Sud-ouest propose un article d'un libéral se présentant dans le Médoc

Publié le par Alain Genestine

ALAIN GENESTINE. -- Le candidat d'Alternative libérale veut redorer le blason du libéralisme qui serait,selon lui, la seule voie pour redynamiser la France

La liberté avant tout
: Olivier Delhoumeau
15.jpg
 
Création artistique, philosophie, management, Alain Genestine se dit intéressé par tout cela à la fois. « Si je pouvais créer plein de choses et m'appeler Léonard de Vinci, je serais vachement content », sourit-il. Et d'ajouter : « Il ne faut pas prendre cela pour de la prétention. Au contraire, je veux jouer sur la simplicité ». Un côté naturel mâtiné volontiers d'un style vestimentaire à l'anglaise. Chemise rose, gilet et pochette, le candidat d'Alternative libérale est à l'image de la demeure de charme qu'il dirige avec sa femme. Très soigné.
Domicilié à Moulis, il s'occupe depuis une douzaine d'années du Domaine Les Sapins, sis au coeur du lieu-dit Bouqueyran. Une situation "rangée" qui contraste avec l'existence tumultueuse de businessman qu'il mena autrefois. Toujours par monts et par veaux. Il est volontairement discret sur cette partie de sa vie, mais on devine simplement que sa formation d'autodidacte lui a permis de faire des affaires et de voyager dans de nombreux pays dans les années 80. Notamment dans les pays d'Europe de l'Est et en Chine.


Idées reçues. Reprendre les rênes de la maison d'hôtes familiale, « correspondait à une évolution dans ma façon de voir l'avenir. Après avoir créé, bossé comme un fou, je souhaitais fonder une famille, passer à une nouvelle étape. » S'il ne parcourt plus le monde, il le laisse venir à lui en recevant touristes français et étrangers.
Converti à la pensée libérale, Alain Genestine estime nécessaire de devoir tordre le cou à certaines idées reçues. « Cela n'a rien à voir avec le capitalisme sans foi ni loi. Historiquement, le libéralisme est à l'origine de valeurs fondamentales fondatrices de notre société. Je pense aux droits de l'homme, à l'abolition de l'esclavage. Liberté et humanisme ont été galvaudés au fil du temps. Il convient de les replacer à leur juste valeur. »

Alain Genestine, candidat en Gironde

Blog.
Evidemment, le parti Alternative libérale serait, selon lui, « le plus à même de "réhabiliter" les vertus du libéralisme ». Comment ? En prônant « l'établissement d'une société caractérisée par la liberté d'entreprendre et la possibilité de se réaliser individuellement, dans le respect d'autrui ». Gauche et droite, socialistes et conservateurs, sont renvoyés dos à dos.
L'Etat ? « On n'est pas contre, mais il faut le limiter à ses tâches régaliennes. Il ne doit pas tout régir », explique-t-il. Alternative libérale est pour une simplification du code du travail, la modernisation des syndicats ou encore un desserrement de l'étau législatif entourant les PME. « Il lutte aussi pour l'abolition des privilèges capitalistes, contre la corruption et l'endettement de la France. Quand on explique le libéralisme de cette façon, je crois que plus personne ne peut le rejeter », souffle-t-il.

Habitué aux « Paris-New York-Tokyo » lorsqu'il était homme d'affaires, Alain Genestine, candidat aux législatives, arpente désormais la Vme circonscription pour coller ses affiches et distribuer ses tracts. Répondant aux sollicitations, alimentant son blog : « Je suis rarement couché avant deux heures du matin », avoue-t-il. Il considère ces élections législatives comme une rampe de lancement. « Je sais que je ne serai pas élu député. Mais nous devons faire connaître nos idées pour préparer l'avenir. » Après tout, Alternative libérale ne compte qu'une année d'existence.

Publié dans Législatives 3305

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article