Le gouvernement Fillon: forte ossature UMP, parité et ouverture

Publié le par Alain Genestine

PARIS (AFP) - Huit hommes, dont un socialiste et un centriste, sept femmes: le premier gouvernement de François Fillon a été annoncé vendredi, avec une forte ossature UMP tout en respectant l'engagement de Nicolas Sarkozy de parité et d'ouverture.

François Fillon le 17 mai 2007 à Matignon

 
Par Jacques Demarthongueant.jpg
Dans la cour d'honneur de l'Elysée, le secrétaire général de la présidence Claude Guéant a lu la liste des quinze ministres de ce cabinet présenté comme "resserré", face à une estrade sur laquelle avaient pris place des dizaines de photographes et cameramen. Il était 09H40 précises, cinq minutes avant l'heure prévue, quand M. Guéant s'est exprimé debout sur le perron, une image traditionnelle. Toute la cérémonie n'a duré que trois minutes. Conformément au souci de la nouvelle équipe d'aller vite, le premier Conseil des ministres se tiendra à 16H30 à l'Elysée, a annoncé M. Guéant. Dans le cadre de "l'ouverture" voulue par le nouveau président Nicolas Sarkozy, deux ministères régaliens sont confiés à des ministres non-UMP, les Affaires étrangères au socialiste Bernard Kouchner - subernardkouchner.jpgun coup de tonnerre annoncé - et la Défense à l'UDF Hervé Morin.morin.jpg Le numéro deux du gouvernement, avec le titre de ministre d'Etat, est l'ancien Premier ministre Alain Juppé L'ancien Premier ministre Alain Juppé g et la ministre de le Défense Michèle Alliot-Marie, le 14 mai 2007 à Parisqui dirige un grand ministère regroupant pour la première fois l'Ecologie, le développement et l'aménagement durables. La forteresse Bercy est redécoupée avec Jean-Louis Borloo 15 MINISTRES ET DES SECRÉTAIRES D'ÉTAT POURRAIENT ÊTRE NOMMÉS VENDREDIqui hérite d'un ministère comprenant Economie, Finances et Emploi, alors que le Budget, Comptes publics et Fonction publique sont attribués à Eric Woerth, ancien trésorier de l'UMP. Le gouvernement bouscule ainsi les frontières traditionnelles des départements ministériels et administratifs, une réorganisation qui pourrait parfois s'avérer difficile à mettre en oeuvre. Michèle Alliot-Marie, nommée ministre de l'Intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales, est, dans l'ordre protocolaire, la première femme et le numéro quatre du gouvernement. Cette liste a été peaufinée par MM. Sarkozy et Fillon au fil des jours et de consultations qui se sont poursuivies jusqu'à jeudi après-midi. M. Fillon, qui a succédé jeudi à Dominique de Villepin, a promis d'emblée "une politique nouvelle". L'Union pour un Mouvement Populaire constitue l'armature du futur gouvernement puisque, outre M. Fillon, 13 de ses 15 membres en sont membres. Parmi les ministres hommes, seul Hervé Morin n'a jamais occupé de fonction ministérielle. Quatre femmes sont dans ce cas: Christine Boutin boutin.jpg(Logement, Ville), Rachida Dati (Justice Le très sarkozyste Brice HortefeuxBrice Hortefeux arrive au Palais de l'Elysée, le 17 mai 2007 à ParisLa porte-parole de Nicolas Sarkozy, Rachida Dati, arrive dans les locaux provisoires de la rue Saint-Dominique, le 11 mai 2007 à Paris obtient le ministère controversé de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du co-développement.), Valérie Pécresse (Enseignement supérieur, recherche) et Christine Albanel (Culture). Xavier Bertrand, porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy, est nommé ministre du Travail, des relations sociales et de la solidarité et Xavier Darcos, ministre de l'Education nationale. Roseline Bachelot Le députée Roselyne Bachelot, le 14 mai 2007 à Parishérite d'un ministère rassemblant la Santé, la Jeunesse et les Sports, et Christine Lagarde, du ministère de l'Agriculture et de la Pêche. Quatre secrétaire d'Etat ont également déjà été annoncés, dont l'ancien directeur de cabinet de Jacques Delors à Bruxelles, Jean-Pierre Jouyet, aux Affaires européennes, délégué auprès de M. Kouchner. L'ex-PS Eric Besson, qui avait rejoint la campagne de M. Sarkozy, est nommé secrétaire d'Etat chargé de la Prospective et de l'évaluation des politiques publiques, délégué auprès du Premier ministre. De même que Roger Karoutchi, secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement. Dominique Bussereau, ancien ministre de l'Agriculture, a été nommé secrétaire d'Etat chargé des transports auprès d'Alain Juppé. Enfin, le président d'Emmaüs-France Martin Hirsch, lui aussi réputé proche de la gauche, a été nommé haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté.Les membres du gouvernement Fillon, le 18 mai 2007

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article