le cadre de son projet 1 poème par jour sur un sujet d’actualité.

 

La production de déchets ménagers continue de croître de 1 à 2% par an, tandis que leur traitement pose de plus en plus de problèmes en ce qui concerne l’environnement et l’hygiène. Les possibilités d’enfouissement ne sont pas extensibles à l’infini, et l’incinération répand de la dioxine dans l’atmosphère. De leur côté, les industriels font de plus en plus d’efforts marketing pour valoriser leurs produits, en réalisant par exemple de splendides emballages qu’on s’empresse de jeter à la poubelle avant de les avoir consommé… pendant que les enseignes bourrent nos boîtes aux lettres afin de nous avertir de leurs promotions !

Nous payons une première fois ces travaux d’approche, en faisant nos courses, et une deuxième fois en nous acquittant de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, qui a plus que doublé en 10 ans. C’est sans doute pour cela que Veolia, l’un des principaux acteurs du ramassage d’ordures, a financé la campagne !

On vous a fait payer la taille et la gabelle
Jusqu’à plus soif ! Hélas, plus de vin en pichet
Depuis qu’on a trouvé le potage en sachet,
Et les paquets s’en vont au fond de la poubelle.

Vous achetez tous ces produits en ribambelle,
Puis chacun d’eux produit dès l’emploi un déchet
Dont on s’acquitte avec l’impôt, par ricochet,
Mais la planète, ainsi, est de moins en moins belle.

 

Qu’a-t-on fait en trente ans de ces petits jardins
Où des poireaux ont crû pour les foyers radins ?
C’est là qu’on a construit depuis la supérette…

 

Pour les paniers percés, le parcours est fléché :
Tout passe au camion-benne, en plus, rien ne l’arrête
Quand vous vous soumettez à la loi du marché !


Détritus, cliquez moi !

 

Publié dans Ecologie-Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article