Nicolas et l'audiovisuel francophone, une exception française?

Publié le par Alain Genestine

Des partenaires inquiets



C'est dans un décor de carte postale, à Lucerne, en Suisse, que se joue l'avenir de TV5, dans sa forme actuelle.

Les représentants français, belges, canadiens, et québécois de la chaîne sont rassemblés sous la présidence du ministre suisse des Communications, Moritz Leuenberger.

Il y a beaucoup de tension, cette année, parce que le nouveau gouvernement français veut restructurer ses différents services de radio et de télédiffusion internationaux, dans un souci de rationaliser son investissement de 450 millions de dollars par année dans TV5, France 24 et Radio France International.


TV5.org

Même si la France est actionnaire à 80 % de la chaîne TV5, diffusée en continu auprès de plus de 176 millions de foyers dans 203 pays, une partie seulement de sa programmation est française.

Durant la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy avait d'ailleurs ironisé sur le caractère « passionnant » des reportages sur l'actualité belge ou suisse.

La chaîne d'informations en continu France 24, lancée en décembre, sous Jacques Chirac, pour présenter les nouvelles d'un point de vue français, n'a pas le même rayonnement que TV5 Monde, ou Radio France Internationale.

La France souhaite donc un rapprochement de TV5 et France 24, et aimerait bien que les bulletins de nouvelles de TV5 soient diffusés par France 24.

Les partenaires belges, suisses et canadiens ne veulent toutefois pas qu'on touche à la diffusion de leurs téléjournaux.

Christine St-Pierre, ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec (détail)

Christine St-Pierre

Selon la ministre québécoise de la Culture, Christine St-Pierre, qui participe à la réunion de Lucerne, « [TV5] n'est pas une chaîne de télévision française, mais francophone. Donc, on est très inquiet de voir que la France veut rationaliser son audiovisuel et faire en sorte que la vocation de TV5 soit changée ».

Mme St-Pierre s'inquiète aussi de la proportion des émissions en provenance du Québec qui sont diffusées sur TV5. La part de ces émissions est passée de 9 % à 6,5 %.« Je me dis qu'on est en train de réduire comme une peau de chagrin la place du Québec sur TV5. Ça, c'est une chose dont je veux discuter », dit-elle.

Les réactions sont aussi vives dans d'autres régions. En Suisse, la présidente de la Confédération, Micheline Calmy-Rey, a rejeté dans une tribune publiée dans Le Monde et Le Temps l'idée d'une fusion avec France 24 et RFI. « Nous partageons les soucis émis ces dernières semaines en Belgique et au Canada », écrit-elle.

La ministre de la Culture et de l'Audiovisuel de la Communauté française de Belgique, Fadila Laanan, dénonce aussi fortement la France, qui veut transformer TV5 « en un instrument essentiellement au service du rayonnement international de la France », dit-elle.

Plusieurs observateurs croient que la France proposera aux partenaires d'augmenter leur contribution financière à TV5, en faisant valoir qu'on ne peut, à la fois, dire que la chaîne est une priorité et ne pas être prêt à la financer.



TV5 Monde

Créée en 1984, diffusée dans 203 pays et revendiquant plus de 25 millions de téléspectateurs par jour, TV5 Monde est la seule télévision francophone qui rassemble des chaînes européennes de langue française (France Télévisions, Arte France, RFO, la RTBF pour la Belgique, la TSR pour la Suisse...), et le consortium de télévision Radio-Canada et Télé-Québec. TV5 MONDE est l'un des 3 plus grands réseaux mondiaux de télévision, aux côtés de MTV et de CNN. TV5 a des sous-titres en 10 langues: Français, anglais, arabe, espagnol, portugais, néerlandais, allemand, suédois, danois et russe. Source: TV5

Publié dans Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article