En Hollandie, elle est ou la stratégie Fabius-France en Irak ?

Publié le par AL de Bx



Je suis très vivement préoccupé par la situation en Irak. La progression de l’organisation terroriste « Etat islamique en Irak et au Levant » met gravement en danger l’unité et la souveraineté de l’Etat irakien, auxquelles la France est attachée. Elle fait peser une menace sérieuse sur la stabilité de l’ensemble de la région. La communauté internationale doit impérativement se saisir de la situation.

Il importe que les responsables politiques irakiens fassent preuve de responsabilité pour affronter ensemble cette menace terroriste que nous condamnons fermement. Ils doivent apporter une réponse politique qui préserve l’unité de l’Irak. Pour faire face à cette crise, il est indispensable qu’un Premier ministre et qu’un gouvernement de rassemblement puissent agir.

Alors que des milliers de personnes ont fui les combats, j’appelle les autorités irakiennes à tout mettre en œuvre pour garantir la sécurité des civils, quelle que soit leur communauté, et à assurer la protection des populations déplacées. Je condamne la prise en otages de plusieurs dizaines de ressortissants turcs au consulat de Turquie à Mossoul et appelle à leur libération immédiate. Nous sommes également mobilisés sur la situation de nos compatriotes en Irak. Instruction a été donnée pour des messages de vigilance renforcée.

Situation en Irak - Déclaration de Laurent Fabius (12 juin 2014)

Par Kuing Yamang....Il est clair que M. Fabius a d'autres choses a faire que de s'occuper de l'Irak !!

Longtemps en première ligne dans la lutte contre Bachar el-Assad en Syrie, la France frappe par son absence sur le dossier de l'Irak, après la spectaculaire offensive des djihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant en Irak (EIIL), qui se sont emparés de la semaine dernière d'importantes provinces du Nord. "Nous avons, en effet, été surpris. Personne ne s'attendait à ce que l'armée irakienne lâche prise aussi facilement", convient un diplomate français de haut rang. Sauf que la crise est potentiellement plus grave qu'en Syrie, en tout cas pour l'Occident. En contrôlant désormais le tiers de l'Irak, l'EIIL, qui possédait déjà une grande partie du nord et de l'est de la Syrie, a de fait effacé la frontière entre les deux pays, créant une sorte de "Djihadistan", d'où ils sont en mesure de lancer une attaque d'ampleur sur Bagdad. Un "pays" entièrement voué au djihad au coeur du Moyen-Orient, servant de terrain d'entraînement aux djihadistes du monde entier. De quoi faire frémir les pays de la région, comme l'Occident.

La France "préoccupée"

Pour lutter contre ce fléau, les États-Unis, qui se sont retirés d'Irak fin 2011 et qui n'ont aucune intention d'y retourner, ont déjà annoncé leur intention d'envoyer sur place 300 conseillers militaires. Objectif : "entraîner, assister et soutenir" l'armée irakienne dans sa lutte contre les "terroristes". À la pointe du combat contre les djihadistes, notamment au Mali, la France s'est pourtant contentée jeudi des simples condamnations d'usage. À l'issue d'un conseil restreint de défense, la présidence de la République a fait part de sa "préoccupation" à la suite à l'offensive de l'EIIL qui "compromet l'unité de l'Irak et crée de nouvelles menaces pour la stabilité et la sécurité de toute la région". Des propos fermes, certes, mais aucune annonce. "Une réponse résolue des autorités irakiennes est urgente", souligne le communiqué de l'Élysée. Problème, le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki demeure aujourd'hui totalement impuissant face à l'avancée des djihadistes, ce qui l'a d'ailleurs amené à solliciter de nouveau l'aide de la communauté internationale. "Il y a un gouvernement légitime en Irak qui travaille à prévenir l'entrée des djihadistes à Bagdad, dont personne ne peut se satisfaire", rappelle le diplomate français. "Ce n'est pas nous qui organisons la réponse sécuritaire. L'armée irakienne, composée de 600 000 hommes, doit mener la contre-offensive", poursuit la source.

Armée irakienne infiltrée

Or, si les forces irakiennes sont quelque peu parvenues à contenir l'avancée des djihadistes vers Bagdad, elles sont encore bien loin de pouvoir prétendre contre-attaquer. Nul n'a en effet oublié le paysage de désolation - uniformes et véhicules de l'armée abandonnés, casernes de police vidées - qu'ont laissé derrière eux les soldats irakiens en abandonnant Mossoul, pourtant seconde ville du pays, aux insurgés. "Certaines forces armées irakiennes ont clairement déserté à Mossoul, ce qui signifie qu'elles étaient infiltrées par les insurgés", rappelle d'ailleurs Myriam Benraad, chercheuse à Sciences Po et analyste au Conseil européen des affaires étrangères (ECFR). "Cela en dit long sur l'Irak de 2014, qui n'a toujours pas d'État ni d'armée." Depuis son élection à la tête du gouvernement en 2006, le Premier ministre chiite Nouri al-Maliki a totalement marginalisé la minorité sunnite irakienne. Tandis que les postes les plus importants sont dévolus aux chiites du parti Dawa (dont Maliki est le chef), les sunnites n'ont d'autre choix que de se contenter de ministères subalternes. Un sentiment d'exclusion renforcé par une sous-représentation dans les institutions ou dans les forces armées. "Maliki a concentré le pouvoir entre ses mains et celles de sa communauté, contrairement à ce que prévoit la Constitution irakienne", pointe le haut diplomate français, pour qui "ce contexte politique grave explique pourquoi l'EIIL a conquis une part importante du territoire irakien sans rencontrer de grande résistance de la part du corps social".

