ET SI NOUS PARLIONS RETRAITE !!

Publié le par Alain Genestine

Un allongement de la durée de cotisation retraite en 2008 semble acté

 


La durée de cotisation nécessaire pour bénéficier d'une retraite à taux plein passera à 41 ans après 2008, une mesure d'ores et déjà actée par le gouvernement alors que la situation financière de la branche vieillesse de la Sécurité sociale se dégrade fortement cette année.

Danièle Karniewicz, présidente de la Caisse ...
Danièle Karniewicz, présidente de la Caisse nationale d'assurance vieillesse

"L'allongement de la durée de cotisation prévu en 2003 n'est pas une option, il aura lieu au terme de la procédure prévue par la loi", a annoncé devant les députés le Premier ministre François Fillon, à l'origine de la réforme de 2003.

Celle-ci, qui avait fait descendre dans la rue un à deux millions de personnes avant qu'une rupture du front syndical n'ouvre la voie à son adoption, a en effet prévu un processus d'ajustement par étapes du système des retraites entre 2004 et 2020.

Elle a ainsi aligné la durée de cotisations des fonctionnaires sur celle des salariés du privé, soit 160 trimestres, et prévu une nouvelle négociation en 2008 qui doit déboucher sur une durée de cotisation portée à 41 annuités à partir de 2012, à raison d'un trimestre supplémentaire de cotisation par an de 2009 à 2012.

Le Conseil d'Orientation des retraites (COR) remettra cet automne au gouvernement un rapport d'actualisation sur la situation des régimes de retraites, avec un point sur l'évolution du taux d'activité des seniors, la situation financière et l'évolution du taux de chômage, pour préparer le rendez-vous de 2008.

Une réforme des régimes spéciaux, annoncée par Nicolas Sarkozy, va également être menée, en dépit de l'opposition annoncée des cheminots. Puis, à partir de 2013, des rendez-vous sont prévus tous les quatre ans pour ajuster les périodes de cotisation par rapport à l'augmentation de l'espérance de vie.

Selon les dernières projections réalisées par l'Insee, qui table sur une hausse de l'espérance de vie à 60 ans de 1,1 an tous les 10 ans, la durée de cotisation pourrait être de 166 trimestres à l'horizon 2020, soit 41,5 ans.

"On ne peut de façon durable vivre à crédit, il faudra des mesures pour rééquilibrer les finances, les dépenses et recettes, c'est malheureusement évident", explique la présidente (CFE-CGC) de la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav), Danièle Karniewicz.

La branche vieillesse de la Sécurité sociale accuse en effet un lourd déficit en 2007, passé en un an de 1,9 milliard d'euros à 4,7 milliards d'euros, qui plombe les comptes de la Sécurité sociale (-12 milliards d'euros cette année). Cette dégradation financière est liée à la forte hausse du nombre de départs en retraites qui devrait atteindre cette année 740.000 (contre 640.000 en 2005).

Outre le départ en retraite de la génération du "baby-boom", supérieure de près d'un tiers de la précédente, le système pâtit du succès d'une des dispositions de la loi 2003, la possibilité pour les assurés ayant commencé à travailler avant 17 ans de partir avant soixante ans.

La perspective d'une nouvelle réforme l'an prochain aurait également un effet "anxiogène", selon Mme Karniewicz. "Ce rendez-vous de 2008 inquiète la plupart des Français et les incite à partir le plus vite possible", relève-t-elle. L'augmentation d'un an de la durée de cotisation pourrait quoi qu'il en soit créer, après l'instauration d'un service minimum, une nouvelle pierre d'achoppement avec les syndicats, même si FO, vigoureusement attachée aux 37,5 annuités pour tous les salariés en 2003, vient de rétrograder cette revendication au rang de simple "objectif".

Publié dans Social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article