Plus de 7.550 candidats aux législatives, au moins 50 libéraux!!

Publié le par Alain Genestine

 

7.640 CANDIDATS EN LICE POUR LES LÉGISLATIVES
Copyright © REUTERS MOLT

7.640 CANDIDATS EN LICE POUR LES LÉGISLATIVES

REUTERS MOLT - lun 21 mai, 15h58

7.640 candidats - dont 41,58% de femmes - briguent un des 577 sièges à pourvoir à l'Assemblée nationale lors des législatives des 10 et 17 juin prochains. /Photo d'archives/REUTERS



PARIS (AFP) - Plus de 7.550 candidats seront en lice au 1er tour des élections législatives des 10 et 17 juin, sensiblement moins qu'en 2002, selon un chiffre non encore définitif communiqué vendredi par le ministère de l'Intérieur après la clôture du dépôt des candidatures à 18H00.

L'Assemblée nationale

 
Par Jean-Pierre Muller
Alors que le dépôt était encore en cours dans certains départements d'Outre-mer, on recensait 7.398 candidats en métropole et 7.550 pour les 577 circonscriptions de la France entière. Quelles que soient les évolutions des dernières heures, le nombre de candidats sera de toute façon inférieur à celui des législatives de 2002. On avait alors enregistré 8.456 candidats, soit le taux record de 14,65 candidats par circonscription. Le pourcentage de candidates sera lui à la hausse, puisqu'il atteignait vendredi soir près de 42% contre 38,5% il y a 5 ans. On recensait 3.157 candidates, dont 3.131 en métropole, contre 3.250 au total en 2002. Depuis la loi du 6 juin 2000 les formations politiques sont tenues de présenter autant de femmes que d'hommes aux législatives, sous peine de pénalités financières.

Parmi les candidats, figurent 11 des 20 membres du nouveau gouvernement annoncé vendredi, ainsi que le Premier ministre, François Fillon, qui sera à nouveau candidat dans son fief de Sablé-sur-Sarthe. Il y avait été réélu dès le 1er tour en 2002, avec plus de 55% des voix, avant de rejoindre le Sénat en septembre 2004.

Parmi les autres poids-lourds du gouvernement, Alain Juppé, sera candidat à Bordeaux, Jean Louis Borloo à Valenciennes, Michèle Alliot-Marie dans les Pyrénées-Atlantiques et Xavier Bertrand dans l'Aisne. En revanche, Brice Hortefeux ne sera pas candidat, pas plus que Rachida Dati, une autre proche du nouveau président. Et aucun des transfuges du PS n'affrontera le suffrage universel.

En position de force après l'élection de Nicolas Sarkozy et la constitution d'un gouvernement élargi à quelques personnalités venues de la gauche et du centre, l'UMP entend transformer l'essai aux législatives, en conquérant une majorité au moins aussi confortable que dans l'Assemblée sortante (350). Selon une projection BVA rendue publique vendredi, l'UMP pourrait obtenir entre 317 et 381 sièges dans le futur hémicycle. Selon cette même étude, le PS aurait 151 à 200 députés.

Comme elle s'y était engagée, Ségolène Royal ne se représente pas dans son département des Deux-Sèvres, remplacée par la jeune Delphine Batho. Tous les ténors du parti - à l'exception de Martine Aubry à Lille - retournent à la bataille en attendant le grand débat sur la "refondation" promis après les législatives.

Le nouveau parti de François Bayrou, le Mouvement démocrate, sera présent dans 535 circonscriptions. Parmi les 200 femmes et 335 hommes qui porteront ses couleurs, Marielle de Sarnez, numéro 2 du parti est en lice à Paris et François Bayrou dans les Pyrénées Atlantiques.

Il retrouvera face à lui un des candidats qu'il a déjà affronté lors de l'élection présidentielle: Frédéric Nihous de Chasse Pêche Nature et Traditions. Parmi les nouveaux candidats du MoDem, Jean-Marie Cavada sera en lice à Saint-Maur (Val de Marne) et le judoka Djamel Bouras en Seine-Saint-Denis.

C'est dans ce département que la secrétaire nationale du PCF Marie-George Buffet ira à la reconquête de son siège gagné en 2002, avec toutefois un autre objectif en tête: sauver le groupe communiste après son naufrage à la présidentielle.

Parmi les autres candidats à la présidentielle, Arlette Laguiller et Olivier Besancenot ont décidé de ne pas se présenter, contrairement à 2002.

José Bové, et Gérard Schivardi ne sont pas candidats, pas plus que Dominique Voynet qui est sénatrice, Philippe de Villiers ou Jean-Marie Le Pen. Pour ce dernier, c'est sa fille qui sera le porte drapeau du FN dans le Pas-de-Calais.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article