Situation très alarmante au Tibet, question climat!

Publié le par Alain Genestine

Un rapport officiel chinois pointe les conséquences dramatiques du réchauffement climatique sur les glaciers tibétains. Une situation dont les populations de la région sont les premières victimes.

 

http://www.presscluboftibet.org/UserFiles/potala_palace.jpg


Le réchauffement climatique a causé des désastres comme jamais auparavant dans l'Himalaya tibétain, une région où la température augmente de 0,3° tous les dix ans, soit environ dix fois la vitesse de la moyenne nationale, qui est de 0,4° par siècle.

C'est en substance ce qu'a révélé un rapport du Bureau météorologique régional, repris mercredi 21 novembre par l'agence de presse officielle chinoise Chine Nouvelle.

Le plateau tibétain est très sensible au réchauffement climatique en raison de son altitude et de sa couverture neigeuse et glacière.

Fonte des glaciers et catastrophes en chaîne


«  Les catastrophes naturelles, comme la sécheresse, les glissements de terrain, les inondations et les tempêtes de neige sont de plus en plus fréquentes et de plus en plus graves », a expliqué Song Shanyun, le directeur du bureau d'études, interrogé par Chine Nouvelle.

Ce rapport est le dernier en date publié en Chine portant sur les conséquences dramatiques du réchauffement climatique dans cette région surnommée le « toit du monde » et considérée comme un baromètre du climat mondial.

Des statistiques officielles antérieures avaient déjà montré que les glaciers de la région avaient fondu en moyenne de 131,4 kilomètres carrés par an au cours des trois dernières décennies.

Le message des chercheurs chinois est sans appel : même si le réchauffement climatique ne s'aggrave pas, les glaciers vont diminuer d'environ un tiers de leur capacité actuelle d'ici 2050 et jusqu'à la moitié d'ici 2090.



Face à ce constat déjà très alarmant, l'antenne chinoise de Greenpeace se montre encore plus sombre. « Si aucune action n'est entreprise, 80 % des glaciers de l'Himalaya auront disparu d'ici 30 ans. On peut même envisager leur disparition totale d'ici là », affirme Li Yan, engagée sur les questions climatiques et énergétiques au sein de l'ONG.

Les populations locales, premières touchées


Ces désastres menacent l'éco-système naturel dans cette région et font aussi plus de victimes, comme le montrent ces deux exemples, cités par Song Shanyun : un glissement de terrain dans la  préfecture de Nyingchi dans le sud-est du Tibet qui a emporté 300  millions de mètres cubes de débris en bloquant une rivière et 4 000  personnes et une inondation dans la ville de Xigaze dans le sud  du Tibet, qui a affecté plus de 60 000 personnes et détruit des  milliers d'hectares de culture.

Des catastrophes qui devraient se reproduire à l'avenir. « Comme le plateau tibétain est la source principale des fleuves asiatiques, comme le Fleuve Jaune, le Yangtze, le Mekong, le Gange et l'Indus, à long terme, des centaines d'Asiatiques seront confrontés à un manque de ressources en eau potable si les glaciers continuent de fondre à cette vitesse. A court terme, la fonte des glaciers accroît aussi le risque de débordement des lacs, provoquant des inondations menaçant directement les populations », poursuit la représentante de Greenpeace.

http://www.tirawa.com/photos/1/tnBT-124.jpg


La Chine semble prendre peu à peu la mesure du danger. En juin dernier les autorités chinoises ont lancé un plan national sur le réchauffement climatique dans lequel des réductions des gaz à effet de serre ont été promises, suivi en septembre de la mise sur pied d'un réseau national de surveillance du climat.

Parmi les 16 zones d'observation prioritaire définies, le plateau du Qinghai-Tibet. En revanche, aucun objectif chiffré contraignant n'a été fixé jusqu'à présent.

Publié dans Ecologie-Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article