L’Arche de Zoë : l’humanitaro-gauchisme en crise

Publié le par Alain Genestine

Laurent Artur du Plessis

L'image “http://www.acam-france.org/bibliographie/auteurs/arturduplessis-laurent.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
cliquez l'image pour la biographie

L’Arche de Zoë a montré l’humanitaire sous son aspect le plus caricatural. Ses animateurs gauchistes prétendaient sauver de la mort, en essayant de les faire sortir du Tchad, 103 enfants de 1 à 10 ans qu’ils présentaient comme des orphelins du Darfour, bien que 91 eussent au moins un parent et que leurs vies ne fussent pas menacées. Ils les destinaient à des familles d’accueil françaises ayant payé.

Pour faire croire à une évacuation sanitaire, ils les harnachèrent de bandages tachés de mercurochrome. Non francophones, ces enfants sont pour la plupart issus du Tchad où on parle 169 langues, les autres du Soudan, qui en pratique 200. L’Arche de Zoë - alias Children Rescue - allait brutalement déraciner ces petits Africains, sans dire à leurs proches qu’elle comptait les emmener en France.

Le président de l’association, Éric Breteau, et ses comparses croyaient le monde assez indifférent au Darfour. C’était ignorer la présence là-bas de 13 000 « travailleurs humanitaires » (dont 1 500 expatriés), de six agences de l’ONU, d’une centaine d’ONG, de la Croix Rouge Internationale, et d’une force de l’Organisation de l’unité africaine (OUA). L’Arche de Zoë agissant sous l’empire de l’émotivité, a perturbé les projets français dans la région.
En 1986, Paris a déployé au Tchad le dispositif « Épervier » - 1 200 soldats, plusieurs hélicoptères, 6 Mirage F1 – qui a permis au président tchadien Idriss Déby de déjouer deux coups d’État, le dernier, au printemps 2006, ayant été armé par le Soudan. La France prépare une force franco-européenne au Tchad, l’Eufor – 3 000 hommes, dont 1 500 Français – pour mieux y protéger les 200 000 réfugiés soudanais et 170 000 déplacés tchadiens contre les incursions des janjawis (milices islamiques soudanaises).
Elle fomente l’envoi au Darfour, en 2008, d’une « Force hybride » ONU/OUA de 26 000 hommes. Le Soudan est stratégique, car riche en pétrole. La présence chinoise y est forte. Bien que Déby doive à la France son arrivée au pouvoir en 1990, il utilise l’Arche de Zoë pour affaiblir le projet Eufor. Il n’apprécierait pas une présence militaire étrangère renforcée sur son sol, qui entraverait la corruption. Le 4 novembre, Nicolas Sarkozy dut aller à N’Djamena discuter « de chef à chef » avec lui, ramenant les trois journalistes français et quatre hôtesses de l’air espagnoles inculpés. Le 9 novembre, trois autres Espagnols et un Belge ont été libérés. Les six Français de l’Arche de Zoë le seront sans doute aussi, non sans contreparties politiques. Très médiatisée en Afrique, cette affaire y a intensifié le ressentiment anti-Blanc. Une fois de plus, l’humanitaire a oblitéré le Politique.

N’importe qui peut, sans compétence particulière, monter une association humanitaire relevant de la loi de 1901 sur la liberté d’association. D’où l’existence de ce que le « French Doctor » et ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner lui-même a surnommé « l’Arche des zozos ». L’humanitaire utilise aussi le régime juridique de la fondation, beaucoup plus contraignant que celui de l’association. La fondation reconnue d’utilité publique permet de récolter de l’argent privé pour le mettre à la disposition d’une cause publique.

Cette reconnaissance d’utilité publique résulte d’un décret du ministre de l’Intérieur après avis favorable du Conseil d’État : l’État français s’assure du caractère d’intérêt général du but statutaire de la fondation. Elle peut alors recevoir subventions publiques ou privées, dons et legs, faire appel à la générosité publique, organiser des manifestations et vendre des produits liés à son objet. Mais certaines fondations mettent leurs finances au service d’associations. Exemple : la Fondation de France, reconnue d’utilité publique, n’intervient pas directement auprès des particuliers, mais subventionne des associations locales qui ont ainsi accès à la manne publique. Le secteur humanitaire, qui brasse beaucoup d’argent, retentit de scandales tels celui de l’Association pour la recherche sur le cancer (ARC) : seulement 27 % des sommes collectées étaient affectées à la recherche. Les frais de fonctionnement de beaucoup d’ONG absorbent la majeure partie de leur budget.

