Question d'évolution: L'homme "subit" des modifications génétiques de plus en plus rapide !

Publié le par Alain Genestine


L'humain change rapidement
Des changements génétiques se produisent à un rythme beaucoup plus important depuis 10 000 ans et se font différemment d'une région à l'autre de la planète.
http://msnbcmedia1.msn.com/j/msnbc/Components/Photo_StoryLevel/071210/071210_evolution_hmed2p.hmedium.jpg
Cliquez l'image pour voir la source (en anglais)

Les humains changent rapidement. Des chercheurs américains soutiennent que leur évolution s'accélère depuis quelques milliers d'années, et qu'elle n'est pas constante et linéaire comme ils le pensaient jusqu'à aujourd'hui.

 

Les constats des généticiens de l'Université d'Utah sont clairs: au cours des 10 000 dernières années, les changements génétiques se sont produits à un rythme 100 fois plus rapide que dans toute autre période.

 
Nous ne sommes pas comme les humains d'il y a 1000 ou 2000 ans. L'ensemble de nos caractéristiques est actuellement l'objet d'intenses modifications génétiques. — Henry Harpending
 
http://deseretnews.com/photos/2507637.jpg
Une autre étude du mois 8/07

Pour illustrer ces propos, le chercheur Harpending donne l'exemple des pacifiques Suédois d'aujourd'hui qui sont fort différents de leurs conquérants ancêtres vikings.

 

De plus, les gènes évolueraient de plus en plus différemment d'un continent à l'autre.

 
Nous sommes de moins en moins similaires. Loin de fusionner dans une humanité unique, au contraire, les êtres humains se diversifient. — Henry Harpending
 

Les scientifiques expliquent cette réalité par le fait qu'il n'y a pas eu de grande migration intercontinentale depuis que l'homme moderne a quitté l'Afrique pour coloniser la planète.

 

En outre, la forte augmentation de la population humaine (de millions à milliards en seulement 10 000 ans) accélère aussi le processus: l'humain doit s'adapter à de nouveaux environnements. Ainsi, plus nombreuse sera la population, plus nombreuses seront les mutations génétiques.

L'étude est basée sur l'analyse de l'ADN de 270 individus. Les chercheurs se sont penchés sur les changements génétiques impliqués dans la sélection naturelle depuis 80 000 ans.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article