Quelle France dans 10 ans ? Rapport remis à la gouvernance "Hollandie"

Publié le par AL de Bx

Jean Pisani-Ferry remet au président de la République, mercredi 25 juin, son rapport « Quelle France dans dix ans ? » |

Jean Pisani-Ferry, commissaire général à la stratégie et à la prospective, remet au président de la République, mercredi 25 juin, son rapport « Quelle France dans dix ans ? ». Une feuille de route ambitieuse pour redonner confiance aux Français, la clé, selon l'économiste, du redressement du pays.

Les Français, dites-vous en ouverture de votre rapport, sont considérablement plus inquiets pour l'avenir de leur pays que pour eux-mêmes. Pourquoi une telle inquiétude collective ?

Ils ont le sentiment que le collectif ne fonctionne plus. Pour comprendre ce divorce entre deux perceptions, l'une individuelle et l'autre collective, nous avons procédé à un bilan objectif de l'évolution de la France en prenant comme ligne de départ 1988, et en nous comparant aux pays qui disposaient, à l'époque, d'un revenu par habitant similaire au nôtre. Le diagnostic est un décrochage net : la France a perdu six points de produit intérieur brut par habitant par rapport à la moyenne de ces pays.

 

Comment expliquer ce décrochage, surtout visible à partir des années 2000 ?

Nous mettons en avant une difficulté à effectuer des choix collectifs. Par exemple à propos de la mondialisation. La France hésite, alors même que la deuxième vague de

mondialisation, avec l'émergence d'une classe moyenne de consommateurs lui est plus favorable que la première, celle des producteurs. Nous aspirons collectivement à développer des emplois non délocalisables, comme si on pouvait s'abstraire de la mondialisation. C'est un leurre. Ce dont la France a besoin, c'est de produire davantage pour l'échange international, or ces emplois sont par nature délocalisables.

C'est cette crainte de la mondialisation qui s'est exprimée lors des dernières élections européennes ?

L'Europe, c'est la France qui l'a voulue. Nous avons proposé l'euro pour contrebalancer la puissance de la banque centrale allemande. Et maintenant nous doutons et notre attitude est ambiguë. Nous voulons plus de gouvernance mais pas déléguer de pouvoir.

Cette incapacité à trancher, est-ce la faute des politiques ?

C'est une clé. Notre système politique organise la superposition des responsabilités, jusqu'au niveau européen, dans une complexité qui crée de l'opacité. Cela nourrit une défiance à l'égard des institutions et des élites. Pour le citoyen tout cela fait système : l'absence de clarté des responsabilités, et une société stratifiée. Or, le niveau de formation des Français s'est considérablement amélioré. Plus de 40 % des 30-34 ans ont reçu une formation supérieure ; c'est le cas de moins de 20 % des 55-64 ans. Une société éduquée mais qui reste stratifiée produit beaucoup de frustration sociale. L'élite est trop étroite et trop fermée.

La solution passe-t-elle par le retour de la croissance ?

C'est vrai que dans l'après-guerre, la forte croissance a permis de détendre le conflit sur la répartition de la richesse entre le patronat et la CGT. Mais cela ne fonctionne plus. Nous sommes en stagnation depuis 2007. Les trentenaires d'aujourd'hui n'ont jamais connu la croissance depuis qu'ils travaillent. Les Français ne croient plus au retour de la croissance, et certains ne savent même plus s'ils la souhaitent. Pourtant, elle est nécessaire, y compris pour dégager des ressources pour la transition écologique. Comment résoudre ce dilemme ? Il faut lui donner un contenu. Nous proposons d'associer au PIB des éléments de bilan, en mettant à l'actif notre accroissement de richesse humaine et matérielle et au passif, la dette financière ou la dégradation de l'environnement.

Faut-il se préparer à une décennie sans croissance ?

Le débat fait rage aux Etats-Unis sur la nature et l'avenir du progrès technique. Certains voient un ralentissement durable quand d'autres anticipent une nouvelle vague d'innovations portées par la révolution numérique. Même si nous penchons pour la deuxième hypothèse, la prudence nous impose de travailler sur des chiffres modestes. C'est pourquoi notre scénario est fondé sur un taux de croissance de 1,5 % par an.

A quoi peut ressembler la France de 2025 ?