Sarkozy veut réformer le financement des associations, comme celui des partis politiques et des syndicats. Il y a de quoi faire. La manne publique, combinée à la médiatisation, attire le tout venant vers les métiers de l’humanitaire. Et les énormes déductions fiscales dont celui-ci bénéficie n’incitent pas les donateurs français à être plus généreux que ceux des pays anglo-saxons. Elle est en crise, cette France de l’humanitaire symbolisée par un Kouchner issu de l’extrême gauche…


http://www.rud-urunana.org/images/img_Ntimugire%20ngo%20ni%20Darfour,%20%20rwanda.bmp.jpg
 

  Quelques clefs pour bien comprendre comment fonctionne le cerveau d’un humanitarogauchiste :
 

Principe n° 1 : Seuls ceux qui votent à gauche ont un cœur. Les autres, ………… de méprisables égoïstes, d’infréquentables nantis, des fachos, des réac, des rentiers ringards, des buveurs de sang, des racistes, des ultra nationalistes, des frileux, ………… des gens sans conscience sociale !

 

Principe n° 2 : infiltrer les réseaux chrétiens en se disant progressiste, favorable à l’avortement, libéral vis-à-vis du mariage des homosexuels, tolérant envers l’islam, très critique envers l’Eglise et sa hiérarchie (sauf envers les prêtres ouvriers, … s’il en reste ! ! ! ), amnistiant envers les délinquants de la pénétration territoriale rebaptisés « sans-papiers », intraitable sur le chapitre de l’inquisition et des croisades qu’il convient de mettre au même niveau que les méfaits du nazisme ( mais pas du communisme, …… c’est pas pareil ! )

 

Principe n° 3 : Entre le cœur et l’argent il faut choisir ; pour moi gauchiste, le choix est simple, c’est ton argent au service de mon cœur. Allez …… hop là ! …… passez la monnaie ! …… achète toi une conscience, bourgeois !

 

Principe n° 4 : Je suis un professionnel du bonheur de l’humanité, je sais donc mieux que toi ce qui est bon pour toi. Pour ton bien, tu seras donc malheureux suivant mes principes plutôt que heureux selon les tiens !

 

Principe n° 5 : Je suis peut-être un glandu, mais en « intellectualisant » ma médiocrité je peux devenir un " bac + 5 " de l’humanitaire et revenir pantoufler dans la fonction publique avec une auréole d’ouverture d’esprit au monde. On a acquis ………… une expérience à l’international !

 

Principe n° 6 : Ce qui compte ce n’est pas ce que j’en pense, mais ce qu’en penseront les gogols à qui j’en mettrai plein la vue en leur narrant mes anecdotes exotiques avec les trémolos qui vont bien : « les pauvres gosses ! on est arrivés juste à temps pour les perfuser ! …… sinon j’ te dis pas …… ».

 

Principe n° 7 : Parler de l’ONU, de l’EAG, de la FIDES et autres pseudo organismes plus ou moins réels mais avec assurance, personne n’ira vérifier si ça existe vraiment. Le gogol déteste avoir l’air de découvrir. Il opinera.

 

Principe n° 8 : Communiquer beaucoup, mais en disant des choses vagues et en jonglant avec les généralités. C’est en étant le plus imprécis possible que l’on évite l’ambiguïté.

 

Principe n° 9 : Ce n’est pas parce qu’on se prétend non gouvernemental qu’on doit faire fi de la manne publique. Elle est à tout le monde, donc elle est à moi en priorité.

 

Principe n° 10 : Soigner une certaine présentation. Le bidouillage sur papier glacé contient tant de « vérités » qu’on ne vous fera pas l’injure de vérifier, alors que la Vérité nue sur papier ordinaire, ça n'intéresse personne.


   A ceux qui pensent que je galèje, rappelez moi comment s’appelle l’humanitarogauchiste, ex ministre de gauche, dont Internet révéla l’arrestation il y a quelques mois par la gendarmerie, pour excès de vitesse à plus de 160 km/heure au volant d’une voiture de marque étrangère prestigieuse, …… dont la carte grise était établie au nom de son ONG ?

Commentaire de Gerard Pierre

Sur les 4 vérités

Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article