Trafics de drogues (dossier)

Publié le par Alain Genestine

 

Trafics de drogues

Véritable manne pour hors la loi, le trafic de drogue est une guerre qu’aucun pays démocratique n’a encore su gagner.

Alternative Libérale, vous propose la dépénalisation du cannabis, afin de surseoir, voire annihiler un des systèmes mafieux international.

Pour une légalisation encadrée de la production et de la commercialisation des drogues récréatives

Soyons clairs: les drogues sont des produits nocifs dont nous ne souhaitons absolument pas encourager la consommation. Mais les politiques sur les drogues ont privilégié la prohibition de la production, du trafic, de la vente et de la consommation d'un large éventail de substances classées illicites. Le seul résultat de l'emploi massif de forces de police et d'autres ressources à cette fin, c’est l’envol des prix de ces produits interdits. Les gains de ce marché lucratif ont nourri la croissance de réseaux criminels organisés, avec les conséquences dramatiques que nous constatons régulièrement. Notamment, les mafias qui vivent du trafic de drogue incitent à la criminalisation de la clientèle qui souhaite financer sa consommation au prix fort. Le développement de ce marché grâce à la prohibition incite aussi des pans agricoles entiers de pays en voie de développement à se tourner vers la production de ces produits demandés. Moyennant quoi, l’absence de contrôle de la qualité des contrôles expose les consommateurs à des risques qui dépassent souvent la dangerosité des substances elles-mêmes.

cannabis2.jpg

Notre politique, qui figure parmi les plus répressives d’Europe, aboutit à l’un des taux les plus élevés de consommation de cannabis chez les jeunes. Ils sont également atteints par les effets nocifs de l’alcool ou de la cigarette. La consommation de produits toxiques, qui incluent l’alcool et la cigarette, se banalise. L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) révèle que l’usage régulier d'alcool touche 18 % des garçons et 6 % des filles de 17 ans, et que les «ivresses régulières» progressent : presque un jeune sur deux dit avoir bu au moins 5 verres d'alcool en une seule occasion au cours du mois précédent. Presque un tiers des jeunes de 17 ans dont fumeurs quotidiens. Enfin, 15 % des garçons de 17 ans et 6 % des filles consomment régulièrement du cannabis, même si un jeune sur deux l’a expérimenté. Plus grave, presque 6 % des garçons conduisent parfois leur deux-roues après avoir bu et fumé un joint. Clairement, nous sommes loin d’une situation acceptable.

La consommation française de psychotropes licites, notamment les antidépresseurs, est l’un des plus élevés de l’OCDE. De ces médicaments prescrits, de l’alcool, du cannabis ou des autres produits illicites, qui peut juger objectivement de leur nocivité respective ou de leur degré d’addiction ? Par ailleurs, qui peut légitimement juger des limites à fixer à notre plaisir personnel ? N’évoquons même pas l’usage prohibé du cannabis à des fins médicales alors que la prescription de morphine, bien plus lourde de conséquence, est autorisée. Bref, les critères de la prohibition ne sont pas clairs.

Hélas, la prévention est rendue d’autant plus difficile qu’elle concerne des comportements jugés délictueux. Il s'agit simplement d'en finir avec l'hypocrisie : oui, les drogues peuvent provoquer des accoutumances. Menons donc une politique de prévention par l’information, par le renforcement des moyens des centres de désintoxication.

cannabis.jpgLégaliser, bien que le débat soit complexe, c'est s'attaquer aussi à cette forme d'insécurité.

> Autoproduction. Nous prônons l’autorisation de faire pousser du cannabis chez soi pour son usage personnel;

> Commercialisation. Nous proposons d’expérimenter pendant 5 ans, dans un cadre strictement défini, la production et la vente du cannabis et de ses dérivés. Nous suggérons d’introduire une taxe équivalente à celle du tabac sur le cannabis, destinée à financer l’information préventive et les centres de désintoxication;

> Protection des mineurs. Nous préconisons la stricte application de la loi, sans compromis, en ce qui concerne la vente mais aussi la simple distribution de cannabis aux mineurs. La consommation d’alcool et de cigarettes par les mineurs mérite aussi une politique plus protectrice.

Si cette expérience de légalisation encadrée des produits cannabiques se déroule bien au terme de la période d’essai, nous suggérerons d’ouvrir un débat national plus général sur la prohibition des drogues. Encore une fois, les termes du débat visent à tuer une économie souterraine extrêmement dangereuse et à privilégier une approche préventive et des traitements curatifs aux punitions inutiles dans le cas de la toxicomanie.

Dossier le Point :





La pègre marseillaise se mondialise

Pendant plus de quinze ans, Marseille a inondé le monde de drogue chimique, sans que la police s’en émeuve.

Dans la vallée de Jurm, trafiquants et planteurs de pavot sont les seigneurs d’un trafic d’héroïne qui représente 92 % du marché mondial.

Christian Lestavel, dit « la Loutre », raconte comment, pendant vingt ans, il a démantelé des réseaux de trafic d'armes et de drogue pour le compte de la police française.

Il était une fois un fils d'immigré algérien qui vivait porte de Clignancourt en vendant du shit. L'histoire trop prévisible de Kader ressemble à un conte de fées qui aurait commencé dans le mauvais sens.

Le trafic de drogue dans le monde fait florès. 320 milliards de dollars au bas mot de chiffre d'affaires annuel. Et des réseaux ont infiltré maints Etats, nombre d'institutions.

Inquiétude dans le show-business : un dealer a livré les noms de ses clients, plus prestigieux les uns que les autres. Une affaire sensible dans laquelle certaines vedettes bénéficient de surprenants traitements de faveur.

Sanctuaire pendant longtemps des fondamentalistes, l'Afghanistan est plus que jamais terre d'élection des trafiquants de drogue. A tel point que l'Onu s'alarme de la montée en puissance des vendeurs de paradis artificiels.

Classée parmi les départements les plus sûrs (81e sur 95 dans l'ordre décroissant, selon le ministère de l'Intérieur), la Manche voit régulièrement éclater des affaires de stupéfiants hors norme. En juin, les policiers ont interpellé 23 lycéens.

Publié dans Travail et Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article