Sabine Hérold, pour Alternative Libérale s'est fait intelligemment remarquer par la presse (Reuters); Remercions Liberté-Chérie.

Publié le par Alain Genestine

Des milliers de manifestants à Paris contre les grèves
MANIFESTATION CONTRE LES GRÈVES À PARIS ...

Les manifestants, entre 5 et 10.000 selon les organisateurs, 6.500 selon la préfecture de police, sont partis de la place de la République peu après 15h en direction de la place de la Nation.

Beaucoup arboraient des autocollants rouge et blanc "Stop la grève" fournis par l'association libérale Liberté chérie, organisatrice de la manifestation.

En 2003, l'association avait mobilisé 18.000 personnes en soutien à la réforme des retraites de François Fillon, à l'époque minstre des Affaires sociales.

"Nous avons deux messages", a déclaré Sabine Herold, porte-parole d'Alternative libérale, émanation de Liberté chérie et seul parti officiellement représenté dans la manifestation.

http://www.powerlineblog.com/archives/Sabine.jpg   L'image “http://www.tomgpalmer.com/images/Sabine.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

"Il y a un premier message, je dirai 'stop au blocage'. Il faut arrêter dans ce pays dès qu'il y a quelque chose qui ne va pas de bloquer l'ensemble du pays pour défendre ses propres intérêts un peu égoïstes", a-t-elle dit.

"Le deuxième, c'est donner une sorte de petit coup de pied aux fesses du gouvernement. Il faut faire de vraies réformes, jeter de l'argent sur les problèmes ne les résout pas et il faut aller beaucoup plus loin", a-t-elle ajouté.

Sabine Herold, porte-parole du parti "Alternative libérale", un des mouvements représentés, a expliqué à l'Associated Press que l'objectif de la manifestation était de "dire stop au blocage", mais aussi d'affirmer que les réformes engagées étaient "importantes", mais "insuffisantes". "On veut en France aller plus loin, pour que de vrais réformes soient faites: retraites, sécurité sociales, code du travail", a-t-elle assuré. "C'est ce système tout entier qu'il faut rénover".

Elle a aussi expliqué que si les grèves continuaient, ils y répondraient pas de nouvelles manifestations. "Nous serions très contents de ne pas avoir à faire de manifestations, mais tout est dans le camp des syndicats", a-t-elle souligné.

 

Elle a précisé qu'une nouvelle manifestation serait organisée le week-end prochain si les grèves se poursuivaient.

http://limelight-860.static.dailymotion.com/dyn/preview/160x120/122860.jpg
Sur les pancartes brandies par les manifestants, on pouvait lire: "A bas les privilèges", "Laissez-nous étudier" ou encore, détournement d'un slogan de Mai 68, "Il est interdit d'interdire d'étudier".

Plusieurs associations étaient représentées, notamment Sauvegarde des retraites et Etudiants contre les blocages, qui a défilé en tête du cortège.

Toutes ont tenu à se défendre de toute affiliation politique. Aucun dirigeant politique de premier plan n'était apparemment présent.

"Aujourd'hui, c'est l'apogée d'un grand ras-le-bol. Un ras-le-bol face à la grève des transports, un ras-le-bol face au blocage des universités", a déclaré Audrey Canestrier, responsable nationale de l'UNI, un syndicat étudiant de droite dont les membres ont défilé sans les drapeaux ou insignes de leur organisation.

"Aujourd'hui, on nous empêche de travailler, de circuler parce que certains ont décidé de défendre leurs petits intérêts catégoriels", a-t-elle ajouté.

IMG-5179.JPG
Cliquez l'image pour article et images de Ludovic Lassauce sur blog


Pour le Nl-Obs:

"Chantage inacceptable"

L'association Liberté chérie, le parti proche Alternative libérale, ainsi que Contribuables associés, étaient à l'origine de cette manifestation, destinée à pour protester contre le "chantage inacceptable" des défenseurs des régimes spéciaux de retraite.
"Nous devons montrer aux syndicats qu’une majorité silencieuse ne souhaite pas se résigner à subir sans réagir", expliquait le communiqué du collectif "Stop la grève".

Défendre un "libéralisme authentique"
Dsc00728

Liberté chérie et Alternative libérale sont les héritiers des mouvements qui en juin 2003 avaient réussi à mobiliser des milliers de personnes à Paris -18.000 selon la police-, en soutien à la réforme des retraites menée par le gouvernement Raffarin et contre les grèves.
Alternative libérale a été fondé par des "jeunes actifs" pour défendre un "libéralisme authentique", est présidé par Aurélien Véron, ancien animateur des Cercles libéraux d'Alain Madelin dans le centre de Paris.
L'image “http://ultraliberal.blogspirit.com/album/alternative_liberale/thumb_averon.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

 

 



COMMUNIQUE DE PRESSE - 18 NOVEMBRE 2007


Grèves : les citoyens se mobilisent
pour de vraies réformes
La manifestation contre les blocages de cet après-midi, organisée par le
mouvement associatif libéral et soutenue par Alternative Libérale, a été un
franc succès. Ce n'est que le début de notre mobilisation, qui se poursuivra et
s'amplifiera aussi longtemps que durera le conflit. La prochaine fois, c'est
dans toutes les villes et villages de France que nous défilerons contre les
blocages et pour les vraies réformes.
De République à Nation ce sont quelque 20.000 citoyens qui se sont rassemblés
et ont défilé cet après-midi pour appeler le gouvernement à engager de
véritables réformes et pour dire aux « bloqueurs », c'est-à-dire à la base
incontrôlée de certains syndicats, d'arrêter de ruiner notre économie.

Le dialogue social ne saurait être la politique de la terre brûlée : les
citoyens ne peuvent être tenus en otages par les monopoles du service public.
Le droit de grève, quand on est un monopole de transport, doit avoir ses
contreparties responsables - cette fameuse arlésienne du « service minimum ». A
moins que, comme nous le proposons, le monopole de la SNCF et de la RATP ne
soit définitivement aboli : les « usagers » redevenus clients pourraient alors
toujours aller voir la concurrence.

Nous refusons d'être la courroie de transmission du gouvernement : cette
manifestation et son succès ne sont pas un succès pour le Président, mais pour
tous les citoyens inquiets du timide avancement du calendrier gouvernemental.
Le gouvernement ne doit non seulement pas céder sur les régimes spéciaux, mais
il serait surtout temps qu'il s'engage sur la voie de véritables réformes.

Les régimes spéciaux ne sont qu'une goutte d'eau dans l'océan des réformes
nécessaires : réforme du syndicalisme, refonte du code du travail, réforme des
régimes de retraites, associant un passage à la retraite à la carte pour tous
et l'introduction d'une dose de capitalisation, abolition négociée du statut de
la fonction publique, diminution rapide des dépenses de l'Etat, etc.

Sur les deux fronts essentiels que sont l'emploi et le pouvoir d'achat, le
gouvernement n'a pour l'instant engrangé aucun résultat : et rien ne se profile
à l'horizon.

Notre mobilisation atteint aujourd'hui deux objectifs : envoyer un signal au
gouvernement pour qu'il engage enfin de vraies réformes, et contrer dans la rue
l'incurie démocratique dont font preuve les bloqueurs.

Ce rassemblement n'est que le début de notre mobilisation, qui se poursuivra et
s'amplifiera aussi longtemps que dureront ces grèves illégitimes. La prochaine
fois, c'est dans toutes les villes et villages de France que nous entendons

défiler contre les blocages, pour les vraies réformes.








L'image “http://c.person20.googlepages.com/image001.jpg/image001-full.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

 

Publié dans Social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article