Il ne s'agissait pas pour nous de faire de la futurologie mais de prendre du recul sur les problèmes d'aujourd'hui. Viser le long terme pousse à être ambitieux. Sur le plan économique, par exemple, cela conduit à un nouveau modèle de croissance, qui laisse les grands groupes poursuivre leur développement international et qui mise sur la capacité des entreprises moyennes à grandir et à s'ouvrir au monde. La France est, là aussi, très ambivalente. Nos ingénieurs sont formés à la culture de l'innovation

radicale plus qu'à celle du progrès incrémental qui fait la fortune des Allemands, mais notre culture sociale, elle, repose sur l'aspiration à la stabilité. Les deux ne sont pas facilement compatibles. Il faut définir une économie du mouvement, où ce sont les parcours des individus qui doivent être sécurisés. Cela fait quinze ans que l'on en parle. On a fait des progrès, avec les droits rechargeables, le compte formation ou le compte pénibilité. Mais cela n'a pas encore changé les comportements des salariés et des entreprises. Il faut construire les nouvelles sécurités des travailleurs, qui reposeront sur la capacité d'organiser des parcours ascendants, et en même temps faire sauter les barrières entre branches, métiers, statuts et niveaux.

A-t-on été trop timide sur la réforme ?

La situation est singulière. A l'étranger, on reproche à notre pays de ne pas se réformer et en France, on trouve qu'on réforme trop ! Les deux sont vrais. Nous avons connu cinq réformes des retraites en vingt ans et trois réformes de la formation professionnelle en dix ans. Chaque gouvernement limite son ambition à ce qu'il juge acceptable par la population. L'inconvénient de cette stratégie, c'est qu'elle ne rassure pas. Après chaque réforme, on attend la suivante. Et ce n'est pas efficace car, tant qu'on n'a pas défini de nouvelles règles du jeu stables, les comportements ne changent pas.

Comment choisir ses priorités ?

Il y a une logique à démarrer par les actions qui demandent le plus de temps. C'est le cas de l'éducation. La situation est alarmante, à la fois en termes d'inégalités et de performance globale, avec 140 000 jeunes qui sortent du système chaque année sans

diplôme. Il faut accepter d'y investir, mais aussi de donner plus d'autonomie aux établissements pour s'adapter au terrain. Mais si je réfléchis aux conditions de faisabilité, les réformes politiques me paraissent essentielles. Il y a un enjeu de légitimité. Ce qui crée de la cohésion dans une société fragmentée et plus diversifiée dans ses aspirations, ce sont le système politique, qui crée de l'appartenance, et les services publics, qui assurent l'égalité. De ce point de vue, la réforme territoriale va dans le bon sens. A condition qu'elle clarifie les responsabilités de chaque échelon et les redistribue aux niveaux les plus pertinents. Et pour moi, à l'échelon local, c'est ce que l'Insee appelle les bassins de vie, le lieu de la vie quotidienne, du travail, du logement, du soin et des loisirs. Il y a 1 700 bassins de vie en France, ce qui correspond à peu près aux 2 000 et quelque intercommunalités.

Comment maîtriser la dépense publique ?

Deux choses pour progresser. D'abord, s'attaquer aux dépenses palliatives, celles qui visent à remédier, par la dépense publique, à des problèmes qu'on n'a pas su régler autrement. On en fait beaucoup en France, c'est une des raisons des déficits publics. Par exemple, le logement social nécessite évidemment un effort public, mais subventionner les locataires quand l'offre est restreinte conduit inévitablement à faire monter les loyers. Ensuite, améliorer l'efficacité de la dépense : dans la santé, par exemple, les travaux de l'OCDE ont montré que nous dépensions de l'ordre de 10 milliards de plus que les pays les plus efficaces pour un résultat équivalent.

L'Europe est-elle mal partie ?

Les divisions sont fortes dans la société française. Pourtant, quand on pose la question aux Français, ils montrent leur insatisfaction mais veulent rester dans l'euro. Ils veulent que l'Europe exerce ses responsabilités. Ce qui est insupportable, c'est de 

collectionner des pouvoirs faibles qui n'ont pas les moyens d'exercer leurs compétences. Pour que l'Europe fasse bien ce qui lui est confié, il faut qu'elle en ait les instruments et qu'elle soit bien gouvernée.

Quelle France dans 10 ans ? Rapport remis à la gouvernance "Hollandie"

Comment la France peut rebondir

Source, journal ou site Internet : le Monde
Date : 25 juin 2014

Quelle France dans 10 ans ? Rapport remis à la gouvernance "Hollandie"
Bien il suffit d'attendre le changement....Voilà c'est mon plan, et mon plan c'est la force !!

Bien il suffit d'attendre le changement....Voilà c'est mon plan, et mon plan c'est la force !!

Commenter cet article