Le salaire proposé est trop bas

Publié le par Alain Genestine

Oubliez vos scrupules : il est normal de parler rémunération lors des entretiens d'embauche. Encore faut-il être un fin stratège et éviter ces maladresses qui réduisent vos chances de négocier au mieux salaire et avantages en nature.
Bills.jpg

La réaction immédiate de la majorité des candidats, à qui l’on propose un salaire plus bas que celui auquel ils aspirent, est de rejeter, et, parfois brutalement, la proposition qui leur est faite.
C’est précisément ce que vous ne devez pas faire.

La solution :

Lorsque votre interlocuteur mentionne un chiffre ou une fourchette trop basse (à votre goût), répétez simplement le chiffre le plus élevé de sa fourchette avec l’air légèrement étonné. Puis restez silencieux. Avec un peu de chance (cela arrive près d’une fois sur deux) le recruteur risque de vous dire que ce chiffre n’est pas véritablement définitif. Dans ce cas, répétez simplement ses paroles en disant « Pas définitif ? » et demandez-lui de vous faire une contre-proposition.

Avant de rejeter une proposition ferme d’embauche en raison d’un salaire trop bas, souvenez-vous que ce poste :
- peut vous apporter de nouveaux savoirs et améliorer certains de vos talents Dans ce cas, cela peut justifier d’accepter ce poste pour un ou deux ans ;
- est peut-être un tremplin exceptionnel qui vous permettra, après quelques mois, d’être promu et/ou transféré vers le poste de vos rêves.

Si vous vous trouvez dans cette situation, demandez à trois personnes que vous admirez et respectez, ce qu’elles feraient si elles étaient à votre place. Écoutez ce qu’elles ont à vous dire, réfléchissez puis décidez. Souvent les autres voient des choses que vous ne pouvez percevoir.

Si l’on vous offre un salaire bas, négociez autant que vous le pouvez. Quand vous sentez que vous avez atteint un point de non-retour et que la négociation est pratiquement rigidifiée, arrêtez-vous un instant, restez silencieux, puis dites : « Bien que le salaire soit très loin de ce que je m’étais fixé, je suis prêt à accepter le poste étant donné qu’il y a des possibilités de développement importantes. » Faites bien comprendre à votre interlocuteur que vous acceptez le poste avec un salaire beaucoup plus bas que ce que vous escomptiez et que si une possibilité de promotion doit apparaître, il est important qu’il se souvienne de vous.

Si le salaire est néanmoins trop bas et que vous ne pouvez pas accepter le poste, dites à votre recruteur que vous regrettez de devoir décliner sa proposition. Dites-lui, qu’à moins qu’il ne vous fasse une contre-proposition, vous ne pouvez accepter son offre parce que son montant est insuffisant pour faire face aux charges mensuelles que vous avez à assumer. Rappelez votre intérêt pour le poste/société (si c’est le cas) et gardez la porte ouverte. Faites en sorte que l’employeur puisse éventuellement revenir vers vous avec une contre-proposition (tout en sauvant la face !).

Parfois votre interlocuteur réalisera, après avoir rencontré d’autres candidats, que vous êtes vraiment la personne dont il a besoin ou que son offre de salaire est beaucoup trop basse : il saura alors l’ajuster pour vous attirer et vous faire accepter le poste.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article