La Belgique qu'en sera t-il? Ne serait-elle pas une Europe de départ, la nouvelle confédération européenne ?

Publié le par Alain Genestine

         
  Drapeau du royaume de Belgique

BELGIQUE . BELGIË

 

 

 

 

 

Flandres

 

Wallonie

 

Drapeaux historiques



Après tout le Bénélux fut un exemple ! 

Un dossier de chez LIbération, cliquez le lien
 
http://fe.img.v4.skyrock.com/fe8/c-du-belge/pics/323111421_small.jpg

 

Après six mois de crise politique qui privait la Belgique de gouvernement, le premier ministre sortant, Guy Verhofstadt, est parvenu à convaincre les partis politiques de s'entendre sur la formation d'un gouvernement intérimaire qu'il dirigera jusqu'au 23 mars 2008. À cette date, il passera le relais au démocrate-chrétien flamand Yves Leterme, grand vainqueur des élections du 10 juin dernier.

http://cmp.roularta.be/cmdata/Images/site4/xavier2/people/v/verhofstadt7_cm300.jpg
Cliquez l'image pour voir les commentaires de N. Sarkozy

 

Cet accord est le fruit de longues négociations. Il faut dire que la Belgique était sans gouvernement depuis les élections du 10 juin 2007. Longtemps symbole de coexistence pacifique entre les communautés linguistiques, pays au coeur de l'essor de l'Union européenne et siège de grandes institutions internationales, la Belgique vit une crise majeure de son histoire.

 

Le malaise existentiel belge, alimenté depuis des années par les velléités autonomistes des Flamands qui se heurtent en gros à la résistance des Wallons, a éclaté au grand jour lors des élections législatives du printemps 2007 et, loin de se dissiper, s'est intensifié dans les mois qui ont suivi.

L'incapacité des démocrates chrétiens flamands, vainqueurs des élections, à s'entendre avec un parti wallon pour former un gouvernement de coalition est venue semer le doute sur la viabilité même du pays.

La mésentente est de taille, puisque les libéraux francophones, l'allié pressenti, s'opposent à la réforme des institutions fédérales souhaitée par le parti de Yves Leterme, qui vise à diluer le pouvoir central au profit des régions.

Le projet touche notamment les missions sociales de l'État, dont la sécurité sociale, la Flandre florissante ne voulant plus payer pour compenser la mauvaise performance économique de la Wallonie, où le chômage est endémique.

http://jlhuss.blog.lemonde.fr/files/2007/09/belgique-ph-gras.1190151769.jpg

 

Les francophones craignent de leur côté que le fait d'accentuer le processus de décentralisation amorcé dans les années 90 n'ouvre la voie au sécessionnisme flamand.

Sondage effectué pour le quotidien belge la Libre Belgique et la chaîne télévisée RTL-TVI du 3 au 10 décembre auprès de 750 Flamands, 750 Wallons et 500 Bruxellois: La majorité des habitants des trois régions de Belgique (Flandre, Wallonie et Bruxelles-Capitale) sont opposés au démembrement du pays. 72% des Flamands, 88% des Wallons et 87% des Bruxellois souhaitent que l'État belge demeure au cours des 20 prochaines années.

Novembre 2007: Lassés, mais surtout inquiets, de la crise politique qui s'étire depuis les législatives du 10 juin dernier, quelques dizaines de milliers de Belges ont manifesté à Bruxelles pour l'unité du pays.

C'est donc un pays menacé dans ses fondements même qui contemple actuellement son fragile avenir, car le conflit dépasse nettement le cadre politique. De plus, d'autres États européens voient les difficultés de la Belgique d'un oeil inquiet, craignant que cette instabilité n'ait un effet domino.

Un canular révélateur
Il est 20 h 21 le 14 décembre 2006. François de Brigode, le présentateur du journal télévisé de la chaîne d'État francophone, lance une « émission spéciale ». Il annonce que le cauchemar appréhendé par les Wallons d'expression française s'est réalisé comme le rêve de la communauté flamande: la Flandre a déclaré son indépendance. Le roi a pris la fuite et se serait réfugié dans l'ancienne colonie congolaise (République démocratique du Congo).


Regard sur un pays complexe
Saviez-vous que?

Seulement 1 % des mariages se font entre Flamands et Wallons. (source: Libération, 27 novembre 2007)

La Belgique, en bref

-1831 : Indépendance politique et territoriale de la Belgique. À cette époque, le français est adopté comme seule langue officielle. Des lois linguistiques modifieront cet état de choses (1963).

