Pôle de compétitivité : Le Pin maritime

Publié le par Alain Genestine

Pin maritime / Aquitaine / Projet à vocation nationale et régionale
http://www.planfor.fr/Donnees_Site/Produit/Photo/Pin%20maritime,%20Pinus%20pinaster.jpg

La Fédération des Industries du Bois d'Aquitaine (FIBA) regroupe les syndicats professionnels représentant les activités de transformation du bois - elle s'associe au consortium CAP FOREST (Convention Aquitaine de Partenariat pour les Sciences et Techniques de la Forêt, le Bois et le Papier regroupant 10 organismes de recherche, universités, école d'ingénieurs, et centres technique et de transfert) pour porter le pôle «Industries et Pin maritime du Futur : Technologies et Eco-Développement ».

Les thèmes retenus prioritairement pour ce pôle sont :
- forêt et sylviculture : analyse socio-économique et prospective régionale, performance des chaînes d'approvisionnement, un système de production forestière durable et adaptatif ;
- bois et construction : concept d'usine pilote consacrée à la valorisation du Pin maritime : ensemble d'ateliers pilotes ayant des activités de production, pédagogiques et de recherche technologique, certains ateliers étant spécialisés dans le marketing ;
- fibre et chimie verte : développement de matériaux verts et chimie verte, représentant une opportunité pour l'Aquitaine, disposant d'une ressource renouvelable de produits chimiques.

Contexte et principaux acteurs :
Les forêts et les industries du bois et produits dérivés constituent un moteur essentiel du développement durable de l'Aquitaine par leur poids économique et social conférant à la Région une position de leader au plan national et européen, et par leur rôle décisif dans la préservation de l'environnement, la cohésion territoriale et le développement rural. L'Aquitaine est une région spécialisée dans la filière forêt-bois-papier (rapporté au nombre total de salariés, il y a 2, 3 fois plus de salariés de la filière en Aquitaine qu'en France), structurée pour l'essentiel autour de l'essence Pin maritime.
- une forêt cultivée d'1 million d'ha à fort potentiel de développement et bénéficiant d'une structuration professionnelle importante
- une filière résineux où se retrouvent tous les maillons de l'industrie de la transformation (exploitation, sciage, 1ère et 2ème transformation, papier, panneau, déroulage, chimie ...) et des positions de leader national
- un chiffre d'affaires voisin de 2 milliards d'euros et 27 000 emplois directs
- un pôle de recherche scientifique et technique positionné au plan européen et international employant plus de 200 scientifiques
L'exploitation de pin maritime représente un quart de la production nationale du secteur et un cinquième du sciage.

Entreprises :
Le pôle représente 25 000 emplois, 21 groupes ayant des unités de production en Aquitaine.
Les acteurs industriels se sont regroupés au sein de la Fédération des industries du bois d'Aquitaine - FIBA..
Le conseil régional est partenaire du Groupement d'intérêt scientifique Bois Construction Environnement.
ainsi que du Réseau pour la gestion durable des forêts cultivées IEFC.

Unités de recherche et de formation :
215 chercheurs. 70 % de recherche publique (en nombre de chercheurs) sur le domaine d'activité « filière bois et dérivés » et 66 % sur le pôle de compétitivité.
Recherche publique : l'INRA Bordeaux, le Laboratoire de rhéologie des bois, le Centre technique du bois et de l'ameublement CTBA, Afocel, Biogeco, E3i, Ephyse, Institut du pin, LCSV, Sylvadour, Trèfle...
Recherche privée : Action Pin , Bergerac nc, Beynel Manustock, Biolandes, Cafsa, Corenso France, CPFA, DRT, FP bois, Isoroy, Papeteries de Gascogne, Polyrey, Sarpap, Smurfit WRE, Tembec, Weyerhaeuser...




Contact :
Fédération des Industries du Bois d'Aquitaine
43, Allée Mégevie
33174 GRADIGNAN
Tel : 05.56.52.16.40
Fax : 05.56.51.69.12
e-mail : fib@frenchwood.com


http://www.univ-ubs.fr/ecologie/Photos/coniferes4.jpg

Afin de développer l'usage du pin maritime dans la construction, le pôle de compétitivité aquitain souhaite créer une unité expérimentale de collage de bois vert.

Bernard Broustet source les Echos,

Une unité de collage de bois vert pourrait bientôt voir le jour en Aquitaine. Pilotée par le pôle de compétitivité « Industrie et pin maritime du futur », le projet, dont le budget est estimé à quelque 1,3 million d'euros, rassemble une douzaine de scieries et d'entreprises de seconde transformation. Il vise notamment à renforcer les arguments du pin maritime de la forêt de Gascogne dans le domaine de la construction (charpente, bardage, ossature, etc.), qui ne représente à ce jour qu'une part très minoritaire de ses débouchés.
La rectitude n'étant pas la qualité majeure du pin maritime, essence hégémonique de la forêt des landes de Gascogne, celui-ci se prête mal à des sciages de grande longueur. Cette faiblesse peut néanmoins être surmontée par des procédés de collage permettant d'obtenir des sections de plus grande dimension. Le fait de pouvoir coller des bois encore verts avant l'étape du séchage permettrait un substantiel gain de temps et d'énergie. S'il se concrétise et s'il donne des résultats satisfaisants, le projet du pôle de compétitivité pourrait donc contribuer à combler l'une des nombreuses lacunes dont souffre la filière pin maritime dans ce domaine, et qui se traduit dans les chiffres : si environ un tiers du bois d'oeuvre de la forêt landaise est utilisé à des fins décoratives (lambris, parquets, etc.), moins de 10 % sert à la construction proprement dite.


http://www.netbois.com/info/img/netbois_infos_compin-ricort.jpg

 

Plus de pin pour la construction
Les quelques entreprises aquitaines spécialisées dans la construction de maisons en bois ne dépassent pas la dimension artisanale. L'entreprise « La Résinière », numéro un en ce domaine, n'emploie qu'un tiers de pin des Landes dans la construction de ses maisons, car elle a du mal à trouver dans la région des produits adaptés à ses besoins, alors même que de grands groupes allemands et scandinaves disposent sur ce point d'une offre particulièrement rodée.
Dans ces conditions, la maison en pin des Landes reste un marché de niche, alors même que la demande de construction bois, encore très minoritaire, croît d'année en année dans l'Hexagone. Les professionnels de la filière semblent décidés à inverser cette tendance et à développer la part de la construction dans les débouchés du pin maritime, où, à côté de la décoration, l'emballage (caisses, palettes) occupe une place dominante, proche de 50 %. Encore faut-il que les industriels puissent fournir à des coûts maîtrisés des solutions adaptées aux marchés. Pour y contribuer, certaines collectivités locales sont prêtes à payer leur écot. L'office public de HLM Gironde Habitat, proche du conseil général, va ainsi faire construire à Captieux, en pleine zone forestière, un ensemble de vingt logements individuels en bois, pour lequel il espère une utilisation maximum de la ressource de la plus grande forêt d'Europe hors Scandinavie.

http://surlaroutedesbatisseurs.hautetfort.com/images/medium_ScreenShot001.81.jpg
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article