Laure Manaudou, une exclusive? Nagera t-elle pour les Pays-bas ?

Publié le par Alain Genestine


Le club italien LaPresse a mis un terme lundi à une éphémère liaison avec Laure Manaudou, la nageuse française la plus titrée de l'histoire, exclue en raison de son comportement durant l'Open de Paris qui s'est achevé dimanche.

http://www.linternaute.com/actualite/dossier/06/enquete-personnalites-preferees/femmes/images/laure-manaudou.jpg

"Son attitude, son refus de faire le relais ou les échauffements" ont été les raisons évoquées par le club turinois, confirmant des informations du site internet lequipe.fr.

L'exclusion lui a été signifiée par Marco Durante, le président de LaPresse, qui l'hébergeait depuis son arrivée en Italie, en mai, après une rupture cinglante avec Philippe Lucas, son entraîneur pendant sept ans, à Melun puis à Canet-en-Roussillon.

http://www.20minutes.fr/img/photos/afp/2007-05/2007-05-09/article_SGE.BRS68.090507164012.photo00.photo.default-512x341.jpg


"J'ai appelé ce matin Laure Manaudou pour lui communiquer ma décision", a expliqué Marco Durante dans un communiqué. "Elle part en vacances, a-t-il ajouté. Si à son retour elle a compris et s'excuse auprès de Paolo Penso et de l'équipe de France, elle pourra revenir. Mais il n'y a qu'une chance sur un million que Laure comprenne et qu'elle revienne".

Lors de l'Open de Paris, dans la quiétude du bois de Boulogne, à Paris, Laure Manaudou, 20 ans, a largement ignoré son entraîneur, Paolo Penso durant les trois jours de compétition. Elle a remporté le 50 m dos (nouveau record de France, 28 sec 50/100e) et le 100 m dos, ex-aequo avec l'Ukrainienne Iryna Amshennikova, mais elle a été éliminée dès les séries du 200 m dos dimanche.

Le manque d'implication de Laure Manaudou et son refus de participer aux relais avaient provoqué le courroux de Paolo Penso, dont la "lune de miel" avec la nageuse, arrivée mi-mai à Turin, n'aura pas dépassé les Championnats de France à Saint-Raphaël fin juin.

http://www.gazzetta.it/Media/Foto/2007/03/26/manadou--280x190.jpg

 

En s'installant en Italie, Laure Manaudou s'était rapprochée de son fiancé, le nageur Luca Marin, tout en changeant radicalement de méthode d'entraînement. Sous les ordres de Paolo Penso, elle entendait privilégier le travail technique et qualitatif, aux lourdes et roboratives séances de Philippe Lucas, qui lui permirent notamment de décrocher un titre olympique, en 2004, et trois titres mondiaux en 2005 et 2007.

Son arrivée très médiatisée à Turin, sur les braises de deux titres mondiaux décrochés fin mars en Australie, s'était faite dans des conditions confuses, les fédérations italienne (Federnuoto) et française (FFN) se contredisant à plusieurs reprises sur les conditions d'entraînement de la jeune championne.

La FFN avait notamment fait savoir que Manaudou pourrait s'entraîner en partie à Vérone (nord-ouest), au centre fédéral italien où s'exerce aussi Luca Marin, mais la Federnuoto avait immédiatement répliqué que la Française ne pouvait s'entraîner qu'à Turin, à 300 km de Vérone.

"Tout le monde a essayé de faire en sorte que les choses se passent du mieux possible et de nouveau on est devant un problème auquel on ne s'attend pas. Maintenant, la question est quelle est la motivation de Laure dans toute cette histoire", a commenté le directeur technique national (DTN) Claude Fauquet.

A un an des jeux Olympiques, le temps presse. L'exclusion de Laure Manaudou place la Fédération française (FFN) dans une position délicate. Il s'agit de trouver l'entraîneur susceptible de s'occuper du "phénomène" Manaudou, dont les revenus dépassent 1 M EUR par an.

Parmi les solutions possibles: Frédéric Vergnoux (Clichy), désormais établi à Edimbourg, Lionel Horter (Mulhouse), Christos Paparadopoulos (Le Havre), Romain Barnier (Marseille), Jean-Lionel Rey (INSEP), ou pourquoi pas, un très hypothétique retour auprès de Philippe Lucas.

http://www.eparsa.fr/webredactions/images/manaudou.jpg


L'entourage de la nageuse a rappelé lundi que Laure Manaudou demeurait licenciée à Canet-en-Roussillon, où elle a conservé son habitation principale, précisant avoir "engagé des contacts depuis un moment déjà" afin qu'elle "retrouve des conditions de vie et d'entraînement à la hauteur de son talent et de son ambition".

Dans la soirée, l'affaire a pris une nouvelle tournure avec une possible dimension financière. L'avocat de Manaudou, Me Didier Poulmaire, a affirmé que la nageuse aurait été "abusée" et "manipulée" dans le cadre de la signature d'un contrat relatif au droit à l'image, sans donner de précision sur les autres contractants.

Le club de natation italien LaPresse a ensuite réagi en indiquant "n'avoir jamais proposé un contrat à Manaudou pour l'exploitation de son image".

Publié dans Communiqué de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article