Frappes américaines

Conscient de l'état de délabrement de l'armée irakienne, Barack Obama étudie sérieusement l'option de frappes aériennes (avions de chasse ou drones) pour encourager sa contre- offensive. Interrogé sur la possibilité que la France se joigne à des frappes ciblées, le diplomate français botte en touche et préfère rappeler que Paris "n'a pas été sollicité par le gouvernement de Nouri al-Maliki". "Des frappes de drones ne suffiront pas à arrêter (les djihadistes)", poursuit le haut fonctionnaire. "La riposte doit s'inscrire dans le cadre d'un effort politique et de dialogue entre les communautés." Pourtant, les récentes déclarations du Premier ministre Nouri al-Maliki et du grand ayatollah Ali al-Sistani appelant la population à prendre les armes contre les insurgés ne vont pas dans le sens de l'apaisement. Pour encourager ce dialogue, François Hollande multiplie ces jours-ci les entretiens avec les chefs d'État sunnites de la région. Il s'est entretenu mercredi avec le prince Mitaeb bin Abdallah d'Arabie saoudite (fils du roi Abdallah), rencontre vendredi le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan et recevra lundi l'émir du Qatar Tamim ben Hamad al-Thani.

Rôle de l'Arabie saoudite

Objectif, que les trois puissances pèsent de tout leur poids sur la communauté sunnite d'Irak afin qu'elles se dissocient clairement des djihadistes de l'EIIL. "L'Arabie saoudite ne fera rien sans un plan garantissant une meilleure représentation des minorités sunnites et kurdes au pouvoir", prévient le diplomate. Or, le royaume Saoud est souvent pointé du doigt pour son laxisme, voire sa complicité, dans l'essor et le financement de l'EIIL, dont l'idéologie wahhabite est née en Arabie saoudite. "À Paris, nous n'avons identifié aucun soutien étatique à ces groupes extrémistes", insiste le haut fonctionnaire. "Il existe effectivement des financements en provenance du Golfe (de personnalités, NDLR), mais pas seulement. Et il ne faut pas oublier que l'EIIL est implanté dans les zones pétrolifères en Syrie, et qu'il collecte toute une série d'impôts aux frontières." La prise de Mossoul le 10 juin dernier aurait d'ailleurs permis aux djihadistes de mettre la main sur un véritable pactole de 400 millions de dollars, détenus dans une banque de la ville.

Les djihadistes, "produits" de Bachar el-Assad (Quai d'Orsay)

Au Quai d'Orsay, on rappelle que le groupe terroriste est le "produit du régime de Bachar el- Assad". "C'est lui qui a libéré une grande partie de (ses) membres, alors qu'ils étaient détenus pour activités terroristes", affirme le ministère des Affaires étrangères. Fervent soutien de l'opposition syrienne modérée, qu'elle n'a pourtant jamais armée malgré ses promesses, la France attribue de plus en plus ouvertement l'impasse actuelle en Irak et en Syrie au spectaculaire revirement de Barack Obama sur les armes chimiques syriennes en septembre 2013. "À la suite de cet épisode, les options se sont considérablement réduites en Syrie, déplore la source. L'Armée syrienne libre (opposition modérée) s'est disloquée en de nombreuses factions, ce qui a compliqué la situation sur le terrain." Et le diplomate de rappeler : "On a beaucoup alerté à Paris nos partenaires sur le fait que la non-prise en charge du conflit syrien constituait un danger pour toute la région. Les faits nous donnent raison."

En Hollandie, elle est ou la stratégie Fabius-France en Irak ?
En Hollandie, elle est ou la stratégie Fabius-France en Irak ?

ENJEUX DE LA DEFENSE - DOCTRINE - CONCEPTS MISSIONS

Irak : la France aux abonnés absents

Source, journal ou site Internet : Le Point
Date 21 juin 2014
Auteurs : Armin Arefi

Irak - Sécurité - rappel à l’attention des journalistes (19 juin 2014)

Source: France Diplomatie

 

La situation sécuritaire en Irak est particulièrement préoccupante. Dans le contexte actuel, nous déconseillons formellement de s’y rendre. La quasi-totalité du territoire, y compris Bagdad, est classée en "zone rouge" dans les conseils aux voyageurs du ministère des affaires étrangères et du développement international.

Les autorités françaises font de la sécurité des journalistes une priorité. Aussi, si certains d’entre eux se rendaient malgré nos recommandations en Irak, nous leur demandons de faire preuve de la plus extrême vigilance et de respecter les consignes de sécurité données par le ministère des affaires étrangères et du développement international et l’ambassade de France à Bagdad.

Le non-respect des règles élémentaires de prudence mettrait en péril la sécurité des journalistes et de tous ceux qui se porteraient à leur aide.

La direction de la communication et de la presse du ministère des affaires étrangères et du développement international reste à la disposition des rédactions pour toute information complémentaire.

Informations complémentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Joël Ammann 23/06/2014 12:32

Je n'arrive pas à comprendre comment cet homme peut encore faire de la politique après l'affaire du sang contaminé...