- Léopold 1er est le premier roi des Belges.

- Ancienne puissance coloniale

- Membre fondateur de la Communauté économique européenne et de l'OTAN

- Capitale : Bruxelles

- Population : 10,5 millions

- Trois langues officielles : le néerlandais, le français, l'allemand

-Système politique : La Belgique est une monarchie constitutionnelle et une fédération constituée de trois régions, soit la Région flamande, la Région wallonne et la Région de Bruxelles-Capitale.

Quelques Belges célèbres:

Hergé, Amélie Nothomb, Eddy Mercks, Franquin, George Simenon, Bosch, Jacques Brel, Les frères Dardenne.

Photo: AFP/Belga
Georges Prosper Remi, dit Hergé, le 25 November 1972

Contexte

La Belgique est un État situé en Europe de l'Ouest. Il est membre de l'Union européenne et de l'OTAN. Le pays est divisé en 10 provinces : Anvers, Brabant flamand, Flandre occidentale, Flandre orientale, Limbourg, Brabant wallon, Hainaut, Liège, Luxembourg et Namur.

C'est surtout un pays divisé le long d'une fracture linguistique autant que culturelle. Le nord du pays, Région flamande, parle le néerlandais. Cela représente environ 59 % de la population. La Région wallonne est au sud, et on y parle français. Cela représente environ 40 % de la population.

Moins de 1 % de la population parle l'allemand et surtout dans l'est du pays. Le français gagne du terrain aux dépens des dialectes, qu'ils soient germaniques ou romans. Des tensions de longue date divisent le pays et les communautés elles-mêmes. Pour décrire schématiquement cette division, on peut dire que deux forces s'opposent: la flamande, associée à la langue néerlandaise, et la wallonne, associée au français. Les premiers tendant vers l'autonomie culturelle pour leur communauté, incluant les Flamands de Bruxelles, les seconds souhaitant une autonomie plus régionale. Cependant, il faut ajouter qu'une partie des francophones, surtout ceux localisés dans la région flamande, près de Bruxelles, réclament eux aussi des droits accrus au niveau local.

Pour simplifier, les Flamands mais aussi les régionalistes parmi les Wallons réclament plus de décentralisation des pouvoirs. Il faut dire qu'historiquement, la Flandre a connu un essor économique, surtout dans les années 60 et 70, alors que la Wallonie a plutôt vécu le déclin.

À parts les trois langues officielles, une multitude de langues régionales se retrouvent en Belgique. À noter une progression du français dans les territoires flamands, mais aussi en zone allemande.

Des parlements multiples

Tensions et tractations ont abouti à une division de la Belgique en trois Communautés et en trois Régions. Autant au niveau politique qu'au niveau administratif, cette complexité se reflète, puisque la Belgique comprend ainsi deux types d'États fédérés dans l'État fédéral, soit les Régions et les Communautés:

Manifestation pour l'unité de la Belgique à Bruxelles

Photo: AFP/Dominique Faget
Manifestation pour l'unité de la Belgique à Bruxelles

Les six parlements de la Belgique
.Parlement fédéral (Chambre des représentants et Sénat)
.Parlement flamand
.Parlement wallon
.Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale
.Parlement de la Communauté française de Belgique
.Parlement de la Communauté germanophone

Les Communautés peuvent adopter des décrets, qui sont des lois, mais qui demeurent assujetties aux lois fédérales.

Commission de l'Intérieur de la Chambre des représentants

Photo: AFP/Eric Vidal

Bon à savoir
En Belgique, il n'existe pas de parti politique national, les partis représentant plutôt des groupes linguistiques ou des Communautés, d'où la difficulté de former un gouvernement stable et la nécessité de former des coalitions.

Les partis politiques qui représentent la Communauté flamande réclament à terme un redécoupage électoral. Les plus indépendantistes veulent faire de Bruxelles la capitale de leur pays, bien que les francophones soient nettement majoritaire dans cette ville.

Une séparation, avec la création d'un État flamand, donnerait naissance à un pays de six millions de personnes, à forte densité, et d'une grande force économique comparativement à la Wallonie plus pauvre, qui devrait alors faire un choix: se transformer en un autre État, moins puissant ou se rattacher à la France, ou même devenir une sorte de district au sein de l'Europe.

 

 

 

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article