Asterix et Détritus dans la zizanie, vous vous rappelez?

Publié le par Alain Genestine

Kadhafi sème la zizanie

La visite officielle du leader libyen Mouammar Khadafi en France suscite une vive polémique. Elle est critiquée tant par des groupes de défense des droits de l'homme et des membres de l'opposition que par des membres de la majorité présidentielle.

 

Un peu moins de cinq mois après que Tripoli eut accepté, après intervention française, de libérer 5 infirmières bulgares et un médecin palestinien accusés d'avoir inoculé le virus du sida à quelque 400 enfants, le Guide de la révolution libyenne est reçu en France du 10 au 15 décembre. Son arrivée coïncide avec la Journée mondiale des droits de l'homme.

 

Cette visite, la première de Mouammar Khadafi depuis 1973, doit permettre de signer des contrats de près de 4,5 milliards de dollars, selon des déclarations faites par le fils du leader libyen, Seïf el-Islam Kadhafi. Ce dernier a notamment évoqué des contrats avec Airbus et l'achat d'un réacteur nucléaire et d'équipements militaires.

http://voitureapedales.m6blog.fr/images/medium_djeuns_sarko.jpg
 

La secrétaire d'État aux droits de l'homme, Rama Yade, s'en est vertement prise à cette décision de la présidence française. « Il serait indécent que cette visite se résume à la signature de contrats. », a-t-elle lancé sur les ondes de RTL. « Que Kadhafi vienne à Paris, d'accord, mais qu'on lui tienne un discours rigoureux sur la question des droits de l'homme. C'est absolument indispensable parce que la France n'est pas seulement une balance commerciale. »

 

Mme Yade, qui n'a pas été invitée à rencontrer M. Kadhafi, n'en était pas à son premier coup de gueule dans ce dossier. « Le colonel Kadhafi doit comprendre que notre pays n'est pas un paillasson sur lequel un dirigeant, terroriste ou non, peut venir s'essuyer les pieds du sang de ses forfaits. La France ne doit pas recevoir ce baiser de la mort », avait-elle déclaré auparavant au quotidien Le Parisien.

http://www.rmc.fr/images/article/2007-12-09T211738Z_01_NOOTR_RTRIDSP_2_OFRTP-FRANCE-LIBYE-KADHAFI-YADE-20071209.jpg
 

Ces commentaires ont valu à Mme Yade d'être convoquée à l'Élysée, lundi matin, où elle s'est entretenue avec le président Nicolas Sarkozy pendant un peu mois d'une demi-heure. La secrétaire d'État aux droits de l'homme, qui avait également été laissée en plan lors de la récente visite du président Sarkozy à Paris, a quitté les lieux sans faire de commentaire.

 

Elle n'en avait pas moins reçu au préalable le soutien du ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner. « Je suis résigné à le recevoir. C'était une nécessité [...] parce que, militant des droits de l'homme, mais ministre pour l'heure, c'est une contradiction que je rencontre tous les jours avec bien des pays », a-t-il déclaré sur les ondes de France Inter.

http://jlhuss.blog.lemonde.fr/files/2007/08/libye.1186169773.jpg
 

Au sujet de Rama Yade, M. Kouchner a ajouté: « Non seulement je la soutiens, mais c'est ma secrétaire d'État et, de temps en temps, un ministre des Affaires étrangères envie une secrétaire d'État qui peut parler ainsi des droits de l'homme. C'est son travail. »

 

Toute la classe politique française y est allée de son commentaire au sujet de la visite de Kadhafi. Tous les ténors du Parti socialiste ainsi que l'ancien candidat à la présidentielle François Bayrou ont dénoncé à l'unisson sa visite en France.

Les droits de l'homme, vaste question ...

 

 

Le premier ministre François Fillon s'en est pour sa part pris aux « donneurs de leçon ». « La France, dit-il, reçoit le colonel Kadhafi parce que le colonel Kadhafi a libéré les infirmières bulgares et parce que le colonel Kadhafi s'est engagé dans un processus de réintégration dans la communauté internationale », a-t-il déclaré depuis Buenos Aires.

http://blogsimages.skynet.be/images/000/280/543_chap308.gif
 

L'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin, membre de l'UMP dont est issu le président Sarkozy, a pour sa part déclaré qu'il fallait recevoir Mouammar Kadhafi à Paris, malgré les désaccords qui persistent entre la France et la Libye. « Les infirmières bulgares méritaient bien une visite », a-t-il fait valoir.

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article