Comme l'histoire se répète, trop d'Etat alors c'est l'exil, tous nos entrepreneurs partent et nous perdons nos élites et nos savoirs!

Publié le par Alain Genestine

Un peu d'histoire et d'économie du côté de nos régions frontalières de l'est et du nord. Elle est conté par B.Trémeau.
Pendant les guerres de religion, par trois fois, les Protestants quittèrent Chalon-sur-Saône pour se réfugier à Genève. Puis certains d’entre eux revinrent en 1595 après l’Édit de Nantes.
MOrembrandtphilosophe.jpg
Les réformés étaient des entrepreneurs. Ils avaient « doté le royaume de fabriques considérables dont les produits rivalisaient avec ceux de Hollande, d’Angleterre ou de Venise ». Pour cette raison, Colbert et le Roi les protégeaient. Mais du fait de leur religion et de leur richesse, une partie importante du peuple français les haïssait. Et pour s’opposer à Colbert et prendre le pouvoir, Le Tellier et Louvois se sont appuyés sur cette partie de l’opinion populaire. Dès 1665, des décrets contre les réformés ont été promulgués : interdiction pour un réformé d’être embauché dans de nombreuses administrations, interdiction d’être avocat ou sage-femme.

Colbert meurt en 1683 et sous l’influence de Louvois et de madame de Maintenon, la révocation de l’Édit de Nantes est signée le 18 octobre 1685. Plusieurs centaines de milliers de protestants quittent alors la France emmenant avec eux leur savoir faire. Un immense appauvrissement de la France a lieu. Plusieurs décrets sortent alors pour conserver ces producteurs de richesse en France. Ceux qui fuient risquent la confiscation de leurs biens, les galères à vie, voire la pendaison.
La frontière du royaume passant dans les campagnes proches de Chalon, de nombreux fuyards sont arrêtés et conduits dans les prisons de la ville. On a la chance d’avoir conservé les minutes de leurs procès. Un fait essentiel doit enfin être souligné.

En 1707, c’est un Français, Denis Papin, qui a fait marcher le premier bateau à vapeur du monde. Mais protestant exilé, il l’a fait marcher sur la Fulda, en Allemagne.

Avant 1789, pratiquement chaque village de France avait une école tenue par le curé de la paroisse aidé d’un ou de deux vicaires. Et toutes les villes de France avaient des collèges tenus à 95 % par des religieux pour les garçons et par des religieuses pour les filles. Tout ce « petit » clergé accueille avec une grande joie la Révolution et ses idées de Liberté, d’Égalité et de Fraternité.

Mais le 12 juillet 1790, bien avant la Terreur, la Constitution civile du Clergé est votée. Les prêtres et les religieux ne doivent plus faire allégeance à leur évêque, au pape ou à Dieu. Ils devront faire allégeance à leur représentant du peuple, à la nation ou à la Révolution. Une grande majorité d’entre eux refusent. Ils doivent finalement prendre le chemin de l’exil. Sinon, ils sont mis en prison. On est obligé d’ouvrir plusieurs vastes prisons à Chalon pour y entasser prêtres, religieux et religieuses réfractaires. On organise même plusieurs convois de prêtres cheminant à pied vers les pontons de Nantes, enchaînés entre deux gendarmes à cheval.

Pratiquement, toutes les écoles des villages et tous les collèges des villes ferment alors leurs portes. La Révolution en marche a chassé du pays les enseignants, sans les remplacer.

En 2007, une partie importante de l’opinion publique française pense que les entrepreneurs gagnent trop d’argent en exploitant leurs salariés, et que les capitalistes sont trop riches en prenant pour eux une part trop importante des bénéfices. Il est donc normal que les hommes politiques actuels écoutent, comme Le Tellier le faisait déjà sous Louis XIV, ce que dit le peuple. C’est cela la démocratie participative. Il est donc tout à fait normal qu’on prenne aux riches ce qu’ils ont en trop. On met donc en place les impôts progressifs sur les revenus, et de nombreux impôts sur le capital ou la fortune.2_millions_de_francais_sont_deja_pa.jpg

Les riches font exactement en 2007 ce qu’avaient fait les réformés en 1695. Ils partent en exil. Il y aurait plus d’un million de jeunes Français dynamiques et diplômés actuellement à l’étranger. Il y aurait actuellement, dans certaines villes belges, des rues entières peuplées de Français, comme il y avait en 1568 des rues entières peuplées de Français à Genève.

Les deux candidats nous annoncent des mesures pour empêcher la richesse de fuir le pays. Mais supprimer ce qui pousse nos jeunes à fuir n’est pas à leur programme. Faudra-t-il rétablir un jour la police aux frontières, la pendaison ou les galères ?

Publié dans Travail et Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
<br /> <br /> <br /> <br /> Daniel Thureau Dans une société, quand ça va mal, tout le monde doit faire un effort à sa mesure, ça s'appelle<br /> l'équité, notre système fiscal est trop compliqué pour l'équité, on ne peut demander à ceux qui n'ont déjà plus de plumes de continuer à se faire plumer sans ronchonner, quand à ceux qui auraient de l'argent en trop, pourquoi de l'argent en<br /> trop...?....Si c'est le cas de certains c'est pas ça qui résoudra nos problèmes.....Puisqu'on a mis l'économie au centre, et bien conséquemment l'économie des ménages est, elle aussi, au centre<br /> car sans consommateur....Le gouvernement, parait il, nous prépare une nouvelle vague de hausse d'impôts et de taxes diverses pour 2014, et bien, je prends le pari que ça ne passera<br /> pas...<br />
Répondre
L
<br /> Laurent Crouzet "l'état est en cause avec sa politique fiscale pas les exiles !"<br /> >> Évidence à rappeler en effet, vue la haine affichée et assumée vis-à-vis<br /> d'eux...<br />
Répondre
G
<br /> Guy André Pelouze Pareto disait aussi que quand l'exil fiscal devient significatif l'état est en cause avec sa politique<br /> fiscale pas les exiles!<br />
Répondre
L
<br /> Laurence Souillot suivant le principe de Pareto, ceux qui partent sont ceux avec le plus de capacité à créer de l'emploi et<br /> le plus de potentiel à se développer.<br />
Répondre
L
<br /> <br /> <br /> <br /> Laurent Crouzet En Belgique, mais aussi à Londres (400 000 estimés !), et un peu partout dans le monde.<br /> <br /> De ma génération (30aine), nous sommes très nombreux, et, la plupart du temps, cela correspond<br /> aux plus dynamiques / motivés. C'est non statistiquement significatif, mais ça colle parfaitement avec la logique d'une part, et avec les faits qui commencent à avoir une vraie validité<br /> statistique d'autre part...<br /> <br /> <br /> <br /> "Auparavant l'état révolutionnaire les aurait tué mais le résultat pour le PIB<br /> est le même avec les pompes funèbres en moins!"<br /> >> Cela pourrait revenir... fiscalement ! (voir le député Galut !) Il ne restera plus alors<br /> que le changement de nationalité, seul rempart contre la spoliation organisée au plus haut niveau...<br />
Répondre