Le MoDem, l'Udf, le centre de F.Bayrou. Que vont-ils représenter au juste?

Publié le par Alain Genestine

   

François Bayrou a échoué dimanche à transformer son essai de la présidentielle avec son nouveau parti, le Mouvement Démocrate (MoDem), qui ne devrait pas pouvoir constituer un groupe à l'Assemblée, au contraire du Nouveau centre, rescapé grâce à l'UMP.

Le leader du MoDem Francois Bayrou à Pau, le 10 juin 2007
Copyright © AFP JOURNAL INTERNET

Le leader du MoDem Francois Bayrou à Pau, le 10 juin 2007

AFP JOURNAL INTERNET - dim 10 jui, 23h29

Temps lourd sur le Béarn... Dimanche soir, François Bayrou criait à l'injustice à l'issue du premier tour des législatives qui l'ont vu mordre la poussière avec son nouveau parti, le MoDem.


Le Nouveau Centre, formé par les députés UDF ralliés à Nicolas Sarkozy, devrait, grâce à son alliance avec le parti majoritaire, avoir une vingtaine de députés. Quant au MoDem, son score de 7,61% marque un progrès par rapport à celui réalisé par l'UDF au premier tour des législatives de 2002 (4,85%). Mais il est largement inférieur aux 18,57% de voix recueillis par M. Bayrou le 22 avril, qui lui avait donné la troisième place au premier tour de la présidentielle.sondages, qui lui accordaient entre 8% et 10% ces derniers jours. Le MoDem devrait obtenir au mieux quatre sièges à l'issue du second tour, selon les projections. Le taux record d'abstention a réduit le nombre de triangulaires possibles, qui auraient pu donner une chance à certains des 535 candidats du MoDem. M. Bayrou lui-même devrait sauver son siège dans les Pyrénées-Atlantiques, à l'issue d'une triangulaire. Mais en l'absence de groupe parlementaire, il sera marginalisé et confronté à la tâche difficile de faire vivre un parti revendiquant 80.000 demandes d'adhésion, mais n'ayant que peu d'élus à l'Assemblée. Depuis Morlaas (Pyrénées-Atlantiques), M. Bayrou a déploré dimanche soir le futur "déséquilibre marqué dans la représentation à l'Assemblée nationale". Interrogé sur d'éventuels désistements en cas de triangulaire, il a indiqué qu'il examinerait lundi "les résultats circonscription par circonscription". Prévoyant qu'"il faudra que les deux à quatre députés (MoDem) se battent comme des lions", il a jugé que "c'est le commencement d'un centre indépendant en France qui se fait dans la difficulté, le choc". Le leader centriste a obtenu 37,25% dans sa circonscription, devant l'UMP Jean-Pierre Mariné (25,92%) et la candidate PS Marie-Pierre Cabanne (23,32%). En 2002, il était arrivé en tête au premier tour avec 41,8% des voix, mais il n'avait pas alors de candidat UMP en face de lui. Un fidèle de M. Bayrou, le député des Pyrénées-Atlantiques Jean Lassalle, se maintient également pour le second tour en triangulaire, mais est devancé par le candidat UMP. D'autres proches, les députés Gilles Artigues (Loire) et Anne-Marie Comparini (Rhône), ainsi que l'eurodéputée Marielle de Sarnez, qui se présentait à Paris, ont été battus. Tout comme l'ancien ministre Azouz Begag dans le Rhône, qui a appelé à voter pour l'adjoint au maire socialiste de Lyon Jean-Louis Touraine. En Seine-Saint-Denis, le sortant Jean-Christophe Lagarde, investi par le MoDem mais qui a fait campagne en candidat libre, est en ballottage très favorable. Jean-Marie Cavada (Val-de-Marne), Elisabeth Doineau (Mayenne) et Thierry Benoit (Ille-et-Vilaine) se maintiennent au second tour. De son côté le Nouveau Centre, qui présentait 80 candidats, n'a obtenu qu'autour de 2% des voix. Mais, fort de son accord avec l'UMP, il devrait obtenir de 20 à 25 sièges. Le ministre de la Défense Hervé Morin, chef de file de ce nouveau parti formé par 18 députés UDF voulant rester dans la majorité présidentielle, a été réélu au premier tour dans l'Eure (50,05%). François Sauvadet (Côte d'Or), Charles de Courson (Marne), Rudy Salles (Alpes Maritimes), Philippe Vigier (Eure-et-Loir) et Francis Hillmeyer (Haut-Rhin), ont également été élus pour le Nouveau Centre. Il est également inférieur aux prévisions des

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article